Primaire de la droite : où va l’argent récolté ?

Primaire de la droite : où va l’argent récolté ?

C’est l’heure des comptes après la primaire de droite et du centre. Grâce à la forte participation, l’organisation de l’événement est largement remboursée. Le principe était l’autofinancement par la participation obligatoire de 2 euros par votant et par tour.
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

C’est l’heure des comptes après la primaire de droite et du centre. Grâce à la forte participation, l’organisation de l’événement est largement remboursée. Le principe était l’autofinancement par la participation obligatoire de 2 euros par votant et par tour.

Avec un total de 8,6 millions de votants sur l’ensemble des deux tours, Les Républicains ont récolté la bagatelle de 17,2 millions d’euros. Avec un coût d’organisation estimé entre 6 et 9 millions d’euros, il reste entre 6 et 8 millions d’euros. Cet argent ne va pas remplir les caisses de la droite mais financera directement la campagne du candidat désigné, François Fillon.

Sachant que le plafond légal d’une campagne présidentielle est de 22,5 millions d’euros pour les deux tours, François Fillon peut partir en campagne avec un confortable matelas. L’autre gagnant s’appelle La Poste. Les petites pièces de 2 euros ont transité par la banque. Elle a récolté une commission de 8%, avec un plafond de 750.000 euros.

Christian Eckert - Territoires d'infos - Le Best of (29/11/2016)
10:13

 

 

 

 

 

Dans la même thématique

FRANCE–EUROPEAN PARLIAMENT-ELECTION
14min

Politique

Européennes 2024 : tout savoir sur les « petites » listes

A côté des grosses machines électorales, elles existent difficilement dans les médias traditionnels, misant plutôt sur les réseaux sociaux. Entre une flopée de listes écologistes, des listes souverainistes et des micros partis, tour d’horizon de ces listes qui devraient avoir le plus grand mal à avoir des eurodéputés, mais dont la présence est loin d’être neutre pour le scrutin du 9 juin.

Le

Migration Europe
6min

Politique

Pacte européen asile et migration : qu'ont voté les eurodéputés français ?

Soutenu par les sociaux-démocrates et la droite européenne, le pacte asile et migration a été adopté au Parlement européen. Mais, contrairement à leurs collègues des autres États membres, Raphaël Glucksmann et François-Xavier Bellamy – têtes de liste socialiste et Les Républicains – se sont opposés au texte.

Le