Présidentielle : « Je ne sais pas ce qu’est un candidat social-écologiste » affirme Rachid Temal

Présidentielle : « Je ne sais pas ce qu’est un candidat social-écologiste » affirme Rachid Temal

Après la vague verte qui a déferlé sur la France lors des élections municipales, les listes d’union de gauche sortent renforcées. Mais quant à un éventuel candidat incarnant un « le bloc social-écologiste » à la présidentielle, Rachid Temal n’y voit pas de « cohérence ».
Public Sénat

Par Océane Blanchard

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

« Il y a une progression manifeste notable et sensible d'EELV » reconnaît le sénateur socialiste du Val d’Oise, invité de Parlement Hebdo ce vendredi 3 juillet. Avec des victoires à Lyon, Bordeaux, Strasbourg, Poitiers ou Grenoble, et en participant à la victoire à Paris ou Marseille, les écologistes sont devenus des acteurs politiques de premier plan lors de ces dernières élections municipales. Une victoire qui semble rassembler à gauche, puisque le Premier secrétaire du PS Olivier Faure s’est dit « prêt à se ranger » derrière un candidat incarnant « le bloc social-écologiste » à la présidentielle.

Mais cet avis ne fait pas consensus. Pour Rachid Temal, « il faut regarder la réalité de l'ensemble des municipales ». « Aujourd'hui si on prend la gauche, le premier réseau d'élus locaux, et de très très loin, c'est le Parti Socialiste. Il y a une nouvelle génération qui arrive et je trouve que c'est une bonne chose » analyse-t-il.

À tel point qu’un candidat « socialiste et écologiste » à la présidentielle ne lui paraît pas être une idée cohérente. « Moi je ne sais pas ce qu'est un candidat social-écologiste. Jusqu'à preuve du contraire il y a un parti socialiste et un parti EELV. Je pense qu'aujourd'hui les Verts apportent une réponse partielle à un certain nombre de problématiques et je crois que nous socialistes nous avons une réponse plus globale. »

« Il faut un nouveau projet socialiste pour la France, et après on discutera avec les partenaires » affirme Rachid Temal. Un positionnement qui semble couper court à l’éventualité d’un projet en commun comme envisagé par Olivier Faure. Mais le sénateur socialiste ne ferme pas la porte à une primaire à gauche : « S’il y a une primaire de la gauche, faisons-la. Mais s'il n'y a pas de primaire, s'il n'y a pas de candidat socialiste, quelle serait donc la forme et la méthode pour désigner un candidat ? » interpelle-t-il.

Dans la même thématique

Présidentielle : « Je ne sais pas ce qu’est un candidat social-écologiste » affirme Rachid Temal
7min

Politique

Européennes : « La tentation d’un pacte brun, à la fois sur l’écologie et les idéologies, nous menace », alerte l’écologiste David Cormand

Dans la dernière ligne droite de la campagne des européennes, trois candidats, chacun à la seconde place de leur liste, sont venus sur le plateau d’Extra Local : Céline Imart pour la liste LR, David Cormand pour la liste des Ecologistes et Guillaume Peltier pour Reconquête. Ils se sont exprimés notamment sur l’immigration, la future présidence de la Commission européenne ou le nucléaire.

Le

French Prime Minister Gabriel Attal visit in Valence
7min

Politique

Délinquance des mineurs : après l’avoir supprimée, le gouvernement veut réintroduire la comparution immédiate

Un peu plus d’un mois après ses annonces destinées à « renouer avec les adolescents et juguler la violence », Gabriel Attal a esquissé des nouvelles pistes sur la justice pénale des mineurs qu’il souhaite voir intégrer dans un projet de loi d’ici la fin de l’année, notamment la possibilité d’être jugé à partir de 16 ans en comparution immédiate. Une procédure qui avait été supprimée lors de la réforme de la justice pénale des mineurs en 2021.

Le