Présidentielle : les Français de l’étranger plébiscitent Emmanuel Macron

Présidentielle : les Français de l’étranger plébiscitent Emmanuel Macron

Quels enseignements peut-on tirer des résultats du 1er tour de l’élection présidentielle chez les Français de l’étranger ? La sociologie particulière de l’électorat expatrié a produit des résultats parfois différents, en favorisant les familles politiques à l’électorat le plus aisé, et donc Emmanuel Macron, et dans une moindre mesure Éric Zemmour et la gauche sociale-démocrate.
Louis Mollier-Sabet

Temps de lecture :

5 min

Publié le

Mis à jour le

Les résultats du 1er tour sont remontés un peu plus tard pour les Français de l’étranger, mais on en connaît maintenant le détail. Les « Français établis hors de France » représentent une partie non négligeable du corps électoral, avec plus d’1,4 million d’inscrits sur les listes électorales, soit plus de 3 % du corps électoral français, l’équivalent d’un département comme les Bouches-du-Rhône. Mais avec un taux d’abstention record à 64,88 %, et donc seulement un quart des inscrits qui se sont déplacés, les Français de l’étranger n’ont représenté que 500 000 voix dans ce premier tour de la présidentielle, sur environ 36 millions de votants, soit seulement 1,4 % de ceux qui sont allés aux urnes.

Le 1er tour chez les Français de l'étranger
Comparatif des résultats du 1er tour de la présidentielle entre les Français de l'étranger et les résultats nationaux (source : Ministère de l'Intérieur)

Emmanuel Macron à 45 %

Sur ces 500 000 voix, Emmanuel Macron en a rassemblé 225 000, soit 45 % des suffrages exprimés. Un plébiscite assez logique dans une population d’expatriés souvent plus aisée que la moyenne de la population française, surtout avec une participation aussi basse, qui, par des mécanismes d’abstention différentielle, favorise la participation d’un électorat macroniste comparé, notamment, à l’électorat de Jean-Luc Mélenchon ou surtout de Marine Le Pen. Les 11 circonscriptions des Français de l’étranger à l’Assemblée nationale ont d’ailleurs toutes été gagnées par des LREM ou des centristes en 2017, même si certains ont depuis viré de bord, comme Joachim Son-Forget, passé chez Éric Zemmour depuis.

Rapport de force inversé à l’extrême droite : Zemmour devant Le Pen

D’ailleurs, le candidat de Reconquête réalise des scores relativement hauts chez les Français établis hors de France, puisqu’il finit au-dessus de son score national (8,7 % contre 7 %) et surtout, devant Marine Le Pen, très largement en dessous de son score national avec 5,2 %. L’explication est sans aucun doute à chercher dans la sociologie particulière des Français de l’étranger, où les CSP + sont plus fortement représentés que sur l’ensemble du territoire national. Les circonscriptions des Français de l’étranger sont donc très défavorables à Marine Le Pen, qui rassemble un électorat populaire avec un niveau de diplôme relativement plus faible que celui de ses principaux concurrents.

Or, au sein de l’extrême droite, la composition sociale de l’électorat d’Éric Zemmour, plus urbain, plus aisé et diplômé, correspond plus aux milieux sociaux dans lesquels évoluent les « Français établis hors de France. » D’où un score un peu plus élevé que sa moyenne sur l’ensemble des votants d’Éric Zemmour, et surtout une performance très en dessous de son niveau national de Marine Le Pen. Même si le total de voix qui reviennent à l’extrême droite reste bien plus faible chez les Français de l’étranger que sur l’ensemble du territoire. Si l’on ajoute les 1,4 % de Nicolas Dupont-Aignan le total de voix de l’extrême droite représente un peu plus de 15 % des suffrages.

» Pour en savoir plus : Présidentielle : Age, profession, lieu de résidence… quel est le profil des électeurs ?

