Présidentielle: le patrimoine des candidats rendu public

Présidentielle: le patrimoine des candidats rendu public

Les déclarations de patrimoine des candidats à l'élection présidentielle seront pour la première fois rendues publiques au moins quinze jours...
Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Les déclarations de patrimoine des candidats à l'élection présidentielle seront pour la première fois rendues publiques au moins quinze jours avant le premier tour, un effet des lois sur la transparence de la vie publique de 2013.

Jusqu'en 2012, les déclarations de patrimoine des candidats étaient déposées au Conseil constitutionnel, mais seule celle du candidat élu était publiée au Journal officiel, après le scrutin.

Bien immobiliers, comptes bancaires, véhicules: désormais, les déclarations de tous les candidats, toujours remises au Conseil constitutionnel, seront transmises à la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique, qui les publiera (hors adresses personnelles et noms des conjoints).

Les revenus mensuels du couple Fillon de 2012 à 2016
Les revenus mensuels du couple Fillon de 2012 à 2016
AFP

Elles seront visibles sur son site internet au moins 15 jours avant le premier tour, soit au plus tard le 9 avril, et jusqu'à la proclamation officielle des résultats. La déclaration du candidat élu restera consultable pendant toute la durée de son mandat.

La Haute autorité (HATVP) ne pourra toutefois que publier ces déclarations de façon brute, sans les assortir d'appréciations sur leur sincérité ou leur caractère exact et complet.

La publication des déclarations de patrimoine a été inscrite dans la loi à l'initiative du député socialiste René Dosière. Ce scrutateur des dépenses de l'Etat avait vivement défendu le principe d'une sanction en cas de déclaration inexacte ou incomplète, par "une réduction du remboursement forfaitaire des frais de campagne" des candidats concernés.

Cependant, le candidat peut déjà avoir été soumis à un contrôle par la HATVP (avec le concours de l'administration fiscale), dans le cas où il a été ces dernières années ministre, parlementaire ou président d'une grande collectivité. Les lois adoptées après le scandale Cahuzac ont en effet instauré l'obligation pour 9.000 décideurs publics d'établir des déclarations d'intérêts et de patrimoine.

Le candidat de la gauche à la présidentielle Benoît Hamon à Lisbonne, le 17 février 2017 lors d'une visite au Portugal
Le candidat de la gauche à la présidentielle Benoît Hamon à Lisbonne, le 17 février 2017 lors d'une visite au Portugal
AFP

Dans la tourmente de soupçons d'emplois fictifs pour trois membres de sa famille, François Fillon a rendu publique sa déclaration de patrimoine, celle remise en tant que député en fin de mandat à la HATVP, qui vérifie qu'il n'y a pas eu d'enrichissement personnel.

Le candidat socialiste Benoît Hamon a lui aussi joué la transparence en dévoilant spontanément son patrimoine jeudi, bien avant la date légale.

Dans la même thématique

Présidentielle: le patrimoine des candidats rendu public
3min

Politique

Crise agricole : « 80% des engagements sont tenus ou en passe d’être tenus », affirme Gabriel Attal

Interrogé par François Patriat, président du groupe RDPI (majorité présidentielle) au Sénat sur la crise agricole, le Premier Ministre a reconnu une situation difficile pour les agriculteurs français, déplorant « un malaise, une détresse, une exaspération qui vient de loin », tout en se réjouissant de la réponse apportée par le gouvernement à travers les 62 engagements promis lors de sa conférence de presse début février.

Le

Présidentielle: le patrimoine des candidats rendu public
2min

Politique

Prix planchers dans l’agriculture : « Si on ne supprime pas la surtransposition des normes, le prix garanti sera un échec », estime Marine Le Pen

Ce 28 février, Marine Le Pen était en visite au Salon de l’agriculture. L’occasion pour la présidente du groupe RN à l’Assemblée de réagir aux dernières annonces d’Emmanuel Macron pour faire face à la crise agricole. Sans certaines conditions, elle estime que l’instauration de prix planchers pourrait conduire à « la ruine de l’agriculture ».

Le