Présidentielle : ce qu’il faut savoir du débat d’entre-deux-tours

Présidentielle : ce qu’il faut savoir du débat d’entre-deux-tours

Ce mercredi 20 avril, des millions de Français seront présents devant leur téléviseur pour assister au débat présidentiel entre les deux finalistes de l’élection présidentielle 2022, un rituel médiatique incontournable de cette fin de campagne. Ce « second round » entre Marine Le Pen et Emmanuel Macron est organisé par France 2 et TF1 et sera diffusé dans son intégralité sur Public Sénat à partir de 21 heures.
Public Sénat

Par Louis Dubar

Temps de lecture :

4 min

Publié le

Mis à jour le

En 2017, ils étaient 16,5 millions, toutes chaînes confondues à avoir regardé ce premier affrontement Macron-Le Pen. Pour ce « remake », ils sont 36 % à attendre « avec impatience » ce débat télévisé, selon un sondage OpinionWay-Kéa Partners pour Les Echos et Radio Classique.

Comment s’est organisé le débat ?

TF1, France 2 et les équipes des candidats ont mené d’intenses tractations au siège de l’Arcom (ex-CSA) depuis la fin du premier tour pour s’entendre sur les modalités du débat. Chaque détail a été passé en revue : la température (19 degrés), les tables où les candidats seront assis face à face (des pupitres séparés de 2,5 mètres) et le décor de fond affiché sur un grand écran de 30 mètres de largeur ceinturant le plateau. Les journalistes seront debout au lancement de l’émission avant d’orchestrer les débats depuis leur pupitre situé à 4 mètres des candidats. Aucun public ne sera présent sur le plateau. Une « charte de réalisation » a été rédigée et signée ce mardi 19 avril par les deux camps pour s’assurer de la bonne tenue de l’émission.

D’après Le Parisien, les plans de coupe ont été « le principal point de tension. » En effet, la charte de réalisation du précédent débat d’entre deux tours permettait au réalisateur de diffuser des images montrant un candidat quand l’autre prenait la parole. La candidate Lepéniste garde un mauvais souvenir de ces plans. Pour cette nouvelle édition, ils seront limités. La réalisation favorisera selon France Info, des plans « d’écoute » d’un candidat quand son interlocuteur prendra la parole.

Tristan Carné aux manettes de la réalisation du dernier débat a été remplacé par Didier Froehly, principalement connu pour les réalisations des émissions « Danse avec les stars » et « Vendredi tout est permis » sur TF1. En régie, chaque candidat disposera d’un conseiller réalisateur qui veillera aux intérêts des deux finalistes : Philippe Ballard, directeur de communication pour la députée du Pas-de-Calais et Jérôme Revon, réalisateur, producteur et organisateur des meetings de Nanterre et de Marseille pour le président sortant. Concernant les moyens techniques, les équipes de réalisation disposeront de 23 caméras pour filmer les échanges et une grue télescopiques proposant des plans larges du plateau du studio situé Plaine Saint-Denis.

Que sait-on du déroulement de l’émission ?

Les téléspectateurs retrouveront à la médiation le présentateur du 20h de TF1 Gilles Bouleau et la journaliste de France 2, Léa Salamé. Ils auront pour tâche de réguler, d’arbitrer les échanges et de veiller au bon déroulement de l’émission. En coulisses, les discussions pour composer le duo en charge de l’animation n’ont pas été simples. Anne-Sophie Lapix, présentatrice du JT de 20 h sur le service public a été écartée du débat de l’entre-deux-tours par les deux candidats. Gilles Bouleau et Léa Salamé ont déjà mené ensemble un entretien du chef de l’Etat le 14 juillet 2020. Le précédent débat avait été arbitré par Christophe Jakubyszyn et Nathalie Saint-Cricq. Le duo aura également la tâche de veiller à l’égalité du temps parole, temps de parole comptabilisé par deux chronomètres visibles pour les téléspectateurs.

L’émission débutera par une prise de parole de Marine Le Pen. Emmanuel Macron lui succédera pour terminer ce propos introductif. Pour cette émission de 2h30, un nouveau tirage au sort a été organisé faute d’accord entre les camps des candidats, pour déterminer le premier thème du débat. Les deux prétendants à l’Elysée commenceront l’émission par le pouvoir d’achat. Sept autres sujets sont également prévus, dans l’ordre, l’international, le modèle social, l’environnement, la compétitivité et l’attractivité économique, la sécurité et l’immigration et de gouvernance (institutions).

Un débat que vous pouvez suivre en direct sur Public Sénat et LCP (canal 13 de la TNT) lors d’une émission spéciale animée par Thomas Hugues et Brigitte Boucher à partir de 20h30. Jusqu’à minuit, ils décrypteront avec leurs invités les temps forts de ce débat très attendu.

Dans la même thématique

Brussels Special European Council – Emmanuel Macron Press Conference
3min

Politique

Élections européennes : avant son discours de la Sorbonne, l’Élysée se défend de toute entrée en campagne d’Emmanuel Macron

Ce jeudi 25 avril, le président de la République prononcera un discours sur l’Europe à la Sorbonne, sept ans après une première prise de parole. Une façon de relancer la liste de Valérie Hayer, qui décroche dans les sondages ? L’Élysée dément, affirmant que ce discours n’aura « rien à voir avec un meeting politique ».

Le

Présidentielle : ce qu’il faut savoir du débat d’entre-deux-tours
8min

Politique

IA, simplification des formulaires, France Services : Gabriel Attal annonce sa feuille de route pour « débureaucratiser » les démarches administratives

En déplacement à Sceaux ce mardi dans une maison France Services, quelques minutes seulement après avoir présidé le 8e comité interministériel de la Transformation publique, le Premier ministre a annoncé le déploiement massif de l’intelligence artificielle dans les services publics, ainsi que la simplification des démarches. Objectif ? Que « l’Etat soit à la hauteur des attentes des Français ».

Le

Brussels Special European Council – Renew Europe
10min

Politique

Européennes 2024 : avec son discours de la Sorbonne 2, Emmanuel Macron « entre en campagne », à la rescousse de la liste Hayer

Emmanuel Macron tient jeudi à la Sorbonne un discours sur l’Europe. Si c’est le chef de l’Etat qui s’exprime officiellement pour « donner une vision », il s’agit aussi de pousser son camp, alors que la liste de la majorité patine dans les sondages. Mais il n’y a « pas un chevalier blanc qui va porter la campagne. Ce n’est pas Valérie Hayer toute seule et ce ne sera même pas Emmanuel Macron tout seul », prévient la porte-parole de la liste, Nathalie Loiseau, qui défend l’idée d’« un collectif ».

Le

Jordan Bardella visite Poste-Frontiere de Menton
5min

Politique

Elections européennes : la tentation des seniors pour le vote RN, symbole de « l’épanouissement du processus de normalisation » du parti, selon Pascal Perrineau

Alors que la liste menée par Jordan Bardella (31.5%) devance de plus de 14 points la liste Renaissance, menée par Valérie Hayer (17%), selon le dernier sondage IFOP-Fiducial pour LCI, le Figaro et Sud-Radio, le parti de Marine Le Pen, mise désormais sur l’électorat âgé, traditionnellement très mobilisé pour les élections intermédiaires. Désormais deuxième force politique chez les plus de 65 ans (le RN conquiert 24% de cet électorat, 7 points de moins que Renaissance), la stratégie semble porter ses fruits. Décryptage avec le politologue Pascal Perrineau, professeur émérite à Sciences Po Paris et récent auteur de l’ouvrage Le Goût de la politique : Un observateur passionné de la Ve République, aux éditions Odile Jacob.

Le