Présidentielle: Fillon en tête, Macron s’installe, le PS distancé

Présidentielle: Fillon en tête, Macron s’installe, le PS distancé

François Fillon s'installe en tête des intentions de vote au premier tour de l'élection présidentielle, loin devant le candidat...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

François Fillon s'installe en tête des intentions de vote au premier tour de l'élection présidentielle, loin devant le candidat socialiste quel qu'il soit, confronté à la dynamique en faveur d'Emmanuel Macron, selon un sondage Ipsos-Sopra Steria publié mercredi.

Avec 26% à 29% d'intentions de vote, le vainqueur de la primaire de la droite arriverait en tête du 1er tour dans tous les cas de figure.

Il devance Marine Le Pen, 24% à 25%, qui se qualifierait dans toutes les hypothèses pour le second tour, selon cette enquête réalisée pour Le Monde et le CEVIPOF (Sciences Po). La présidente du Front national est toutefois en retrait de 2 à 5 points par rapport au mois de novembre, selon les hypothèses de candidatures.

Emmanuel Macron s'installe en 3e position avec 13% à 18% d'intentions de vote, suivi de près par Jean-Luc Mélenchon, à 13% ou 14%. Mi-novembre, l'ex-ministre de l'économie était crédité d'environ 10%. L'enquête a été réalisée avant sa démonstration de force du 10 décembre à Paris.

Le candidat socialiste semble en revanche distancé, avec 11% à 12% d'intentions de vote pour Manuel Valls et 6% à 7% pour Arnaud Montebourg.

Dans l'hypothèse où Manuel Valls représenterait le PS, il est crédité de 11% d'intentions de vote, derrière Fillon (26%), Le Pen (24%), Macron et Mélenchon (13%). François Bayrou est à 6%. Si le président du MoDem n'est pas candidat, Manuel Valls gagne un point (12%).

Arnaud Montebourg candidat du PS ne rassemblerait pour sa part que 6% d'intentions de vote, loin derrière Fillon (27%), Le Pen (24%), Macron (16%), Mélenchon (13%) et Bayrou (7%). Sans candidature Bayrou, l'ex-ministre de l'Industrie gagne également un point (7%). L'enquête a été réalisée avant la candidature de Vincent Peillon à la primaire socialiste.

Si François Bayrou n'est pas candidat, 28% de ses électeurs potentiels voteraient Macron, 19% Fillon, 13% Valls, 9% Mélenchon, 5% Le Pen et 19% s'abstiendraient.

Enfin, l'intérêt pour l'élection présidentielle d'avril et mai progresse à l'approche du scrutin, avec 81% (+7) des personnes interrogées qui se disent désormais intéressées.

Enquête réalisée en ligne du 2 au 7 décembre après de 18.013 personnes inscrites sur les listes électorales, dont 12.724 certaines de voter à la présidentielle, selon la méthode des quotas. Marge d'erreur de 0,3% à 0,9%.

Dans la même thématique

Présidentielle: Fillon en tête, Macron s’installe, le PS distancé
3min

Politique

« La France aux abonnés absents le mois où tout se joue dans l’Union » selon l’eurodéputé socialiste Christophe Clergeau

Alors que la montée de l’extrême droite en Europe a été limitée aux élections européennes (quelques dizaines de sièges de gagnés pour les groupes de droite radicale sur les 720 du Parlement européen), le score du Rassemblement national et de Reconquête (37% des voix au total) en France représente un séisme politique en France mais aussi dans l’Union européenne. Le Premier ministre polonais et pro-européen Donald Tusk, malgré la victoire de son parti dimanche contre la droite ultraconservatrice du PiS (Droit et Justice), a fait part de « sa terrible tristesse » après l’annonce de la victoire de l’extrême droite en France.

Le

France : Conference de presse Nouveau Front Populaire
6min

Politique

Le programme des 100 premiers jours du « Nouveau Front populaire » 

Pouvoir d’achat, salaire, énergie, Gaza… Le « Nouveau Front populaire », qui rassemble les principaux partis de gauche, a dévoilé les mesures-clés de son programme commun de gouvernement en cas d’accession au pouvoir à l’issue des législatives anticipées.

Le

France : Conference de presse Nouveau Front Populaire
5min

Politique

Nouveau Front populaire : la répartition des circonscriptions est bouclée, les partis désignent leurs candidats

Dans la soirée de jeudi, le Parti socialiste, la France insoumise, le Parti communiste et les Ecologistes, ainsi que plusieurs autres petits partis de gauche, ont scellé leur accord, actant la naissance du Nouveau Front populaire pour faire face au Rassemblement National. Dépassées, donc, les querelles sur les répartitions des circonscriptions. Pourtant, plusieurs cas posaient problème.

Le