Présidentielle: Douste-Blazy soutient Macron

Présidentielle: Douste-Blazy soutient Macron

L'ancien ministre Philippe Douste-Blazy, co-fondateur de l'UMP (devenue Les Républicains), apporte jeudi son soutien à Emmanuel...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

L'ancien ministre Philippe Douste-Blazy, co-fondateur de l'UMP (devenue Les Républicains), apporte jeudi son soutien à Emmanuel Macron, jugeant que François Fillon "n'a pas été à la hauteur des responsabilités" en maintenant sa candidature.

Emmanuel Macron "est porteur de ce message universel français fait d'un enracinement à des valeurs et d'une ouverture au monde", estime dans un entretien à Marianne M. Douste-Blazy, actuel conseiller spécial du Secrétaire général de l'ONU sur le Financement innovant du développement.

"L'élément clé reste, à mes yeux, sa capacité à dépasser les clivages partisans de plus en plus artificiels et qui ont fait tant de mal à notre pays", développe l'ancien ministre, qui avait rallié une grande partie de l'UDF à la création de l'UMP en 2002 aux dépens de François Bayrou.

"J'espère que tous ceux qui s'étaient reconnus dans les idées portées par Alain Juppé, auquel je suis toujours resté fidèle, pourront nous rejoindre", a également déclaré M. Douste-Blazy, très critique envers François Fillon avec lequel il a siégé dans les gouvernements d'Edouard Balladur et d'Alain Juppé.

M. Fillon "n'a pas été à la hauteur des responsabilités qui étaient les siennes. Il est des moments où il faut faire passer son pays et ses idées avant sa propre personne. Cette élection était imperdable. Je ne veux rien ajouter, le ridicule étant atteint depuis trop longtemps", dénonce M. Douste-Blazy.

Dans la même thématique

Raphael Glucksmann public meeting in Blanquefort
3min

Politique

Sondage : Raphaël Glucksmann devient la personnalité de gauche la plus populaire, forte percée pour les autres leaders du Nouveau Front populaire

Le dernier relevé du baromètre politique d’Odoxa, réalisé par Mascaret pour Public Sénat et la presse quotidienne régionale, fait état d’un fort regain de popularité pour les personnalités du Nouveau Front Populaire de Raphaël Glucksmann à Fabien Roussel, à l’exception notable de Jean-Luc Mélenchon dont la cote de popularité s’effondre.

Le

FRA – RN – LEGISLATIVES – CONF DE PRESSE BARDELLA
5min

Politique

Le « barrage républicain » contre le RN s'effrite, la gauche principale repoussoir, selon notre baromètre Odoxa

Le dernier relevé du baromètre politique Odoxa, réalisé par Mascaret pour Public Sénat et la presse quotidienne régionale, fait apparaître un renversement historique du « barrage républicain ». Le Rassemblement national ne fait plus figure de repoussoir, et c’est contre le RN qu’un barrage serait le moins susceptible de se former. A l’inverse, le Nouveau Front Populaire semble être la force politique la plus exposée au barrage.

Le

France Vaccines Africa
3min

Politique

Sondage : la popularité d’Emmanuel Macron s’effondre à 27% d’opinions favorables 

A moins d’une semaine du premier tour des élections législatives anticipées, le pari de la « grande clarification » politique, voulue par Emmanuel Macron à travers la dissolution de l’Assemblée nationale, semble tourner à la déconvenue pour le chef de l’Etat. Le dernier relevé du baromètre politique d’Odoxa, réalisé par Mascaret pour Public Sénat et la presse quotidienne régionale, égratigne la stratégie d’Emmanuel Macron dont la popularité continue de reculer.

Le

Montpellier : New Popular Front atmosphere party
10min

Politique

Nouveau Front populaire : Jean-Luc Mélenchon, un caillou dans la chaussure des partenaires de LFI

L’alliance de gauche semble prise au piège des spéculations autour de son candidat pour Matignon. Le Rassemblement national et la majorité présidentielle ne cessent de renvoyer le Nouveau Front populaire à Jean-Luc Mélenchon, dont les sorties médiatiques nourrissent l’agacement des partenaires de La France insoumise. Le mode de désignation du Premier ministre, en cas de victoire de la gauche, reste également en suspens, même si le principe d’un « consensus » entre les différentes formations semble avoir été arrêté.

Le