Présidentielle : « La retraite à 65 ans n’est pas soutenable humainement », défend Ian Brossat

Présidentielle : « La retraite à 65 ans n’est pas soutenable humainement », défend Ian Brossat

Réagissant à la proposition d‘Emmanuel Macron de reculer l’âge de départ à la retraite, Ian Brossat, le porte-parole du candidat communiste Fabien Roussel estime qu’elle n’est pas compatible avec l’espérance de vie des ouvriers.
Romain David

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

Pas encore de programme mais quelques propositions. Entré dans la campagne électorale la semaine dernière, Emmanuel Macron, s’il est réélu, souhaite faire passer progressivement l’âge de départ à la retraite à 65 ans. L'information a été confirmée jeudi par le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, sur RTL. Il s’agit pour la majorité, après une première tentative de réforme interrompue par la crise sanitaire à la fin du quinquennat, d’assurer la soutenabilité du système et de financer la protection sociale. « Je conteste cet argument radicalement », a réagi vendredi matin Ian Brossat, le porte-parole et directeur de campagne du candidat communiste Fabien Roussel, au micro de « Bonjour chez Vous ! » sur Public Sénat. « Avant d’être un enjeu comptable, la retraite est un enjeu de société. »

« Quand le Conseil national de la Résistance a créé le système de la Sécurité sociale et la retraite par répartition, il ne l’a pas fait en se demandant combien ça coûte. La première question que l’on s’est posée, c’est : quel est le projet de société que l’on défend ? C’est permettre à tout le monde d’avoir une retraite digne », explique Ian Brossat.

« Si l’on vit plus longtemps, c’est parce que l’on travaille moins longtemps »

« Nous disons avec Fabien Roussel qu’il faut une retraite à 60 ans parce que l’espérance de vie d’un ouvrier en bonne santé c’est 55 ans ! », argue celui qui est également adjoint à la mairie de Paris. « Emmanuel Macron, comme d’autres, Madame Pécresse, Monsieur Zemmour… est en train de leur expliquer qu’ils vont devoir travailler jusqu’à 65 ans. Ce n’est pas possible ! Cela n’est pas soutenable humainement », s’agace Ian Brossat.

« On nous dit que l’on vit plus longtemps, donc qu’il faut travailler plus longtemps. Si l’on vit plus longtemps, c’est parce que l’on travaille moins longtemps et que la gauche au pouvoir, en 1981, a mis en place la retraite à 60 ans », argue encore le communiste. « Mais il n’y a pas que ce paramètre-là qui doit rentrer en ligne de compte. Aujourd’hui, les travailleurs sont plus productifs que dans les années 1980. Est-ce qu’ils ne doivent pas, eux aussi, profiter de cette richesse supplémentaire ? »

Le candidat Fabien Roussel propose pour sa part un retour à l’âge de départ à 60 ans, avec un montant minimum de 1200 euros par mois. « Ça a un coût, c’est 40 milliards d’euros », admet Ian Brossat. « Mais c’est tout à fait finançable, à la condition de faire cotiser les revenus du capital. »

Dans la même thématique

Présidentielle : « La retraite à 65 ans n’est pas soutenable humainement », défend Ian Brossat
7min

Politique

Européennes : « La tentation d’un pacte brun, à la fois sur l’écologie et les idéologies, nous menace », alerte l’écologiste David Cormand

Dans la dernière ligne droite de la campagne des européennes, trois candidats, chacun à la seconde place de leur liste, sont venus sur le plateau d’Extra Local : Céline Imart pour la liste LR, David Cormand pour la liste des Ecologistes et Guillaume Peltier pour Reconquête. Ils se sont exprimés notamment sur l’immigration, la future présidence de la Commission européenne ou le nucléaire.

Le

French Prime Minister Gabriel Attal visit in Valence
7min

Politique

Délinquance des mineurs : après l’avoir supprimée, le gouvernement veut réintroduire la comparution immédiate

Un peu plus d’un mois après ses annonces destinées à « renouer avec les adolescents et juguler la violence », Gabriel Attal a esquissé des nouvelles pistes sur la justice pénale des mineurs qu’il souhaite voir intégrer dans un projet de loi d’ici la fin de l’année, notamment la possibilité d’être jugé à partir de 16 ans en comparution immédiate. Une procédure qui avait été supprimée lors de la réforme de la justice pénale des mineurs en 2021.

Le