Présidentielle: un sondage donne Le Pen et Macron en tête, loin devant Fillon

Présidentielle: un sondage donne Le Pen et Macron en tête, loin devant Fillon

Marine Le Pen, en tête, et Emmanuel Macron seraient qualifiés pour le second tour de l'élection présidentielle, avec une large...
Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Marine Le Pen, en tête, et Emmanuel Macron seraient qualifiés pour le second tour de l'élection présidentielle, avec une large avance sur François Fillon dont le socle électoral se maintient pourtant malgré ses déboires judiciaires, selon une enquête Ipsos Sopra Steria diffusée jeudi.

Le candidat de la droite est crédité de 17,5% d'intentions de vote au premier tour, selon ce sondage réalisé pour le Cevipof (Sciences Po) et Le Monde entre le 1er mars, jour de l'annonce de sa convocation pour une probable mise en examen le 15 mars dans l'affaire des emplois présumés fictifs de sa famille, et le 5 mars.

François Fillon perd un point par rapport à la précédente enquête de cet institut, réalisée entre le 7 et le 12 février, avant l'abandon de l'écologiste Yannick Jadot et avant le ralliement du centriste François Bayrou à Emmanuel Macron.

La présidente du Front national Marine Le Pen obtient 27% des voix, en hausse de un point, devant le candidat du mouvement En Marche! Emmanuel Macron, qui gagne deux points, à 25%.

Le même institut a en outre effectué une enquête complémentaire les 6 et 7 mars sur un échantillon réduit (1.000 personnes, dont 644 certaines d'aller voter), montrant François Fillon à 19,5% d'intentions de vote, en hausse après le rassemblement de ses partisans organisé le 5 mars sur l'esplanade du Trocadéro à Paris.

Marine Le Pen est alors stable à 27% et Emmanuel Macron en baisse de deux points à 23%.

Selon l'enquête principale, le socialiste Benoît Hamon perd un demi-point, à 14%. Le candidat de La France insoumise Jean-Luc Mélenchon recule lui aussi de 0,5 point, à 11,5%.

Le souverainiste Nicolas Dupont-Aignan est crédité de 3%, la candidate de Lutte ouvrière Nathalie Arthaud de 1% tout comme le candidat du Nouveau Parti Anticapitaliste (NPA) Philippe Poutou.

53% des électeurs se disent sûrs de leur choix. Mais ils sont seulement 42% parmi ceux qui s'apprêtent à voter Emmanuel Macron à assurer qu'ils ne changeront pas d'avis, contre 76% parmi les électeurs de Marine Le Pen et 62% parmi ceux de François Fillon.

Enquête réalisée en ligne du 1er au 5 mars auprès de 15.887 personnes de 18 ans et plus, dont 10.854 se disant certaines d'aller voter à la présidentielle, selon la méthode des quotas. Marge d'erreur de 0,3 à 1 point.

Les intentions de vote ne constituent pas une prévision du résultat du scrutin. Elles donnent une indication des rapports de force et des dynamiques au jour de la réalisation du sondage.

Dans la même thématique

Paris: Conference Bruno Retailleau Salon Made in France
8min

Politique

Elections sénatoriales 2023 : le groupe LR mise sur une « stabilité », sans exclure une « petite érosion »

Le groupe LR n’anticipe pas de grands changements à l’issue du scrutin sénatorial dimanche. « J’attends que la majorité sénatoriale soit confortée », affirme Bruno Retailleau, président du groupe LR. « Nos divisions sont souvent délétères. C’est souvent ce qui nous fait perdre quelques sièges », met en garde le sénateur, qui doit faire face aussi à « l’émergence d’Horizons ».

Le

Paris Matignon consultations
9min

Politique

Elections sénatoriales 2023 : l’Union centriste, le groupe pivot de la majorité sénatoriale

C’est le groupe faiseur de roi. L’union centriste, sans qui les LR n’ont pas la majorité au Sénat, mise globalement sur une stabilité pour les sénatoriales. Alliés des LR à la Haute assemblée, certains de ses membres soutiennent néanmoins Emmanuel Macron, au risque pour le groupe de jouer parfois le grand écart. Mais son président Hervé Marseille sait veiller sur « la marmite centriste » par son habileté politique.

Le

Présidentielle: un sondage donne Le Pen et Macron en tête, loin devant Fillon
5min

Politique

Sénatoriales 2023 : dans le Lot, la succession de Jean-Claude Requier rebat les cartes

Dans le Lot, neuf candidats sont sur la ligne de départ. Dans ce département rural, qui élit deux sénateurs au scrutin majoritaire, la bataille se joue essentiellement entre socialistes et radicaux. A gauche, l’élection de Jean-Marc Vayssouze-Faure semble assurée. Chez les radicaux en revanche, plusieurs candidats se disputent la succession de Jean-Claude Requier, président du groupe au Sénat.

Le