Présidentielle: onze candidats pour un débat télévisé inédit

Présidentielle: onze candidats pour un débat télévisé inédit

C'est une grande première: à 19 jours du premier tour de la présidentielle, la totalité des onze candidats ont rendez-vous mardi soir pour une joute télévisée axée sur les thèmes cruciaux de l'emploi, la sécurité et le social.
Public Sénat

Temps de lecture :

4 min

Publié le

Mis à jour le

C'est une grande première: à 19 jours du premier tour de la présidentielle, la totalité des onze candidats ont rendez-vous mardi soir pour une joute télévisée axée sur les thèmes cruciaux de l'emploi, la sécurité et le social.

Les cinq "grands" candidats Marine Le Pen, Emmanuel Macron, François Fillon, Jean-Luc Mélenchon et Benoît Hamon s'étaient déjà affrontés lors d'un débat pugnace sur TF1 et LCI le 20 mars, sous l'oeil de plus de 10 millions de personnes.

Mais cette fois, se joindront à partir de 20H40 sur BFMTV et CNews les six autres candidats du premier tour: Philippe Poutou (NPA), Nathalie Arthaud (LO), Nicolas Dupont-Aignan (DLF), François Asselineau (UPR), Jean Lassalle et Jacques Cheminade.

"Les +petits+, les +minuscules+ qui vont venir troubler le jeu des +immenses+... Moi, je me mets à genoux tous les matins en les regardant, les immenses", a ironisé mardi matin Jean Lassalle.

"Dans cette campagne, il y a le +in+ et le +off+, comme dans les festivals". "On met dans la tête des électeurs qu'ils doivent départager entre cinq". "Là, pour une fois, on sera sur un pied d'égalité", a estimé Nathalie Arthaud.

Pour Jacques Cheminade, "donner 17 minutes à chacun, c'est pas beaucoup".

"Le débat est visiblement organisé de telle manière que ça empêche les altercations", a jugé Philippe Poutou.

Les candidats auront effectivement 17 minutes de temps de parole, pendant les 3h30 d'émission, disposés en arc de cercle autour des deux journalistes Ruth Elkrief et Laurence Ferrari qui ont dit leur volonté d'être "fermes" pour que "tout le monde soit audible" et éviter "le pugilat".

Le débat sur les programmes laissera tout de même une place au sujet de "la moralisation de la vie publique", a assuré Ruth Elkrief à l'AFP. M. Fillon, mis en examen pour détournement de fonds publics, avait été plutôt épargné lors du débat à cinq.

- Garder ses distances avec les 'petits' -

Présidentielle : le débat du 4 avril
Présidentielle : le débat du 4 avril
AFP

 

Devant 220 personnes, essentiellement leurs proches, les candidats seront interrogés sur trois thèmes : "comment créer des emplois", "comment protéger les Français" et "comment mettre en oeuvre (leur) modèle social".

A chaque question, les prétendants à l'Elysée, qui pourront s'asseoir mais pas utiliser leur téléphone portable, contrairement au débat à cinq, auront 1 minute 30 pour répondre et pourront s'interpeller.

Au vu des sondages, Marine Le Pen et Emmanuel Macron apparaîtront dans l'arène avec le statut de favoris, même si le leader d'En Marche se voit toujours en "outsider".

Selon un responsable FN -qui indique que la candidate "ne se prépare pas vraiment" mais "se mettra un peu au calme" dans l'après-midi-, les "gros" candidats vont s'efforcer de garder leurs distances avec les "petits", car "le but est de ne pas s'exposer à une bataille de chiffonniers avec Arthaud ou Cheminade".

Pour François Fillon, ce sera l'occasion de "défendre" à nouveau son projet a-t-il rappelé lundi, même si un débat de cette nature est "une terre inconnue".

Même état d'esprit pour Emmanuel Macron, dont l'entourage indiquait ce week-end à l'AFP qu'"il n'y a pas vraiment d'idée parce que c'est un tel bordel à onze...".

Le candidat socialiste Benoît Hamon se prépare "déjà à la frustration liée à l'exercice", indique son équipe, qui reconnaît ne pas avoir "pris la mesure du côté télé-crochet" de l'exercice lors du dernier débat. Mais il n'est "pas dans la logique +je prépare mes punchlines+, il ne fait pas du marketing politique", selon son entourage.

Tout l'inverse du côté de Jean-Luc Mélenchon, dont la réputation de tribun a été confortée lors du précédent round et chez qui "il se prépare quelques bonnes punchlines!", selon Danielle Simonnet, porte-parole de La France insoumise.

Ce débat pourrait être le dernier avec l'ensemble des candidats avant le premier tour. Un autre est programmé sur France 2 le 20 avril, à trois jours du scrutin, mais plusieurs candidats ont exprimé des réserves sur cette date, qui empêcherait, selon le Conseil supérieur de l'audiovisuel, un candidat de se défendre si une nouvelle polémique électorale devait émerger.

Dans la même thématique

Palais de Justice de Nice
7min

Politique

Législatives 2024 : les magistrats pourraient-ils s’opposer à un gouvernement dirigé par le RN ? 

A l’approche du premier tour des élections législatives, la question de la possibilité, pour les fonctionnaires, de désobéir au gouvernement devient de plus en plus pressante. Le syndicat de la magistrature a appelé à s’opposer à l’accession au pouvoir de l’extrême-droite. Une déclaration qui pose la question de savoir si les juges pourraient s’opposer à un gouvernement d’extrême-droite.

Le

Présidentielle: onze candidats pour un débat télévisé inédit
5min

Politique

Conflit LR/Ciotti : la direction provisoire du parti s’apprête à saisir la justice

Si Éric Ciotti s’affiche désormais aux côtés de Jordan Bardella et Marine Le Pen, son exclusion des Républicains, votée par deux fois en Bureau politique, a été suspendue par la justice. Les cadres du parti souhaitent convoquer un troisième Bureau politique, mais le député sortant s’y oppose. La direction provisoire du mouvement va donc saisir la justice, afin que soit désigné un administrateur provisoire.

Le

Julian Assange extradition decision at Royal Courts Of Justice in London, UK – 20 May 2024
5min

Politique

Libération de Julian Assange : « La mobilisation de l’opinion publique a payé »

L’épilogue d’une saga judiciaire longue de 14 ans. Ce mardi, Julian Assange a été relâché de sa prison du Royaume-Uni, à la suite d’un accord de plaider-coupable conclu avec la justice américaine. Poursuivi pour avoir révélé des centaines de milliers de documents confidentiels, il encourait jusqu’à 175 ans de prison. Très mobilisé pour la libération du fondateur de Wikileaks, le groupe communiste du Sénat se réjouit de cette libération.

Le