Primaire de la gauche : imbroglio autour des chiffres de la participation

Primaire de la gauche : imbroglio autour des chiffres de la participation

La Haute autorité de la primaire a semé la confusion en communiquant des chiffres contradictoires au fil de la soirée.
Public Sénat

Temps de lecture :

6 min

Publié le

Mis à jour le

Le Parti socialiste s’est réveillé sans les chiffres complets de la participation, qui se font toujours attendre. Et les données publiées depuis dimanche soir n’aident pas à y voir clair. « Il n’y a pas de raison de polémiquer », martèle à la mi-journée le président de la Haute Autorité Thomas Clay.

« Nous serons entre un million, et demi et deux millions de votants, sans doute plus proche de deux millions, et c’est un résultat qui est satisfaisant », annonce-t-il fièrement dimanche à 20h38. Ce n’est encore qu’une estimation. Il détaille dans la foulée les scores provisoires des candidats, sur la base de 3.090 bureaux de vote (41% du total). L’exercice semble réussi pour les socialistes. Le matin-même, le premier secrétaire Jean-Christophe Cambadélis avait annoncé : « j’estime qu’entre 1,5 et 2 millions, nous aurons atteint notre objectif ».

Thomas Clay indique que les chiffres seront affinés tous les quarts d’heure sur le site des Primaires citoyennes. Ils resteront bloqués pendant une heure et demie, de 21h30 à 23h00, avec 942.874 votants comme seul indice de la participation.

La suite de la soirée réservera d’autres surprises.

Il est 22h43, le compte Twitter des Primaires citoyennes chiffre désormais la participation à 1.337.820 votants (sur 79,54% des bureaux de vote). Une donnée reprise à la Haute autorité par Thomas Clay, qui le transmet aux journalistes. La fourchette haute des deux millions de votants semble difficilement atteignable.

23h16, sur l’antenne de Public Sénat, nous annonçons le nouveau chiffre de participation, communiqué quelques minutes auparavant par Thomas Clay (1.337.820 votants).

Disparition du compteur

Mais entre temps, le compteur de la participation a disparu du site des Primaires citoyennes. Pour retransmettre une donnée actualisée en infographie dans notre émission, nous sortons la calculette à Public Sénat. En additionnant sur la page des résultats les voix des sept candidats, ainsi que le nombre de bulletins blancs et nuls affichés, nous obtenons une participation de 1.162.623 votants, bien loin des chiffres annoncés par Thomas Clay.

Minuit sept, la Haute autorité annonce sur son compte Twitter 1.485.318 votants, sur 87,68% des bureaux de vote.

Pourtant, d’après la dernière mise à jour du site des Primaires citoyennes, qui remonte à minuit 45 (et encore visible ce matin jusqu'à 11h), la participation est beaucoup plus faible. Elle s’élève à 1.249.126 votants (en additionnant les suffrages des sept candidats et les autres bulletins). Sur Twitter, la Haute Autorité précise à 01h38 que ces chiffres sont ceux de « 23h, non rafraîchis ». Mais ces derniers restent inférieurs à ceux que Thomas Clay avait annoncés au même moment.

352.000 votants supplémentaires et des scores qui restent inchangés

Peu avant 10h ce matin, Christophe Borgel, président du Comité national d'organisation de la primaire, rompt le silence et annonce que la participation a « passé la barre des 1,6 million de votants ». Selon lui, 500 bureaux de vote restent à dépouiller, soit 6,6% des bureaux de vote.

Ce matin, dans une nouvelle actualisation de la page des résultats datée de 10h00, les interrogations mathématiques subsistent. Le compteur fait son retour : on peut lire que la participation atteint 1.601.138 votants. Or, en faisant la somme des suffrages réunis par les sept candidats et des bulletins blancs ou nuls, on obtient un total de 1.600.978, soit 160 votants de moins. Pire, les scores des candidats, exprimés en pourcentages, n'ont pas bougé d'une décimale, malgré la prise en compte de 351.852 suffrages supplémentaires depuis hier soir.

Erreurs statistiques ou couacs dans la communication ? Une chose est sûre, la question de la participation est au centre des interrogations ce lundi rue de Solférino.

« Une polémique qui est montée de manière inexplicable »

Interrogé par la presse au siège du Parti socialiste, Thomas Clay assure à la mi-journée qu’il n’y avait « pas de problème sur la participation » :

« Il y a une polémique qui est montée de manière inexplicable sur les chiffres de la participation. Ils ont été cohérents depuis l’annonce de la projection à 20h30 jusqu’à l’annonce qui a été faite ce matin sur le site internet. »

« Une polémique qui est montée de manière inexplicable » : Thomas Clay sur la participation à la primaire
00:49

Mais un peu plus tôt, Thomas Clay avouait sur France Info que le chiffre communiqué dimanche à minuit 45 par le site des Primaires citoyennes était « non validé par la Haute autorité ».

Sur la stabilité des pourcentages des scores, malgré la prise en compte de 350.000 suffrages supplémentaires, là encore, Thomas Clay tente d’éteindre l’incendie :

« On est parti des déclaratifs qui n’ont pas encore été validés, et à partir du moment où ça va être validé, les ratios vont changer mais ça sera marginal, ça sera au deuxième chiffre après la virgule. Il n’y a pas de raison de polémiquer. »

« Les ratios vont changer mais ça sera marginal », répond Thomas Clay sur la participation
00:20

« Tous les résultats, bureau par bureau, département par département, circonscription par circonscription » seront publiés, rappelle Thomas Clay.

En attendant, l’actualisation des chiffres de 10 heures ce matin a subi elle aussi sa petite révision à la mi-journée : 161 suffrages ont été ajoutés au compteur de Sylvia Pinel, portant le chiffre de la participation à 1.601.139 votants. Christophe Borgel, le président du comité d’organisation, explique à Libération qu’un « bug » informatique est en cause.

Les résultats définitifs sont attendus dans la journée.

Dans la même thématique

France Macron
10min

Politique

Européennes : comment l’accord entre l’UDI et Renaissance se « deale » au plus haut niveau

Ce sera officiel lors d’un conseil national de l’UDI, le 23 mars, mais le principe a été acté au plus au niveau. Le parti centriste va faire liste commune avec Renaissance pour les élections européennes. Emmanuel Macron a reçu en début d’année le sénateur Hervé Marseille, patron de l’UDI, pour conclure l’accord. Reste à définir les places sur la liste. Pour l’UDI, le nom de l’ex-sénatrice Valérie Létard est cité…

Le