Présidentielle : Macron, qui ne renonce pas à la réforme constitutionnelle promise en 2017, veut un exécutif et un Parlement « forts »

Présidentielle : Macron, qui ne renonce pas à la réforme constitutionnelle promise en 2017, veut un exécutif et un Parlement « forts »

Emmanuel Macron a annoncé jeudi qu’en cas de réélection, il mettrait en place « une commission transpartisane pour rénover nos institutions », et tenter ainsi de faire aboutir la réforme constitutionnelle qu’il avait promise en 2017, et qui n’a pu voir le jour faute d’accord avec le Sénat.
Public Sénat

Par Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

Changement de quinquennat, changement de braquet ? À l’occasion de la présentation de son programme présidentiel, Emmanuel Macron, candidat à sa propre réélection, a redit son attachement à la réforme constitutionnelle qu’il avait promise en 2017, mais qu’il n’a pas pu mener à son terme, faute d’accord entre les deux chambres du Parlement. En cas de réélection, le chef de l’Etat entend bien remettre ce sujet sur la table, mais en changeant de méthode cette fois.

« Je n’ai pas réussi à porter la réforme des institutions de notre Constitution que je défendais parce qu’il n’y a pas eu d’accord politique », a admis Emmanuel Macron, qui s’exprimait ce jeudi 17 mars depuis les docks de Paris à Aubervilliers. « Je n’ai pas changé de conviction à cet égard. Si les Françaises et les Français me font confiance, je lancerais une commission transpartisane pour rénover nos institutions, parce que je pense qu’elles en ont besoin », a-t-il expliqué.

« Je continue d’être favorable, à titre personnel, à plus de proportionnalité »

« Je suis attaché à l’efficacité de nos institutions, je pense qu’il faut des femmes et des hommes qui puissent décider, et prendre les responsabilités. Je suis donc pour un exécutif fort », a-t-il déclaré. « Je suis aussi pour un Parlement fort qui puisse encore renforcer ses missions de contrôle », a-t-il ajouté. « Notre démocratie a besoin de clarifier les thèmes et les règles de la responsabilité politique en démocratie. »

« Nous avons aussi besoin d’améliorer la représentativité », a encore indiqué Emmanuel Macron. « Je continue d’être favorable, à titre personnel, à plus de proportionnalité ». Pour mémoire, la réforme avortée proposait l’instauration d’une dose de proportionnelle à l’Assemblée nationale, la réduction du nombre de députés et de sénateurs, le non-cumul des mandats dans le temps, la suppression de la Cour de Justice de la République, ou encore – sujet particulièrement d’actualité – l’inscription de la Corse dans la Constitution. Sur ce dernier sujet, Emmanuel Macron n’a pas hésité à renvoyer la responsabilité du désaccord sur le Sénat. « Interrogez la majorité sénatoriale et son Président. C’est eux qui ont bloqué », a lâché le candidat… Mais s’il veut réformer la Constitution, en cas de réélection, Emmanuel Macron n’aura pas d’autre choix que de s’entendre avec le Sénat.

» Lire notre feuilleton :

- Réforme constitutionnelle (1/2) : récit d’un poker menteur qui a opposé Macron à Larcher

- Réforme constitutionnelle (2/2) : tu veux ou tu veux pas ?

Dans la même thématique

Migration Europe
6min

Politique

Pacte européen asile et migration : qu'ont voté les eurodéputés français ?

Soutenu par les sociaux-démocrates et la droite européenne, le pacte asile et migration a été adopté au Parlement européen. Mais, contrairement à leurs collègues des autres États membres, Raphaël Glucksmann et François-Xavier Bellamy – têtes de liste socialiste et Les Républicains – se sont opposés au texte.

Le

Paris: weekly session of questions to the government at the Senate
3min

Politique

RIP sur l’immigration : pour Bruno Retailleau, le Conseil constitutionnel « outrepasse son rôle »

Les Républicains s’en prennent une nouvelle fois au Conseil constitutionnel après avoir vu leur proposition de référendum d’initiative partagée (RIP) sur l’immigration invalidée par les Sages. « Un nouveau tournant » pour le patron de la droite sénatoriale qui avait déjà eu des mots assez durs à l’égard de la plus haute juridiction lors de la large censure de la loi immigration.

Le

Paris: The political party LR Les Republicains organized an economic evening
4min

Politique

RIP sur l’immigration : le Conseil constitutionnel rejette la demande des LR

Les Républicains avaient recueilli le nombre de signatures de parlementaires nécessaires pour lancer un référendum d’initiative partagée sur l’immigration. Leur proposition de loi référendaire visant à conditionner certaines prestations sociales aux étrangers en situation régulière a été jugée non conforme à la Constitution par le Conseil Constitutionnel.

Le