Présidentielle: l’image de Fillon se dégrade, Hamon grimpe

Présidentielle: l’image de Fillon se dégrade, Hamon grimpe

L'image de François Fillon, empêtré dans une affaire d'emplois présumés fictifs, se dégrade nettement dans l'opinion, tandis que...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

L'image de François Fillon, empêtré dans une affaire d'emplois présumés fictifs, se dégrade nettement dans l'opinion, tandis que celle du candidat socialiste à la présidentielle Benoît Hamon est en forte progression, selon un sondage Elabe publié jeudi.

Le candidat de la droite perd 13 points sur un mois, avec 22% des personnes interrogées ayant de lui une image positive, selon ce sondage réalisé pour Les Echos et Radio Classique. Chez les seuls sympathisants de la droite et du centre, François Fillon dégringole de 22 points (55%).

Benoît Hamon, vainqueur le 29 janvier de la primaire socialiste élargie, gagne au contraire dix points, à 37%. Chez les sympathisants de gauche, il se hisse en tête du classement en progressant de 15 points (67% d'avis positifs).

Tous électeurs confondus, la liste des personnalités est menée par le candidat du mouvement En Marche!, Emmanuel Macron, en hausse de 2 points (43%). Il est suivi par Alain Juppé, candidat malheureux à la primaire de la droite (-1 à 39%), puis Benoît Hamon. La présidente du Front national Marine Le Pen perd un point (28%).

La cote de confiance de François Hollande baisse par ailleurs d'un point, à 20%, après la hausse qui avait suivi en décembre sa décision de ne pas briguer un second mandat. Celle du Premier ministre Bernard Cazeneuve progresse de cinq points à 32%.

Sondage réalisé les 7 et 8 février par internet, selon la méthode des quotas, auprès d'un échantillon de 1.050 personnes âgées de 18 ans et plus. Marge d'erreur de 1,4 point à 3,1 points.

Les baromètres sur les cotes de confiance donnent une indication de l'état des rapports de force et des dynamiques au jour de la réalisation du sondage.

Dans la même thématique

Paris: Lucie Castets
7min

Politique

« Exigeante », « politique », « âpre négociatrice » : le profil de Lucie Castets par les sénateurs qui l’ont côtoyée

Cette haute fonctionnaire de 37 ans, issue de la société civile et très marquée à gauche, a été choisie par le Nouveau Front populaire comme candidate au poste de Première ministre. Au Sénat, plusieurs élus ont été amenés à travailler avec elle à la mairie de Paris. Ils saluent ses aptitudes, et l’appellent désormais à engager une « bataille de l’opinion » pour pousser Emmanuel Macron à la nommer à Matignon.

Le

Paris Olympics
6min

Politique

Candidature du NFP à Matignon : Emmanuel Macron « botte en touche en disant qu’on va d’abord s’occuper des JO »

Mardi 23 juillet, Emmanuel Macron a donné sa première longue interview télévisée depuis la dissolution et les législatives. L’occasion pour le président de la République de livrer son analyse du scrutin, de temporiser et de refuser net la candidate du Nouveau Front populaire pour Matignon. Analyse de cette prestation avec l’expert en communication Philippe Moreau-Chevrolet.

Le

Emmanuel Macron interview sur France TV
4min

Politique

Emmanuel Macron est-il contraint de nommer Lucie Castets Première ministre ?

Hier, le Nouveau Front populaire s’est accordé sur le nom de Lucie Castets comme candidate au poste de Première ministre. Emmanuel Macron a balayé cette candidature considérant que cela n’était « pas le sujet ». Ce matin, Lucie Castets a demandé au Président de la République « de prendre ses responsabilités et de la nommer Première ministre ». Si constitutionnellement rien ne le contraint à nommer un Premier ministre, la décision du chef de l’Etat réside dans le choix « qui lui semble le plus à même de résister à une motion de censure », selon Bastien François, professeur de sciences politiques à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Le