Jadot et Hidalgo surreprésentés par rapport à leur niveau national

Le 1er tour de la présidentielle chez les Français de l'étranger
Comparatif des résultats du 1er tour de la présidentielle entre les Français de l'étranger et les résultats nationaux (source : Ministère de l'Intérieur)

À gauche, Jean-Luc Mélenchon obtient un score identique à son score national, avec 21,9 % des voix, tandis que Yannick Jadot est, lui, relativement surreprésenté chez les Français de l’étranger, avec 8,6 % des suffrages exprimés, presque le double de son score national (4,6 %). Là aussi, une composition traditionnellement urbaine et diplômée de l’électorat d’EELV a pu favoriser Yannick Jadot chez les Français établis hors de France, même si son score permet difficilement de dégager des tendances statistiques sur ce premier tour de la présidentielle 2022. Avec un électorat relativement proche de celui d’EELV, il n’est pas surprenant qu’avec 2,5 % des suffrages exprimés, Anne Hidalgo réalise, elle aussi, un score relativement plus élevé qu’au niveau national (1,75 %).

Pécresse ne tire pas parti d’une sociologie favorable, alors que le communisme, l’anticapitalisme et Jean Lassalle parlent difficilement aux expats

Valérie Pécresse n’a, elle, pas su profiter de cette sociologie particulière des Français de l’étranger, pourtant très favorable à Nicolas Sarkozy en 2012 par exemple, en réunissant 38 % des suffrages au 1er tour, contre 27 % au niveau national, et en finissant à 53 % au 2nd tour, contre 48,3 % au niveau national. La candidate LR obtient 4,2 % des suffrages, contre 4,8 au niveau national.

Sans surprise le communisme ne fait pas carton plein chez les Français établis hors de France, avec 0,6 % pour Fabien Roussel, contre 2,3 % sur l’ensemble du territoire, soit un score 4 fois inférieur. De même pour la gauche anticapitaliste, avec 0,6 % pour Philippe Poutou et 0,25 % pour Nathalie Arthaud. Dans un autre registre, Jean Lassalle non plus n’a pas séduit les Français de l’étranger, puisqu’il sous-performe avec 1,2 % des voix, presque le tiers de son score national.

Dans la même thématique

Présidentielle : les Français de l’étranger plébiscitent Emmanuel Macron
2min

Politique

Retraites : « La Constitution a été respectée, je ne vois pas pourquoi deux mois après on reviendrait sur ce texte » s’étonne Philippe Manière.

La réforme des retraites a beau avoir été adoptée mi-avril sans vote du Parlement, les oppositions tentent toujours d’abroger un texte qu’elles estiment injuste. Les élus du groupe Libertés, Indépendants, Outre-mer et Territoires (LIOT) ont mis sur la table une proposition de loi visant à faire revenir l’âge légal à 62 ans. Mais avant son éventuel examen le 8 juin, la majorité présidentielle est parvenue ce mercredi à supprimer sa principale mesure en commission. Est-il normal de vouloir débattre d'une loi récemment adoptée par le Parlement ?

Le

7min

Politique

Sénatoriales 2023 dans le Pas-de-Calais : la multiplication des candidatures

Dans le Pas-de-Calais, les listes se dessinent petit à petit. Face à une gauche qui part en ordre dispersé, la stratégie du camp présidentiel est encore floue et suspendue à la candidature de l’ex-ministre Brigitte Bourguignon. La droite mise sur la continuité et réinvestit ses sortants dans une liste mêlant LR et UDI. Le RN espère bien obtenir un siège dans ce fief de Marine Le Pen, dans la foulée de la vague frontiste des législatives.

Le

Paris: Senate pension debat
8min

Politique

Immigration : que contiennent les deux propositions de loi LR ?

Les deux propositions de loi constitutionnelle et ordinaire présentées par les Républicains ont été déposées au Sénat cette semaine. Le texte ordinaire composé de plus de 56 articles reprend les mesures du rapport adopté par la commission des lois en mars avec quelques nouveautés sur la restriction du droit du sol et les procédures d’éloignement.

Le

Rome Laurence Rossignol French Minister of Families
9min

Politique

Sénatoriales 2023 : Laurence Rossignol sera-t-elle candidate dans le Val-de-Marne… ou les Hauts-de-Seine ?

La sénatrice PS de l’Oise, qui n’a pas reçu le soutien des militants locaux pour les sénatoriales, se cherche une terre de réélection. Cette militante du droit des femmes pourrait se retrouver à la seconde place dans le Val-de-Marne, qui revient théoriquement au PS. Mais l’idée passe mal chez les socialistes locaux. Et EELV réclame aussi la seconde place… Dans ce jeu de chaises musicales, l’hypothèse des Hauts-de-Seine est maintenant évoquée.

Le