Primaire : « C’est la revanche des frondeurs » face à Valls

Primaire : « C’est la revanche des frondeurs » face à Valls

Après le premier tour de la primaire, le second tour oppose deux conceptions opposées de la gauche. Manuel Valls est offensif, mais les résultats sonnent comme la revanche des frondeurs, dont la ligne pourrait se retrouver majoritaire.
Public Sénat

Temps de lecture :

7 min

Publié le

Mis à jour le

Martine Aubry soutient Benoît Hamon pour le second tour de la primaire. Il pouvait difficilement en être autrement. Mais ce renfort de la maire de Lille rappelle le film du quinquennat : le désaccord persistant entre ceux qu’on a appelé les frondeurs et François Hollande et Manuel Valls.

Cette bataille semble continuer pour l’entre-deux tours. Mis en difficulté après les résultats de dimanche, Manuel Valls se fait offensif et prévient qu’avec Benoît Hamon, c’est la « défaite assurée » à la présidentielle. Les soutiens de l’ex-premier ministre ont embrayé sur le même thème dès lundi. « Il y a une gauche qui exerce le pouvoir et une gauche de protestation. Ils sont sur l’analyse que la présidentielle est perdue et que la partie se joue sur la durée, ils posent des choses pour plus tard » estime le député vallsiste Philippe Doucet, interrogé par publicsenat.fr.

« Inapplicable »

Ce matin, le porte-parole du candidat, Olivier Dussopt, invité de Territoires d’infos sur Public Sénat et Sud Radio, a défendu cette « gauche de gouvernement » aux propositions « réalistes et finançables ». « Manuel Valls ne veut pas être désigné et voir, comme l’a fait François Fillon, une partie de son projet mis sous le tapis, sitôt la primaire passée, parce qu’il serait inapplicable ». Regardez :

Olivier Dussopt défend la « gauche de gouvernement » aux propositions « réalistes et finançables »
00:27

Benoît Hamon n’a pas voulu rentrer dans ce jeu des attaques. Sorti en tête du premier tour avec une confortable réserve de voix avec Arnaud Montebourg, il peut continuer à dérouler et expliquer son programme. « J’ai trouvé que les déclarations de Manuel Valls hier soir étaient extrêmement agressives. Il n’a pas retenu les leçons du résultat qui sanctionne un bilan au gouvernement et un comportement qui a fracturé la gauche » souligne le député Régis Juanico, porte-parole de Benoît Hamon, interrogé ce matin au pied de la tour Montparnasse, lieu du QG du candidat. Regardez :

Régis Juanico : "J’ai trouvé que les déclarations de Manuel Valls étaient extrêmement agressives"
01:22

Face à Manuel Valls, c’est bien une vision de la gauche, défendue par les frondeurs durant tout le quinquennat, qui semble en passe de remporter la primaire aujourd’hui. Une gauche qui avait d’abord demandé une vraie renégociation du traité européen, une loi de séparation des banques plus ambitieuse, une gauche qui s’opposait à l’accord national sur l’emploi. Pour ensuite demander un CICE sous conditions, puis dénoncer le Pacte de responsabilité, et qui, surtout, avait lutté contre la déchéance de nationalité et la loi travail. Apothéose de cette fronde : une motion de censure de gauche sur la loi travail, signée par 56 députés.

Revanche des frondeurs… et « celle des électeurs »

L’heure de la revanche des frondeurs a-t-elle sonné ? Réponse à publicsenat.fr du sénateur PS Jérôme Durain, qui a soutenu Arnaud Montebourg :

« On peut dire que c’est la revanche des frondeurs, mais c’est surtout celle des électeurs qui ont clairement fait leurs choix. Les résultats de Montebourg qui s’ajoutent à Hamon, ça fait une majorité de l’électorat de la primaire qui conteste dans toutes ses formes la politique de François Hollande et Manuel Valls ».

Le sénateur de Saône-et-Loire ajoute : « On vote en 2012 pour « mon ennemi c’est la finance ». Puis on applique la politique des 6% de Manuel Valls à la primaire de 2011, on perd toutes les élections intermédiaires, la déchéance et la loi travail sont contestés et on se rassure en disant qu’on n’est pas assez à droite… »

Laurent Baumel, qui avait été l’un des principaux frondeurs à l’Assemblée, ne reprend pas le terme de revanche, « qui peut paraître un peu infantile », ni celui de victoire, qu’il juge « belliqueux ». « Mais alors qu’on nous a dit ces dernières années qu’on était minoritaire dans le groupe, pas légitime dans nos critiques, ni pour déposer une motion de censure sur la loi travail, je constate que les électeurs ont mis en tête l’un des signataires de la motion… » souligne le député PS, qui a soutenu Arnaud Montebourg.

