Présidentielle : le retrait de Yannick Jadot divise chez EELV

Présidentielle : le retrait de Yannick Jadot divise chez EELV

L’accord électoral annoncé jeudi soir entre Yannick Jadot et Benoît Hamon laisse une partie des militants et des responsables écologistes amers.
Public Sénat

Temps de lecture :

5 min

Publié le

Mis à jour le

Le projet de « plateforme présidentielle », négocié entre le candidat socialiste et le candidat écologiste et rendu public ce jeudi, n’est pas du goût de tout le monde chez Europe Écologie-Les Verts (EELV). Certains regrettent que l’avenir de la candidature écologiste à la présidentielle ne dépende que d’un accord réduit à deux partis.

Le maire du deuxième arrondissement de Paris, Jacques Boutault, a évoqué l’incompréhension de « beaucoup d’écologistes » :

Accord « sans garanties »

Les signataires de la motion « L’imprévu », arrivée troisième au congrès de 2016, avec 16% des voix, sont montés au créneau dès mercredi, publiant un texte intitulé « un candidat pour trois mais pas deux », dans lequel ils ont dénoncé un accord sans garanties « pour sauver quelques sièges de parlementaires » :

« Certes les promesses sur le fond sont sans doute intéressantes sur le papier, mais alors comment un accord à deux sans garanties concrètes, derrière le PS, pourrait déboucher sur une majorité parlementaire solide de changement ? […]C’est à se demander si aucune leçon du passé et de l’échec de 2012 ne semble avoir été tirée »

« Le PS n'a pas miraculeusement changé depuis la victoire de Hamon et je ne vois aucun gage qui permette de leur faire confiance à nouveau », appuie Antoine Tifine, un membre du bureau des Jeunes Écologistes, dans une suite de messages publiés sur Twitter :

En conclusion, il annonce qu’il y a « peu de chances qu’il vote oui ». Un conseiller fédéral d’Alsace va dans la même direction :

À Lyon, le vice-président de la métropole s’en prend à la « Firme », un terme utilisé pour désigner l’organe de direction du parti, et se désole de « liquidation » de l’écologie :

Annonce du retrait jugée prématurée

L’annonce du retrait du candidat d’EELV au profit du socialiste, sur le plateau du 20 Heures de France 2 jeudi dès jeudi, passe mal également. Car Yannick Jadot a conditionné son retrait de la course présidentielle, et le soutien à Benoît Hamon, à l’adoption de la plateforme et de l’accord électoral, qui seront soumises au vote des militants écologistes à partir ce vendredi et jusqu’à dimanche midi. Le candidat l’a d’ailleurs souligné lors de l’interview :

« Alors oui, ce soir, je retire ma candidature. C'est ce sur quoi voteront tous ceux qui ont participé à la primaire écologiste. »

Mais le mal semble fait chez plusieurs écologistes, comme ce membre du conseil fédéral :

La conseillère régionale d’Île de France Bénédicte Monville a laissé éclater hier sa colère, indiquant que son parrainage irait désormais pour Jean-Luc Mélenchon :

Pour un candidat aux législatives, « la manière est tout cas détestable » :

« On va attendre le vote », a réagi Sophie Nicklaus, porte-parole d’EELV à Toulouse :

Interrogé au micro de Samia Dechir, le sénateur Jean Desessard plaide pour une « erreur » de communication et « un oubli essentiel ». « La pression a été énorme », reconnaît l'élu de Paris. « La bonne phrase aurait été de dire : je trouve que c'est un bon accord. Personnellement j'invite les militants et les militants à le voter et si le résultat du vote est positif, je retirerai ma candidature ».

Jean Desessard sur la décision de Yannick Jadot : « La pression a été énorme »
01:58

La réaction la plus violente est probablement venue de Pierre Minnaert, membre du Conseil fédéral d'EELV, qui n’a pas mâché ses mots, accusant Yannick Jadot de « négocier une circonscription », ce que l’intéressé a démenti sur RTL ce vendredi matin.

Il y a huit jours, les adhérents d’EELV avait approuvé à une large majorité – 89,70% (sur une participation de 59,47%) – l’ouverture d’une démarche de « dialogue avec Benoît Hamon, Jean-Luc Mélenchon et toutes celles et tous ceux qui se retrouveraient dans cette démarche ».

Les résultats de la deuxième consultation sont attendus dimanche dans l’après-midi.

 

Dans la même thématique

Présidentielle : le retrait de Yannick Jadot divise chez EELV
3min

Politique

« La France aux abonnés absents le mois où tout se joue dans l’Union » selon l’eurodéputé socialiste Christophe Clergeau

Alors que la montée de l’extrême droite en Europe a été limitée aux élections européennes (quelques dizaines de sièges de gagnés pour les groupes de droite radicale sur les 720 du Parlement européen), le score du Rassemblement national et de Reconquête (37% des voix au total) en France représente un séisme politique en France mais aussi dans l’Union européenne. Le Premier ministre polonais et pro-européen Donald Tusk, malgré la victoire de son parti dimanche contre la droite ultraconservatrice du PiS (Droit et Justice), a fait part de « sa terrible tristesse » après l’annonce de la victoire de l’extrême droite en France.

Le

France : Conference de presse Nouveau Front Populaire
6min

Politique

Le programme des 100 premiers jours du « Nouveau Front populaire » 

Pouvoir d’achat, salaire, énergie, Gaza… Le « Nouveau Front populaire », qui rassemble les principaux partis de gauche, a dévoilé les mesures-clés de son programme commun de gouvernement en cas d’accession au pouvoir à l’issue des législatives anticipées.

Le

France : Conference de presse Nouveau Front Populaire
5min

Politique

Nouveau Front populaire : la répartition des circonscriptions est bouclée, les partis désignent leurs candidats

Dans la soirée de jeudi, le Parti socialiste, la France insoumise, le Parti communiste et les Ecologistes, ainsi que plusieurs autres petits partis de gauche, ont scellé leur accord, actant la naissance du Nouveau Front populaire pour faire face au Rassemblement National. Dépassées, donc, les querelles sur les répartitions des circonscriptions. Pourtant, plusieurs cas posaient problème.

Le