Présidentielle: Marine Le Pen va emprunter 6 millions d’euros à son père

Présidentielle: Marine Le Pen va emprunter 6 millions d’euros à son père

Marine Le Pen, candidate à l'élection présidentielle, va emprunter pour sa campagne environ six millions d'euros à son père, Jean...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Marine Le Pen, candidate à l'élection présidentielle, va emprunter pour sa campagne environ six millions d'euros à son père, Jean-Marie, qu'elle a exclu du Front national, a-t-on appris samedi auprès de sources FN, confirmant une information du Parisien.

Mme Le Pen va emprunter environ "six millons d'euros à Jean-Marie Le Pen", via le microparti du fondateur du FN, Cotelec, "avec libération progressive des différentes tranches", a déclaré à l'AFP son directeur de campagne, David Rachline.

"Il n'y a rien de nouveau sous le soleil", a-t-il ajouté en assurant que cet accord "date d'il y a plusieurs mois".

L'accord porte sur "environ six millions d'euros", a confirmé un proche de Jean-Marie Le Pen.

M. Le Pen avait indiqué à l'automne avoir prêté cete somme au FN pour la présidentielle de 2017, une information que les dirigeants du parti refusaient jusqu'à présent de confirmer publiquement tout en reconnaissant des "discussions".

La semaine dernière, le trésorier du Front national Wallerand de Saint Just avait démenti des informations du Canard Enchaîné sur un nouveau prêt russe au FN de près de 28 millions d'euros en vue de la présidentielle de 2017.

"J’ai obtenu en septembre 2014 un prêt de 9 millions d’euros auprès d’une banque russe", avait-il rappelé. "Malheureusement depuis cette banque russe a déposé son bilan" et "depuis, il n’y a pas de contacts particuliers avec des organismes financiers russes", avait encore affirmé M. de Saint Just.

Nicolas Bay, secrétaire général du Front national, avait de son côté reconnu le 22 décembre qu'"à ce stade", le FN n'avait "pas encore trouvé l'ensemble du financement" pour les prochaines élections, y voyant la preuve que les banques françaises "ne jouent pas le jeu de la démocratie".

Dans la même thématique

Le President de la republique visite le salon international de l’agriculture
5min

Politique

Salon de l’agriculture : le grand débat, « un échec historique pour la communication de l’Élysée »

Face au tollé provoqué par l’invitation des Soulèvements de la Terre à un grand débat avec les acteurs du monde agricole, l’exécutif rétropédale et plaide une « erreur ». La FNSEA, rejointe par d’autres organisations conviées, refuse une telle rencontre. À la veille de l’ouverture du Salon de l’agriculture, le « coup politique » tenté par Emmanuel Macron semble avoir du plomb de l’aile.

Le

Paris: Macron visiting the 59th edition of the International Agriculture Fair
9min

Politique

Le Salon de l’agriculture, du « Casse-toi, pauv' con » à l’œuf jeté sur Macron, une terre fertile en prises de bec

Temps fort de la vie politique, le Salon international de l’agriculture est aussi un terrain favorable aux accrochages, avec des élus et responsables politiques à portée d’engueulade. Le tout sous l’objectif des caméras. Dans un contexte de remobilisation du monde agricole, la 60e édition du « SIA » s’annonce sous haute tension. Retour sur les incidents et autres bousculades qui ont marqué ses allés ces dernières années.

Le

Présidentielle: Marine Le Pen va emprunter 6 millions d’euros à son père
4min

Politique

Salon de l’agriculture : « Il y a un niveau de tension supérieur à celui qu’il y avait au moment des blocages », prévient Arnaud Rousseau

Invité de l’émission Extra Local, le patron de la FNSEA confirme qu’il ne participera pas au grand débat souhaité par l’Élysée en ouverture du Salon de l’agriculture. Point de blocage : l’invitation des Soulèvements de la Terre à la table des discussions. Pour Arnaud Rousseau, « ce n’est pas la manière de sortir de cette crise de manière constructive ».

Le