Primaire de la gauche: Valls appelle les sympathisants de Macron à  participer

Primaire de la gauche: Valls appelle les sympathisants de Macron à participer

Manuel Valls a appelé vendredi "ceux qui ont de la sympathie" pour Emmanuel Macron à voter à la primaire de la gauche, même si l...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Manuel Valls a appelé vendredi "ceux qui ont de la sympathie" pour Emmanuel Macron à voter à la primaire de la gauche, même si l'ancien ministre de l’Économie n'y participe pas.

Invité de BFM TV/RMC, l'ex-Premier ministre a de nouveau appelé M. Macron à s'inscrire au scrutin des 22 et du 29 janvier, proposition pour l'heure restée lettre morte, et en a aussi appelé à ses sympathisants.

"D'abord je lui demande (à Emmanuel Macron): viens participer à la primaire. Il veut un débat, mais il y aura plusieurs débats dans cette primaire (...) Il a encore quelques jours pour réfléchir" à sa participation, a dit M. Valls alors que se rapproche la date butoir d'inscription à la primaire le 15 décembre.

"Ceux qui le trouvent sympathique, ceux qui trouvent qu'il a du talent, des propositions intéressantes, je leur dis: venez vous aussi voter à la primaire", a poursuivi l'ancien Premier ministre.

Il a aussi lancé un plus discret appel à voter pour lui: "si vous voulez un projet qui regarde l'avenir, qui épouse à la fois cette alliance entre la République, ferme, dont l'autorité est une valeur, laïque", mais aussi "le progrès social, la justice sociale et en même temps un projet de transition écologique, si vous voulez plus de démocratie, venez, c'est ce que je porte bien sûr, mais venez tous débattre".

Manuel Valls a souhaité que "deux, trois, quatre millions de personnes" votent à la primaire de la gauche. Celle de la droite a rassemblé plus de 4,4 millions de votants.

Une participation de cette ampleur, qui pourrait être favorable à l'ancien Premier ministre, est elle possible? "Moi je crois. Je ne fais pas de pronostic à ce stade mais je suis sûr qu'après la primaire que la gauche a connu en 2011, le succès et la bonne tenue de celle de la droite", la gauche peut créer "les conditions d'un formidable succès".

Emmanuel Macron, candidat à la présidentielle de 2017, a enterré jeudi l'idée de rejoindre la primaire organisée par le PS, affirmant ne pas vouloir "se perdre dans (ses) chicayas".

Jean-Luc Mélenchon a aussi écarté sa participation, malgré les appels répétés de M. Valls et du patron du PS Jean-Christophe Cambadélis notamment.

Dans la même thématique

Turin – Marifiori Automotive Park 2003, Italy – 10 Apr 2024
6min

Politique

Au Sénat, la rémunération de 36,5 millions d’euros de Carlos Tavares fait grincer des dents. La gauche veut légiférer.

Les actionnaires de Stellantis ont validé mardi 16 avril une rémunération annuelle à hauteur de 36,5 millions d’euros pour le directeur général de l’entreprise Carlos Tavares. Si les sénateurs de tous bords s’émeuvent d’un montant démesuré, la gauche souhaite légiférer pour limiter les écarts de salaires dans l’entreprise.

Le

Operation Wuambushu a Mayotte : Demolition en cours d’un vaste bidonville – Operation Wuambushu in Mayotte: Ongoing demolition of a vast slum
8min

Politique

« Mayotte place nette » : « La première opération était de la communication et la deuxième sera de la communication », dénonce le sénateur Saïd Omar Oili

Le gouvernement a annoncé ce mardi 16 avril le lancement du dispositif « Mayotte place nette », un an après le maigre bilan de l’opération baptisée « Wuambushu ». Saïd Omar Oili, sénateur de Mayotte, regrette le manque de communication du gouvernement avec les élus du département et met en doute l’efficacité de ce « Wuambushu 2 ».

Le

Paris : Question time to the Prime Minister Gabriel Attal
6min

Politique

100 jours à Matignon : « La stratégie Attal n’a pas tenu toutes ses promesses », analyse Benjamin Morel

Le Premier ministre marquera jeudi le passage de ces cent premiers jours au poste de chef du gouvernement. Si Gabriel Attal devait donner un nouveau souffle au deuxième quinquennat d’Emmanuel Macron, sa stratégie n’est néanmoins pas payante car il « veut en faire trop sans s’investir fortement sur un sujet », selon Benjamin Morel, maître de conférences en droit public.

Le