« Manuel Valls confond politique de gouvernement et la politique de son gouvernement »

La sénatrice PS Marie-Noëlle Lienemann ne saute pas de joie non plus, mais elle remet les pendules à l’heure. « On leur dit depuis le début que leur politique n’est pas de nature à répondre aux attentes du peuple de gauche. Ils veulent passer en force, mais ils sont rattraper par le réel. Ils revendiquent être une gauche réaliste, mais le réalisme, c’est que leur ligne a toujours été minoritaire à gauche » souligne la sénatrice PS Marie-Noëlle Lienemann, qui soutient Benoît Hamon pour le second tour. Elle ajoute : « On nous a présenté l’évolution vers le social-libéralisme comme inéluctable, comme un grand mouvement historique, or on constate aujourd’hui qu’il n’en est rien ».

Pour cette figure de l’aile gauche du parti depuis de nombreuses années, « Manuel Valls confond politique de gouvernement et la politique de son gouvernement ». Celle qui a renoncé à se présenter à la primaire estime pour autant que ces deux gauches « ne sont pas irréconciliables. Les deux candidats ont dit qu’ils se désisteraient pour le vainqueur » rappelle-t-elle. Reste à voir s’il y aura des départs de certains vers Macron en cas de victoire de Hamon.

« Les désaccords de fond entre Hamon et Montebourg sont considérables »

Philippe Doucet reconnaît une forme de sanction de la gauche gouvernemental. Mais selon lui, Manuel Valls paierait pour le chef de l’Etat, à qui il renvoie la faute : « Que des Français ne soient pas contents du quinquennat de François Hollande, bien sûr, Manuel Valls en paie le prix. Et paie le fait que les choix qui ont été faits n’ont pas toujours été assumés ».

Ce soutien de Manuel Valls tempère l’espérance des frondeurs. Il mise sur leurs différences, qui persistent à ses yeux : « On a vu que les désaccords de fond entre Hamon et Montebourg sont considérables : nucléaire, valeur travail, l’Europe ». Si bien qu’il pense qu’une partie des électeurs du troisième homme de la primaire peut se porter sur Manuel Valls pour le second tour. « Les choses sont encore ouvertes. Dans le zapping d’aujourd’hui, tout est possible » croit Philippe Doucet.

Le débat télé, mercredi soir, sera dans ces conditions encore crucial. « Ce sera son projet contre mon projet » a prévenu dès dimanche soir Benoît Hamon. « Le sens de la primaire au fond, c’était de trancher ce débat » pour Laurent Baumel. S’il est confiant sur le résultat, il n’est pas pour autant optimisme pour la suite : « Probablement, Manuel Valls sera battu dimanche. Et si c’est le cas, ce sera étonnant de voir que les deux leaders du quinquennat auront été désavoués par l’électorat. Je n’en tire pas d’enthousiasme, la gauche reste en grande difficulté ».

Dans la même thématique

Brussels Special European Council – Emmanuel Macron Press Conference
3min

Politique

Élections européennes : avant son discours de la Sorbonne, l’Élysée se défend de toute entrée en campagne d’Emmanuel Macron

Ce jeudi 25 avril, le président de la République prononcera un discours sur l’Europe à la Sorbonne, sept ans après une première prise de parole. Une façon de relancer la liste de Valérie Hayer, qui décroche dans les sondages ? L’Élysée dément, affirmant que ce discours n’aura « rien à voir avec un meeting politique ».

Le

Primaire : « C’est la revanche des frondeurs » face à Valls
8min

Politique

IA, simplification des formulaires, France Services : Gabriel Attal annonce sa feuille de route pour « débureaucratiser » les démarches administratives

En déplacement à Sceaux ce mardi dans une maison France Services, quelques minutes seulement après avoir présidé le 8e comité interministériel de la Transformation publique, le Premier ministre a annoncé le déploiement massif de l’intelligence artificielle dans les services publics, ainsi que la simplification des démarches. Objectif ? Que « l’Etat soit à la hauteur des attentes des Français ».

Le

Brussels Special European Council – Renew Europe
10min

Politique

Européennes 2024 : avec son discours de la Sorbonne 2, Emmanuel Macron « entre en campagne », à la rescousse de la liste Hayer

Emmanuel Macron tient jeudi à la Sorbonne un discours sur l’Europe. Si c’est le chef de l’Etat qui s’exprime officiellement pour « donner une vision », il s’agit aussi de pousser son camp, alors que la liste de la majorité patine dans les sondages. Mais il n’y a « pas un chevalier blanc qui va porter la campagne. Ce n’est pas Valérie Hayer toute seule et ce ne sera même pas Emmanuel Macron tout seul », prévient la porte-parole de la liste, Nathalie Loiseau, qui défend l’idée d’« un collectif ».

Le