Présidentielle: un sondage donne Le Pen et Macron en tête, loin devant Fillon

Présidentielle: un sondage donne Le Pen et Macron en tête, loin devant Fillon

Marine Le Pen, en tête, et Emmanuel Macron seraient qualifiés pour le second tour de l'élection présidentielle, avec une large...
Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Marine Le Pen, en tête, et Emmanuel Macron seraient qualifiés pour le second tour de l'élection présidentielle, avec une large avance sur François Fillon dont le socle électoral se maintient pourtant malgré ses déboires judiciaires, selon une enquête Ipsos Sopra Steria diffusée jeudi.

Le candidat de la droite est crédité de 17,5% d'intentions de vote au premier tour, selon ce sondage réalisé pour le Cevipof (Sciences Po) et Le Monde entre le 1er mars, jour de l'annonce de sa convocation pour une probable mise en examen le 15 mars dans l'affaire des emplois présumés fictifs de sa famille, et le 5 mars.

François Fillon perd un point par rapport à la précédente enquête de cet institut, réalisée entre le 7 et le 12 février, avant l'abandon de l'écologiste Yannick Jadot et avant le ralliement du centriste François Bayrou à Emmanuel Macron.

La présidente du Front national Marine Le Pen obtient 27% des voix, en hausse de un point, devant le candidat du mouvement En Marche! Emmanuel Macron, qui gagne deux points, à 25%.

Le même institut a en outre effectué une enquête complémentaire les 6 et 7 mars sur un échantillon réduit (1.000 personnes, dont 644 certaines d'aller voter), montrant François Fillon à 19,5% d'intentions de vote, en hausse après le rassemblement de ses partisans organisé le 5 mars sur l'esplanade du Trocadéro à Paris.

Marine Le Pen est alors stable à 27% et Emmanuel Macron en baisse de deux points à 23%.

Selon l'enquête principale, le socialiste Benoît Hamon perd un demi-point, à 14%. Le candidat de La France insoumise Jean-Luc Mélenchon recule lui aussi de 0,5 point, à 11,5%.

Le souverainiste Nicolas Dupont-Aignan est crédité de 3%, la candidate de Lutte ouvrière Nathalie Arthaud de 1% tout comme le candidat du Nouveau Parti Anticapitaliste (NPA) Philippe Poutou.

53% des électeurs se disent sûrs de leur choix. Mais ils sont seulement 42% parmi ceux qui s'apprêtent à voter Emmanuel Macron à assurer qu'ils ne changeront pas d'avis, contre 76% parmi les électeurs de Marine Le Pen et 62% parmi ceux de François Fillon.

Enquête réalisée en ligne du 1er au 5 mars auprès de 15.887 personnes de 18 ans et plus, dont 10.854 se disant certaines d'aller voter à la présidentielle, selon la méthode des quotas. Marge d'erreur de 0,3 à 1 point.

Les intentions de vote ne constituent pas une prévision du résultat du scrutin. Elles donnent une indication des rapports de force et des dynamiques au jour de la réalisation du sondage.

Dans la même thématique

Paris : Deux policiers blesses par balle comissariat 13 eme arrondissment
4min

Politique

Sécurité : que proposent les grands blocs politiques pour les élections législatives ?

Ce lundi 14 juin, la campagne pour les élections législatives s’est ouverte, et les programmes des principales forces politiques ont été dévoilés. La sécurité est au cœur du débat et suscite une attention tout particulière au sein de l’opinion publique. Petit aperçu des différentes propositions et promesses sur ce sujet clivant entre les partis.

Le

Rentree scolaire Ecole Primaire Maternelle Saint-Philippe a Nice
7min

Politique

Législatives anticipées : que proposent les trois blocs sur l’éducation ?

Après le pouvoir d’achat, la sécurité et l’immigration, l’éducation divise les différents candidats aux élections législatives. Si le programme gouvernemental sur l’école est bien connu, les deux autres blocs politiques en lice pour les élections législatives prônent des mesures radicalement opposées.

Le

Paris : Auditions au MEDEF
6min

Politique

Législatives : ces sénateurs tentés par la ligne Ciotti/Bardella

Depuis l’alliance annoncée entre Éric Ciotti et Jordan Bardella aux élections législatives, les sénateurs du groupe LR du Sénat font officiellement bloc derrière la ligne d’autonomie définie par le bureau politique du parti. Mais dans cette campagne éclair, certains expriment leurs divergences. Après les 7 juillet, elles pourraient bien s’accentuer.

Le