Primaire de la gauche: Dray absent de l’organigramme de Peillon

Primaire de la gauche: Dray absent de l’organigramme de Peillon

Julien Dray, initialement annoncé dans le "comité politique" de la campagne de Vincent Peillon en vue de la primaire de la gauche...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Julien Dray, initialement annoncé dans le "comité politique" de la campagne de Vincent Peillon en vue de la primaire de la gauche, en est finalement absent même s'il "regarde la démarche" du député européen "avec intérêt", a-t-il indiqué jeudi à l'AFP.

Le nom de M. Dray, très proche de François Hollande, figurait dans l'organigramme de l'équipe de campagne de M. Peillon dévoilé mercredi, avant de disparaître de la version mise en ligne sur le site internet du candidat, comme l'a signalé jeudi Libération.

M. Dray a précisé à l'AFP qu'il avait découvert par voie de presse qu'il appartenait à ce dispositif.

"Cela a dû être fait à toute vitesse et on s'est dit: tiens on va mettre Julien Dray", dans un comité politique comprenant une cinquantaine de noms, a-t-il déclaré.

"Mais j'aime bien Vincent Peillon, c'est quelqu'un d'intelligent et je ne cache pas que je regarde sa démarche avec intérêt", a-t-il précisé à l'AFP.

S'il n'a pas exclu de s'engager pleinement aux côtés de l'ancien ministre de l'Education, M. Dray, actuellement conseiller régional d'Ile-de-France, a dit vouloir "prendre encore du temps" afin de "digérer" la déception née du renoncement de François Hollande à briguer un deuxième mandat.

Dans la même thématique

Primaire de la gauche: Dray absent de l’organigramme de Peillon
3min

Politique

Attaque informatique en Nouvelle-Calédonie : « Il est temps de se protéger » des influences étrangères, appelle Claude Malhuret

Quelques heures après une cyberattaque de grande ampleur avant l’atterrissage de l’avion présidentiel à Nouméa, le président du groupe Les Indépendants au Sénat considère que le phénomène des influences étrangères sur le territoire français devient « massif ». « Il est temps d’arrêter notre déni », avertit-il.

Le