Présidentielle : la sociologie du vote

Présidentielle : la sociologie du vote

Age, revenus, diplômes… L’institut Ipsos/Sopra Steria dévoile les détails de ce premier tour.
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Les résultats de ce premier tour sont désormais connus et l’étude de sociologie, réalisée par Ipsos/Sopra Steria pour France Télévisions, Radio France LCP/Public Sénat, RFI-France 24, Le Point et Le Monde, donne de premières indications sur les raisons de ce vote. Concernant les tranches d’âge, Jean-Luc Mélenchon fait le plein chez les jeunes puisque 30% des électeurs entre 18 et 24 ans ont choisi le candidat de la France insoumise. Sur la tranche d’âge supérieure (25-34 ans), c’est Emmanuel Macron qui recueille les meilleurs suffrages (28%) devant Marine Le Pen (24%). Comme lors de la primaire de droite, François Fillon a séduit les retraités : 45% des électeurs de plus de 70 ans ont choisir le candidat malheureux de la droite et du centre.

1.png

Du côté des professions, 33% des cadres ont choisi Emmanuel Macron tandis que 32% des employés et 37% des ouvriers se sont tournés vers Marine Le Pen. La présidente du Front national capte aussi en majorité les chômeurs (26%), et les salariés du public (27%).

2.png

S’agissant du niveau d’étude, les plus diplômés (au moins bac +3) préfèrent Emmanuel Macron (30%), François Fillon (24%) et, plus étonnement, Jean-Luc Mélenchon (20%). Les moins diplômés (inférieur au bac) ont majoritairement choisi Marine Le Pen (30%). Le rapport entre le vote et le niveau de revenu donne des résultats similaires, les plus riches ayant choisi avant tout Emmanuel Macron et François Fillon.

3.png
4.png

Concernant la répartition des voix depuis 2012, les électeurs de François Hollande ont en grande partie migré vers Emmanuel Macron. 47% d’entre eux ont choisi le candidat d’En Marche, contre 24% pour Jean-Luc Mélenchon et seulement 15% pour Benoît Hamon.

5.png

Enfin, les électeurs d’Emmanuel Macron semblent avoir pris leur décision en fin de campagne puisque 29% d’entre eux ont pris leur décision « ces derniers jours » et même 23% « au dernier moment. »

capture.png
6.png

Dans la même thématique

Présidentielle : la sociologie du vote
4min

Politique

Dissolution : « Le quinquennat d’Emmanuel Macron s’est terminé le 9 juin », affirme Patrick Kanner

Invité de la matinale de Public Sénat, Patrick Kanner, président du groupe socialiste au Sénat s’est exprimé sur les enjeux de la campagne pour les législatives. L’élu du Nord n’a pas épargné le président de la République, considérant que « sa parole n’existe plus ». Le socialiste s’inquiète également des conséquences de la dissolution.

Le

Raphael Glucksmann public meeting in Blanquefort
3min

Politique

Sondage : Raphaël Glucksmann devient la personnalité de gauche la plus populaire, Jean-Luc Mélenchon s'écroule

Le dernier relevé du baromètre politique d’Odoxa, réalisé par Mascaret pour Public Sénat et la presse quotidienne régionale, fait état d’un fort regain de popularité pour les personnalités du Nouveau Front Populaire de Raphaël Glucksmann à Fabien Roussel, à l’exception notable de Jean-Luc Mélenchon dont la cote de popularité s’effondre.

Le

FRA – RN – LEGISLATIVES – CONF DE PRESSE BARDELLA
5min

Politique

Le « barrage républicain » contre le RN s'effrite, la gauche principale repoussoir, selon notre baromètre Odoxa

Le dernier relevé du baromètre politique Odoxa, réalisé par Mascaret pour Public Sénat et la presse quotidienne régionale, fait apparaître un renversement historique du « barrage républicain ». Le Rassemblement national ne fait plus figure de repoussoir, et c’est contre le RN qu’un barrage serait le moins susceptible de se former. A l’inverse, le Nouveau Front Populaire semble être la force politique la plus exposée au barrage.

Le

France Vaccines Africa
3min

Politique

Sondage : la popularité d’Emmanuel Macron s’effondre à 27% d’opinions favorables 

A moins d’une semaine du premier tour des élections législatives anticipées, le pari de la « grande clarification » politique, voulue par Emmanuel Macron à travers la dissolution de l’Assemblée nationale, semble tourner à la déconvenue pour le chef de l’Etat. Le dernier relevé du baromètre politique d’Odoxa, réalisé par Mascaret pour Public Sénat et la presse quotidienne régionale, égratigne la stratégie d’Emmanuel Macron dont la popularité continue de reculer.

Le