Présidentielle: moments forts et rebondissements de la campagne

Présidentielle: moments forts et rebondissements de la campagne

Sarkozy, Hollande, Valls hors jeu, Macron et Hamon candidats inattendus, Fillon déstabilisé... A deux mois du premier tour, rarement une...
Public Sénat

Par Dominique CHABROL

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Sarkozy, Hollande, Valls hors jeu, Macron et Hamon candidats inattendus, Fillon déstabilisé... A deux mois du premier tour, rarement une campagne présidentielle française a été aussi riche en rebondissements.

- 2016 -

- 6 avril: Le ministre de l'Économie Emmanuel Macron annonce la création d'un "mouvement politique nouveau", baptisé "En marche" et qui ne sera "pas à droite, pas à gauche"

- 16 août: L'ex-ministre et député frondeur Benoît Hamon annonce sa candidature à la primaire du PS pour 2017, prenant de vitesse son rival Arnaud Montebourg

François Fillon (g) et Alain Juppé lors du débat télévisé du 2e tour de la primaire de la droite, le 24 novembre 2016 à Paris
François Fillon (g) et Alain Juppé lors du débat télévisé du 2e tour de la primaire de la droite, le 24 novembre 2016 à Paris
POOL/AFP/Archives

- 19 octobre: Cécile Duflot, ex-ministre et patronne des Verts, est éliminée dès le premier tour de la primaire organisée par Europe Ecologie-Les Verts. L'eurodéputé Yannick Jadot l'emporte une semaine plus tard

- 16 novembre: Emmanuel Macron, qui a claqué la porte du gouvernement fin août, annonce sa candidature à la présidentielle en appelant à "sortir du statu quo" politique pour répondre aux défis d'une "ère nouvelle"

- 20 novembre: énorme surprise, Nicolas Sarkozy est éliminé dès le premier tour de la primaire de la droite. L'ex-chef de l'Etat ne recueille que 21% des voix, loin derrière François Fillon (44,1%) et Alain Juppé (28,2%). C'est la première fois sous la Ve République qu'un ancien président de la République est écarté de la course à l'Elysée

Nicolas Sarkozy le 20 novembre 2016 à Paris
Nicolas Sarkozy le 20 novembre 2016 à Paris
POOL/AFP/Archives

- 28 novembre: François Fillon s'impose nettement au second tour de la primaire à droite, avec plus de 66% des voix. L'ex-Premier ministre l'emporte avec un programme qu'il veut "radical", notamment dans le domaine économique. Favori des sondages depuis des mois, Alain Juppé rate son pari de rassemblement et d'ouverture au centre

- 1er décembre: François Hollande renonce contre toute attente à briguer un second mandat. Très impopulaire, contesté dans son propre camp, il explique vouloir éviter une déroute de la gauche face à la droite et l'extrême droite. C'est la première fois sous la Ve République que le chef de l'Etat sortant ne se représente pas à un deuxième mandat

Le président François Hollande annonce à la télévision qu'il ne sera pas candidat à un second mandat, le 1er décembre 2016 à Paris
Le président François Hollande annonce à la télévision qu'il ne sera pas candidat à un second mandat, le 1er décembre 2016 à Paris
AFP/Archives

- 5 décembre: Le Premier ministre Manuel Valls annonce sa candidature à la présidence de la République dans le cadre de la primaire organisée par le PS et quitte Matignon le lendemain

- 2017 -

- 22 janvier: Longtemps considéré comme un outsider, Benoît Hamon devance Manuel Valls au 1er tour de la primaire, avec 35,2% des voix contre 31,6%. Faible participation avec 1,6 million de votants, soit un million de moins qu'en 2011

- 24 janvier: Le Canard enchaîné révèle que l'épouse de François Fillon, Penelope, a été rémunérée pendant huit ans comme attachée parlementaire de son mari ou du suppléant de celui-ci et par la Revue des Deux Mondes. Les soupçons d'emplois fictifs ébranlent le candidat de la droite, contraint de s'expliquer. Une enquête judiciaire est ouverte

- 29 janvier: Benoît Hamon (58,65%) l'emporte largement au second tour de la primaire avec un programme résolument à gauche. Manuel Valls (41,35%) a échoué à incarner le renouveau tout en défendant le bilan du quinquennat

- 16 février: En forte baisse dans les sondages, François Fillon exclut de retirer sa candidature même s'il est mis en examen et s'en remet désormais "au seul jugement du suffrage universel"

Dans la même thématique

PARIS: MEDEF, Audition des principales tetes de liste aux prochaines elections europeennes
10min

Politique

Européennes 2024 : les « planètes » sont-elles alignées pour permettre à Raphaël Glucksmann de « doubler » Valérie Hayer ?

Alors que les sondages montrent de plus en plus la liste PS/Place Publique de Raphaël Glucksmann au coude-à-coude avec celle de la majorité présidentielle de Valérie Hayer, la question d’un croisement des courbes n’a jamais semblé aussi brûlante. Si l’optimisme reste de mise dans le camp Macron, « on peut se réveiller le 9 juin avec une énorme surprise », alertent certains. Du côté du PS, « on fait tout pour » reléguer les macronistes à la troisième place.

Le

New Caledonia: Emmanuel Macron visit
6min

Politique

Nouvelle-Calédonie : « Parler aujourd’hui de l’organisation d’un nouveau référendum est totalement prématuré », selon Georges Naturel, sénateur de Nouvelle-Calédonie

Alors que le Président de la République a atterri, il y a seulement quelques heures sur le sol calédonien, Public Sénat a pu contacter Georges Naturel, sénateur LR de Nouvelle Calédonie, se trouvant sur place. S’il regrette que cette visite intervienne « si tard », il salue la « bonne » intention pour restaurer un climat d’apaisement sur le « caillou ». Entretien.

Le