Présidentielle: Hamon et Valls réfutent l’idée d’un désistement

Présidentielle: Hamon et Valls réfutent l’idée d’un désistement

Benoît Hamon et Manuel Valls ont écarté mardi l'idée d'un désistement à la présidentielle pour un autre candidat en cas de...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Benoît Hamon et Manuel Valls ont écarté mardi l'idée d'un désistement à la présidentielle pour un autre candidat en cas de victoire au second tour de la primaire socialiste élargie dimanche, dans deux interviews distinctes sur BFM TV.

"La légitimité que j'aurai m'oblige, m'oblige à être présent dans cette élection présidentielle, à défendre mon projet et à rassembler, mais étape après étape", a affirmé l'ancien Premier ministre, interrogé à son QG de campagne.

"Il y aura un bulletin de vote Benoît Hamon" à l'élection présidentielle en avril, a pour sa par assuré mardi le député des Yvelines.

"Il y a quatre mois, on me disait: +Benoît, vous êtes crédité de 8% d'intentions de vote (dans la primaire, ndlr), Arnaud Montebourg est mieux placé, est-ce que, au motif qu'il faut pouvoir se rassembler, il ne faut pas abandonner?+", a retracé M. Hamon.

"Aujourd'hui (mardi, ndlr) et depuis dimanche, je suis en tête de ces primaires. (...) Ce que nous avons levé là, qui est une force politique qui regarde le futur, me conduira a être candidat à l'élection présidentielle. Il y aura un bulletin de vote Benoît Hamon", a promis l'ancien ministre de l'Education, en ballottage favorable après être arrivé en tête du premier tour (35,86%) devant M. Valls (31,22%).

M. Hamon a ainsi balayé tout effacement en faveur d'Emmanuel Macron ou Jean-Luc Mélenchon, pour l'instant mieux placés dans les sondages en vue de l'élection présidentielle.

Dans la même thématique

Strasbourg : European Parliament session
6min

Politique

Européennes 2024 : que disent les derniers sondages sur les tendances ?

Jordan Bardella reste toujours loin devant, quand Valérie Hayer peine à contenir la dynamique de Raphaël Glucksmann. Le candidat PS/Place Publique talonne de plus en plus la liste de la majorité présidentielle. Manon Aubry pour LFI progresse un peu, quand François-Xavier Bellamy est plus ou moins stable.

Le