Présidentielle : plusieurs élus de droite appellent à voter pour Emmanuel Macron

Présidentielle : plusieurs élus de droite appellent à voter pour Emmanuel Macron

Dès l’annonce de l’élimination  de François Fillon, François Baroin ou encore Jean-Pierre Raffarin ont appelé à bloquer le Front national.
Public Sénat

Temps de lecture :

1 min

Publié le

Mis à jour le

C’est un coup dur pour la droite. Arrivé derrière Emmanuel Macron et Marine Le Pen, François Fillon échoue donc à réussir l’alternance. Plusieurs élus de droite ont alors immédiatement appelé à voter pour Emmanuel Macron. C’est notamment le cas de François Baroin qui votera pour le candidat d’En Marche, « à titre personnel », comme il l’a expliqué sur TF1. « Il ne peut pas y avoir de ni-ni pour la présidentielle » affirme-t-il. Même discours pour Hervé Mariton : « Entre le projet, le pire, et un projet moins terrible, je préfère celui d’Emmanuel Macron » souligne l’ancien candidat à la primaire sur Public Sénat et LCP-AN.

"C'est une défaite de la droite" - Hervé Mariton
01:42

« Aujourd'hui, face à la situation dans laquelle nous sommes, il faut se rassembler » explique de son côté Jean-Pierre Raffarin sur France 2. « Il faut se rassembler derrière Emmanuel Macron. » Quant à Christian Estrosi, il a publié un communiqué dès l’annonce du résultat pour appeler à voter pour le candidat d’En Marche. « Fidèle au gaullisme, j'ai toujours défendu l'idée que la campagne devait se concentrer sur l'élimination de Marine Le Pen au deuxième tour » se justifie celui qui s’est montré très critique envers François Fillon lors de la campagne. De son côté, Alain Juppé "attend qu’Emmanuel Macron restaure le crédit de la France sur la scène européenne et mondiale, et qu’il donne à la jeunesse de France l’espoir d’un monde nouveau."

Les sénateurs Républicains ne sont pas en reste. « Cette situation n'était pas inéluctable si notre candidat avait pris ses responsabilités comme nous avons été nombreux à le demander au début du mois de mars » tacle dans un communiqué sévère la sénatrice du Bas-Rhin Fabienne Keller. Pour son collègue Alain Houpert, « c'est non seulement une immense frustration, mais aussi une légitime colère (…) je regrette l'obstination de François Fillon qui a remplacé ses convictions et ses valeurs par des éléments de langages dictés par ses communicants, qui a tenté de faire passer son entêtement pour du courage. »

Luc Chatel appelle également à voter pour Emmanuel Macron au second tour et se projette vers les élections législatives.

Dans la même thématique

Présidentielle : plusieurs élus de droite appellent à voter pour Emmanuel Macron
3min

Politique

« La France aux abonnés absents le mois où tout se joue dans l’Union » selon l’eurodéputé socialiste Christophe Clergeau

Alors que la montée de l’extrême droite en Europe a été limitée aux élections européennes (quelques dizaines de sièges de gagnés pour les groupes de droite radicale sur les 720 du Parlement européen), le score du Rassemblement national et de Reconquête (37% des voix au total) en France représente un séisme politique en France mais aussi dans l’Union européenne. Le Premier ministre polonais et pro-européen Donald Tusk, malgré la victoire de son parti dimanche contre la droite ultraconservatrice du PiS (Droit et Justice), a fait part de « sa terrible tristesse » après l’annonce de la victoire de l’extrême droite en France.

Le

France : Conference de presse Nouveau Front Populaire
6min

Politique

Le programme des 100 premiers jours du « Nouveau Front populaire » 

Pouvoir d’achat, salaire, énergie, Gaza… Le « Nouveau Front populaire », qui rassemble les principaux partis de gauche, a dévoilé les mesures-clés de son programme commun de gouvernement en cas d’accession au pouvoir à l’issue des législatives anticipées.

Le

France : Conference de presse Nouveau Front Populaire
5min

Politique

Nouveau Front populaire : la répartition des circonscriptions est bouclée, les partis désignent leurs candidats

Dans la soirée de jeudi, le Parti socialiste, la France insoumise, le Parti communiste et les Ecologistes, ainsi que plusieurs autres petits partis de gauche, ont scellé leur accord, actant la naissance du Nouveau Front populaire pour faire face au Rassemblement National. Dépassées, donc, les querelles sur les répartitions des circonscriptions. Pourtant, plusieurs cas posaient problème.

Le