Présidentielle: Fillon veut “pourrir” la campagne, accuse Cambadélis (PS)

Présidentielle: Fillon veut “pourrir” la campagne, accuse Cambadélis (PS)

François Fillon tente de "pourrir" l'élection présidentielle en accréditant la thèse d'un "cabinet noir" à l'Élysée complotant...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

François Fillon tente de "pourrir" l'élection présidentielle en accréditant la thèse d'un "cabinet noir" à l'Élysée complotant contre le candidat de droite, a affirmé lundi le patron du PS Jean-Christophe Cambadélis.

"En concentrant ses attaques contre le président de la République, en indiquant qu'il y aurait un cabinet noir qui ferait des complots contre les dirigeants politiques, il veut pourrir la campagne présidentielle", déclare le premier secrétaire du PS dans un éditorial vidéo.

"Il pense qu'il peut se sauver en appelant à un réflexe de la droite contre la gauche. En fin de compte, il affaiblit la République et permet tout simplement au Front national d'en faire son miel", accuse M. Cambadélis.

Alors que le candidat socialiste Benoît Hamon est à la peine dans les sondages, le patron du PS estime qu'il "est temps" de "faire mouvement" avec l'ancien ministre de l’Éducation.

"Nous sommes dans ce moment où la situation est un peu confuse, où on ne voit pas totalement où sont les solutions", reconnaît M. Cambadélis, en allusion aux déchirements socialistes entre les candidatures Macron et Hamon.

"Pourtant, Benoît Hamon indique, au-delà de sa probité, les grandes clés de cette élection présidentielle, les transitions que nous devons affronter et le rassemblement de l'ensemble des gauches et des écologistes qui sont nécessaires", juge-t-il.

"Il est temps de faire mouvement avec le parti socialiste pour permettre à cette candidature d'être l'espoir de la France et de la République", conclut le chef de parti.

Benoît Hamon a lancé dimanche soir un appel sur France 2 aux électeurs de gauche à ne pas "voter par défaut" et dénoncé les "coups de couteau dans le dos" plantés par des "caciques qui veulent rester au pouvoir" et avec qui "il n'aurait pas gouverné".

Il a fait allusion à un "ralliement de Manuel Valls à la candidature d'Emmanuel Macron" qui pourrait avoir lieu selon lui cette semaine.

Dans la même thématique

Paris : Deux policiers blesses par balle comissariat 13 eme arrondissment
4min

Politique

Sécurité : que proposent les grands blocs politiques pour les élections législatives ?

Ce lundi 14 juin, la campagne pour les élections législatives s’est ouverte, et les programmes des principales forces politiques ont été dévoilés. La sécurité est au cœur du débat et suscite une attention tout particulière au sein de l’opinion publique. Petit aperçu des différentes propositions et promesses sur ce sujet clivant entre les partis.

Le

Rentree scolaire Ecole Primaire Maternelle Saint-Philippe a Nice
7min

Politique

Législatives anticipées : que proposent les trois blocs sur l’éducation ?

Après le pouvoir d’achat, la sécurité et l’immigration, l’éducation divise les différents candidats aux élections législatives. Si le programme gouvernemental sur l’école est bien connu, les deux autres blocs politiques en lice pour les élections législatives prônent des mesures radicalement opposées.

Le

Paris : Auditions au MEDEF
6min

Politique

Législatives : ces sénateurs tentés par la ligne Ciotti/Bardella

Depuis l’alliance annoncée entre Éric Ciotti et Jordan Bardella aux élections législatives, les sénateurs du groupe LR du Sénat font officiellement bloc derrière la ligne d’autonomie définie par le bureau politique du parti. Mais dans cette campagne éclair, certains expriment leurs divergences. Après les 7 juillet, elles pourraient bien s’accentuer.

Le