Présidentielle: Oscar Temaru affirme disposer de ses parrainages

Présidentielle: Oscar Temaru affirme disposer de ses parrainages

L’ancien président indépendantiste de la Polynésie française Oscar Temaru a affirmé avoir réuni suffisamment de parrainages pour...
Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

L’ancien président indépendantiste de la Polynésie française Oscar Temaru a affirmé avoir réuni suffisamment de parrainages pour se présenter à l’élection présidentielle, dimanche soir à Tahiti (lundi matin à Paris), à l'antenne de Polynésie Première.

Une demi-heure plus tôt, l’un de ses proches, Moetai Brotherson, avait déjà annoncé sur l’autre chaîne locale, TNTV, qu’il avait recueilli 511 promesses de parrainages issues de 30 départements et collectivités d’outre-mer.

Oscar Temaru a deux principaux objectifs lors de cette présidentielle : faire connaître au plan national son combat contre le colonialisme et les essais nucléaires et proclamer l’indépendance de la Polynésie française en cas de victoire au plan local.

Il compte utiliser l’élection présidentielle comme un référendum d’auto-détermination: "les gens qui voteront pour ma candidature sauront pour qui ils votent", a-t-il affirmé.

Cette auto-proclamation ne serait pas une première dans la République française, a indiqué Moetai Brotherson : "Ce n’est pas un acte dictatorial et immédiat, ça va être discuté avec l’ONU et avec la France, comme ça l’a été aux Nouvelles-Hébrides, devenu le Vanuatu indépendant", a-t-il précisé à l’AFP.

"Le Kosovo a procédé à une auto-proclamation, et la France a été le premier pays à le reconnaître", a fait valoir Oscar Temaru.

Les indépendantistes polynésiens assurent avoir été approchés par tous les principaux candidats, sauf Marine Le Pen. Selon eux, la plupart leur ont proposé de se désister et de reprendre certaines de leurs idées dans leur programme, ce qu’ils ont refusé.

Ils comptent demander aux deux candidats qualifiés pour le second tour de se positionner sur les principales préoccupations de leur parti, comme "le fait colonial et le fait nucléaire", avant d’envisager d’annoncer un éventuel soutien. "On regroupera les revendications de toutes les régions qui souhaitent plus d’émancipation, et moins d’Etat jacobin", a précisé Moetai Brotherson.

Les autonomistes, partisans du maintien de la Polynésie française dans la République, remportent presque toujours les élections locales face aux indépendantistes. Mais ils sont très divisés depuis le conflit entre l’actuel président Edouard Fritch et son prédécesseur et mentor Gaston Flosse.

Le clivage gauche-droite est par ailleurs inexistant en Polynésie, et le vote très affectif à l’égard des leaders politiques locaux. Oscar Temaru parie donc sur un large rassemblement des électeurs sur le seul candidat polynésien à la présidentielle.

Dans la même thématique

Paris : Deux policiers blesses par balle comissariat 13 eme arrondissment
4min

Politique

Sécurité : que proposent les grands blocs politiques pour les élections législatives ?

Ce lundi 14 juin, la campagne pour les élections législatives s’est ouverte, et les programmes des principales forces politiques ont été dévoilés. La sécurité est au cœur du débat et suscite une attention tout particulière au sein de l’opinion publique. Petit aperçu des différentes propositions et promesses sur ce sujet clivant entre les partis.

Le

Rentree scolaire Ecole Primaire Maternelle Saint-Philippe a Nice
7min

Politique

Législatives anticipées : que proposent les trois blocs sur l’éducation ?

Après le pouvoir d’achat, la sécurité et l’immigration, l’éducation divise les différents candidats aux élections législatives. Si le programme gouvernemental sur l’école est bien connu, les deux autres blocs politiques en lice pour les élections législatives prônent des mesures radicalement opposées.

Le

Paris : Auditions au MEDEF
6min

Politique

Législatives : ces sénateurs tentés par la ligne Ciotti/Bardella

Depuis l’alliance annoncée entre Éric Ciotti et Jordan Bardella aux élections législatives, les sénateurs du groupe LR du Sénat font officiellement bloc derrière la ligne d’autonomie définie par le bureau politique du parti. Mais dans cette campagne éclair, certains expriment leurs divergences. Après les 7 juillet, elles pourraient bien s’accentuer.

Le