Présidentielle : la sénatrice centriste Françoise Gatel soutient Emmanuel Macron

Présidentielle : la sénatrice centriste Françoise Gatel soutient Emmanuel Macron

La sénatrice d’Ille-et-Vilaine, à la tête de la délégation aux collectivités territoriales du Sénat, fait le choix de soutenir le président de la République dans le dernier mois de la campagne présidentielle. Elle défend un choix de « responsabilité » dans un contexte « international inédit et grave ».
Public Sénat

Par Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Emmanuel Macron élargit le nombre de ses soutiens au Parlement. Dernier renfort, loin d’être anecdotique : celui de la sénatrice Françoise Gatel (Union centriste). Avec d’autres élus de Bretagne, l’ancienne maire de Châteaugiron a annoncé dans un communiqué ce 8 mars qu’elle soutiendrait Emmanuel Macron pour cette élection présidentielle. « L’élection présidentielle se déroule dans un contexte international inédit et grave. En responsabilité et conscience, convaincus qu’un monde dangereux nécessite stabilité, courage, expérience, nous, élus centristes, faisons le choix de soutenir Emmanuel Macron », a-t-elle expliqué. Selon elle, « l’heure est à la responsabilité et à l’union des démocrates pour bâtir une France forte dans une Europe puissante ».

Françoise Gatel a une place importante au Sénat, puisqu’elle occupe depuis octobre 2020 la présidence de la délégation aux collectivités territoriales et à la décentralisation. Cette interface avec les élus locaux est centrale dans une chambre parlementaire, dont l’une des missions est de les représenter. Vice-présidente de l’Union des démocrates et indépendants (UDI), la position de Françoise Gatel tranche avec celle du parti. Le 22 janvier, le conseil national du petit parti de centre droit avait décidé, par 96,73 %, de soutenir officiellement la candidate LR Valérie Pécresse.

Ce soutien ne fait pas l’unanimité, et certains comme le sénateur Olivier Cadic, autre soutien déclaré d’Emmanuel Macron, mettait en doute le processus. « Il n’y a pas eu de débat avant sur le soutien à Pécresse. Tout était organisé pour arriver à ce résultat-là », avait-il déclaré à Public Sénat fin février.

Parmi les autres centristes ayant signé le communiqué, se trouvent également le sénateur Union centriste Jacques Le Nay (Morbihan), Fabrice Loher, maire UDI de Lorient, ou encore l’ancien député d’Ille-et-Vilaine Philippe Rouault.

Dans la même thématique

L’hémicycle du Sénat
7min

Politique

Aide médicale d’Etat : la majorité sénatoriale divisée sur les conclusions du rapport Stefanini Evin

Un rapport remis lundi au gouvernement balaye l’hypothèse d’une suppression de l’Aide médicale d’Etat (AME), tout en préconisant une réforme du dispositif. Cette étude prend toutefois ses distances avec le chemin tracé par la majorité sénatoriale, qui a fait disparaître l’AME lors de l’examen du projet de loi immigration en novembre, pour lui substituer une aide d’urgence.

Le

TOULOUSE:Nouvelle unite hospitaliere specialement amenagee (UHSA)
3min

Politique

Attentat de Paris : une proposition de loi du Sénat pour fixer une durée de sûreté d’hospitalisation en psychiatrie

L’attentat de Paris commis par un homme souffrant de troubles psychiatriques et qui était soumis à une injonction de soins jusqu’en en avril, relance le débat sur l’irresponsabilité pénale. La sénatrice centriste, Nathalie Goulet a redéposé un texte datant de 2021 qui prévoit pour les personnes ayant été déclarées irresponsables pénalement, une durée de sûreté d’hospitalisation.

Le

Budget : un rapport du Sénat épingle la progression du coût de l’aide médicale d’État
6min

Politique

« L’aide médicale d’État n’apparaît pas comme un facteur d’attractivité » pour l’immigration, selon un rapport commandé par le gouvernement

Considéré comme « un appel d’air » migratoire par la droite sénatoriale, l’aide médicale d’État avait été supprimée dans le cadre du projet de loi immigration avant d’être réintégrée en commission par les députés. Un rapport sur ce dispositif commandé par l’exécutif vient tempérer cette affirmation et juge ce dispositif à destination des étrangers en situation irrégulière « globalement maîtrisé ».

Le