Présidentielle: Jean Pisani-Ferry et Laurence Haïm rejoignent Macron

Présidentielle: Jean Pisani-Ferry et Laurence Haïm rejoignent Macron

L'économiste Jean Pisani-Ferry, commissaire général de France Stratégie, et la journaliste Laurence Haïm vont rejoindre l'équipe d'Emmanuel...
Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

L'économiste Jean Pisani-Ferry, commissaire général de France Stratégie, et la journaliste Laurence Haïm vont rejoindre l'équipe d'Emmanuel Macron, a-t-on appris mercredi auprès d'En marche!, confirmant des informations de presse.

"Je rejoins Emmanuel Macron. Le Conseil des ministres va mettre fin ce matin à mes fonctions" à la tête de France Stratégie, organisme de réflexion placé auprès du Premier ministre, a indiqué l'économiste de 65 ans à l'AFP. Interrogé sur son rôle auprès du candidat d'En Marche!, M. Pisani-Ferry a dit être chargé de "finaliser" son projet présidentiel.

Laurence Haïm, 50 ans, correspondante pour la presse française aux États-Unis depuis 25 ans, rejoint de son côté l'équipe des porte-parole coordonnée par Benjamin Griveaux, selon En marche! C'est elle qui a souhaité mettre fin à sa collaboration avec iTELE pour travailler pour le mouvement, a-t-on précisé.

En tant que "directeur du pôle programmes et idées", M. Pisani-Ferry animera les groupes d'experts qui travaillent pour le mouvement depuis plusieurs mois, alors que l'ensemble du "plan de transformation" de M. Macron et son cadrage budgétaire doivent être annoncés "courant février", selon En marche!.

"À la tête du Conseil d'analyse économique, du think tank Bruegel ou de France Stratégie, j'ai toujours pris soin de séparer activité professionnelle et engagement personnel", écrit dans une lettre rendue publique M. Pisani-Ferry, se disant attaché à "une déontologie stricte".

La journaliste Laurence Haïm à New York le 29 juin 2009.
La journaliste Laurence Haïm à New York le 29 juin 2009.
AFP/Archives

"Mais si mon identité professionnelle est celle d'un expert et d'un enseignant je suis aussi, comme chaque Français, un citoyen. C'est en tant que tel que je choisis aujourd'hui de m'engager aux côtés d'Emmanuel Macron", ajoute l'économiste, fils du ministre Edgard Pisani et arrière petit-neveu de Jules Ferry, père de l'école gratuite et obligatoire.

M. Pisani-Ferry motive son choix par deux raisons. "La première est que nous ne vivons pas des temps ordinaires", explique-t-il, évoquant "des mutations économiques et sociales accélérées", avec une montée "des extrêmes" qui le pousse à ne pas vouloir se cantonner à un rôle "d'observateur".

"La seconde raison est que l'ambition transformatrice que porte Emmanuel Macron m'apparaît à la hauteur des défis auxquels nous sommes confrontés. Sur l'économie, la société ou l'Europe, je partage son analyse et l'orientation de son projet", précise-t-il.

Jean Pisani-Ferry avait été nommé en mai 2013 à la tête de France Stratégie, qui a succédé cette même année au Commissariat général du Plan. Il avait été auparavant conseiller à Bercy auprès des ministres Dominique Strauss-Kahn et Christian Sautter.

Il avait également été président délégué du Conseil d'analyse économique (CAE) et expert pour la Commission européenne.

Autre recrue récente : l'ancien président de TNS Sofres, Denis Delmas. L'ancien sondeur, devenu "business angel" (investisseur), éclairera En marche! en matière d'opinion.

Dans la même thématique

Deplacement du Premier Ministre a Viry-Chatillon
7min

Politique

Violence des mineurs : le détail des propositions de Gabriel Attal pour un « sursaut d’autorité »

En visite officielle à Viry-Châtillon ce jeudi 18 avril, le Premier ministre a énuméré plusieurs annonces pour « renouer avec les adolescents et juguler la violence ». Le chef du gouvernement a ainsi ouvert 8 semaines de « travail collectif » sur ces questions afin de réfléchir à des sanctions pour les parents, l’excuse de minorité ou l’addiction aux écrans.

Le

Turin – Marifiori Automotive Park 2003, Italy – 10 Apr 2024
6min

Politique

Au Sénat, la rémunération de 36,5 millions d’euros de Carlos Tavares fait grincer des dents. La gauche veut légiférer.

Les actionnaires de Stellantis ont validé mardi 16 avril une rémunération annuelle à hauteur de 36,5 millions d’euros pour le directeur général de l’entreprise Carlos Tavares. Si les sénateurs de tous bords s’émeuvent d’un montant démesuré, la gauche souhaite légiférer pour limiter les écarts de salaires dans l’entreprise.

Le

Operation Wuambushu a Mayotte : Demolition en cours d’un vaste bidonville – Operation Wuambushu in Mayotte: Ongoing demolition of a vast slum
8min

Politique

« Mayotte place nette » : « La première opération était de la communication et la deuxième sera de la communication », dénonce le sénateur Saïd Omar Oili

Le gouvernement a annoncé ce mardi 16 avril le lancement du dispositif « Mayotte place nette », un an après le maigre bilan de l’opération baptisée « Wuambushu ». Saïd Omar Oili, sénateur de Mayotte, regrette le manque de communication du gouvernement avec les élus du département et met en doute l’efficacité de ce « Wuambushu 2 ».

Le