Présidentielle : « Il est temps qu’on revienne à un débat de fond »

Présidentielle : « Il est temps qu’on revienne à un débat de fond »

Le député PS du Finistère et secrétaire général du mouvement « En marche! », Richard Ferrand, dénonce la dégradation du débat politique en France. « Il est temps que tout le monde se ressaisisse et qu’on revienne au fond des choses » prône-t-il.
Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

Invité de Territoires d’Infos sur Public Sénat et Sud Radio, Richard Ferrand, député PS du Finistère et secrétaire général du mouvement « En marche ! » est revenu sur les « excuses » de François Fillon. Deux jours après sa conférence de presse, ce dernier a publié une tribune dans le journal Ouest-France, s’adressant directement aux Français. « Dans cette affaire, les Français jugeront les faits pour lesquels Monsieur Fillon s’excuse, et les juges diront le droit ». Il critique dans la défense apportée par le candidat de la droite et du centre la remise en cause du Parquet national financier et des médias. « Quand on est candidat à la présidence de la République, on doit se préparer à être le garant de l’indépendance de la magistrature. (…) Ensuite on cogne sur les médias, qui n’ont pas inventé les faits puisque Monsieur Fillon s’est excusé, donc il donne acte aux faits soulevés ».

« Il ne faut jamais s’adonner à la théorie du complot lorsqu’on est en difficulté, ça ne renforce pas votre crédibilité » ajoute-t-il.

Richard Ferrand: « Quand on est candidat à la présidence de la République, on doit se préparer à être le garant de l’indépendance de la magistrature ».
00:57

Emmanuel Macron pourrait-il être la prochaine cible de ce genre de polémiques ? Le candidat du mouvement « En Marche ! », en bonne position dans les sondages, a déjà dû répondre à des rumeurs autour de sa vie privée. « Il est temps qu’on revienne au fond » plaide Richard Ferrand, qui précise que son candidat a transmis sa déclaration de patrimoine à la Haute autorité pour la transparence de la vie publique après sa démission du gouvernement.

« La campagne présidentielle est un grand moment démocratique. Si on s’enlise dans ces considérations de rumeurs, de boules puantes, on va dégrader le débat. Il est temps que tout le monde se ressaisisse et qu’on revienne au fond des choses ».

Alors que le secrétaire général du Parti socialiste Jean-Christophe Cambadélis a indiqué que les élus parrainant Emmanuel Macron seront exclus du parti, le secrétaire général du mouvement « En marche ! » n’en a cure. « Même pas peur ! » déclare-t-il. « Dans mon Finistère, c’est 80% des militants qui m’ont donné leur confiance pour m’investir. Pour moi c’est l’investiture la plus sacrée, pas celle de Solférino ».

Ancien proche d’Henri Emmanuelli, soutien de Benoît Hamon, Richard Ferrand assure ne pas avoir changé de ligne politique. « Je suis socialiste, depuis longtemps, je suis toujours dans la même exigence et cohérence politique. Je trouve simplement qu’aujourd’hui, c’est le chemin du rassemblement, du dépassement des clivages et de la prise en compte des réalités concrètes qu’offre Emmanuel Macron qui est le bon ».

Richard Ferrand : « Le Parti socialiste ne fournit plus aujourd’hui de chemins clairs pour porter les valeurs qui sont les miennes »
01:24

« Mes convictions n’ont pas changé, je pense simplement que le Parti socialiste ne fournit plus aujourd’hui de chemins clairs pour porter les valeurs qui sont les miennes ».

Dans la même thématique

Brussels Special European Council – Renew Europe
10min

Politique

Européennes 2024 : avec son discours de la Sorbonne 2, Emmanuel Macron « entre en campagne », à la rescousse de la liste Hayer

Emmanuel Macron tient jeudi à la Sorbonne un discours sur l’Europe. Si c’est le chef de l’Etat qui s’exprime officiellement pour « donner une vision », il s’agit aussi de pousser son camp, alors que la liste de la majorité patine dans les sondages. Mais il n’y a « pas un chevalier blanc qui va porter la campagne. Ce n’est pas Valérie Hayer toute seule et ce ne sera même pas Emmanuel Macron tout seul », prévient la porte-parole de la liste, Nathalie Loiseau, qui défend l’idée d’« un collectif ».

Le

Jordan Bardella visite Poste-Frontiere de Menton
5min

Politique

Elections européennes : la tentation des seniors pour le vote RN, symbole de « l’épanouissement du processus de normalisation » du parti, selon Pascal Perrineau

Alors que la liste menée par Jordan Bardella (31.5%) devance de plus de 14 points la liste Renaissance, menée par Valérie Hayer (17%), selon le dernier sondage IFOP-Fiducial pour LCI, le Figaro et Sud-Radio, le parti de Marine Le Pen, mise désormais sur l’électorat âgé, traditionnellement très mobilisé pour les élections intermédiaires. Désormais deuxième force politique chez les plus de 65 ans (le RN conquiert 24% de cet électorat, 7 points de moins que Renaissance), la stratégie semble porter ses fruits. Décryptage avec le politologue Pascal Perrineau, professeur émérite à Sciences Po Paris et récent auteur de l’ouvrage Le Goût de la politique : Un observateur passionné de la Ve République, aux éditions Odile Jacob.

Le

Mairie de Paris, Jeux Olympiques 2024
4min

Politique

JO 2024 : les agents de sécurité privée vont-ils faire défaut ?

A trois mois des Jeux Olympiques, des incertitudes planent sur le nombre d’agents de sécurité privée mobilisés. Le préfet de police de Paris, Laurent Nunez indique « ne pas être inquiet pour l’instant ». Du côté des professionnels du secteur, on évalue un manque de 8 000 agents sur 40 000 nécessaires.

Le