Primaire: Hamon propose 37.000 créations de poste dans l’éducation

Primaire: Hamon propose 37.000 créations de poste dans l’éducation

Benoît Hamon, candidat à la primaire initiée par le PS, a proposé mardi la création de 37.000 postes dans l’Éducation nationale,...
Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

Benoît Hamon, candidat à la primaire initiée par le PS, a proposé mardi la création de 37.000 postes dans l’Éducation nationale, principalement des enseignants, et fait de la lutte contre les inégalités à l'école sa priorité.

L'ancien ministre de l’Éducation (d'avril à fin août 2014) chiffre à 20.000 le nombre d'enseignants supplémentaires nécessaires pour ramener à 25 maximum le nombre d'élèves dans toutes les classes des trois premières années de l'école élémentaire (CP, CE1 et CE2). Il table sur 15.000 créations de postes pour assurer les remplacements des enseignants dont la formation continue serait renforcée et 2.000 pour garantir le remplacement des professeurs en maladie ou congé maternité.

Le seuil maximal d'élèves en classe de CP, CE1 et CE2 serait en outre baissé à 20 pour les écoles des départements d'Outre-mer, les territoires ruraux en difficulté et les établissements appartenant à des réseaux d'éducation prioritaire (REP ou REP+). Ce dispositif serait prévu "dès la première loi de finances", a déclaré Benoît Hamon lors d'une conférence de presse.

Ces 37.000 postes s'ajouteraient aux 60.000 créés de 2012 à 2017, conformément à la promesse de campagne de François Hollande, après les suppressions de 80.000 postes sous le quinquennat de Nicolas Sarkozy.

Le candidat à la primaire veut plus de mixité sociale et scolaire dans les établissements (écoles, collèges et lycées). Benoît Hamon n'a pas prononcé le terme de "carte scolaire" mais il souhaite revoir la sectorisation, afin que les bassins de recrutement des établissements soient plus mixtes qu'actuellement, et le système d'affectation par les rectorats. Ces propositions sont proches des expérimentations menées actuellement par la rue de Grenelle, non sans difficulté.

Mais le député des Yvelines met aussi l'accent sur "l'ouverture d'un dialogue avec l'enseignement privé" pour favoriser la mixité sociale, qui serait peut-être plus appuyé que les discussions actuelles. "Je ne propose pas la contrainte ou la coercition", a-t-il pris le soin d'ajouter.

Le candidat propose également la création d'un indice social pour les lycées, basé sur la catégorie socio-professionnelle des familles, le pourcentage de boursiers, le nombre d'élèves ayant une autre langue maternelle que le français etc. Cet indice permettra de déterminer les établissements les plus défavorisés et d'y concentrer les moyens.

Des lycées anciennement en zone d'éducation prioritaire sont mobilisés depuis plusieurs semaines pour obtenir la pérennité de leurs moyens supplémentaires: ils estiment être les "oubliés" de la réforme de l'éducation prioritaire entreprise sous le quinquennat Hollande.

Revoir le bac ne fait pas partie de ses priorités, a ajouté l'ancien ministre de l’Éducation.

Dans la même thématique

Turin – Marifiori Automotive Park 2003, Italy – 10 Apr 2024
6min

Politique

Au Sénat, la rémunération de 36,5 millions d’euros de Carlos Tavares fait grincer des dents. La gauche veut légiférer.

Les actionnaires de Stellantis ont validé mardi 16 avril une rémunération annuelle à hauteur de 36,5 millions d’euros pour le directeur général de l’entreprise Carlos Tavares. Si les sénateurs de tous bords s’émeuvent d’un montant démesuré, la gauche souhaite légiférer pour limiter les écarts de salaires dans l’entreprise.

Le

Operation Wuambushu a Mayotte : Demolition en cours d’un vaste bidonville – Operation Wuambushu in Mayotte: Ongoing demolition of a vast slum
8min

Politique

« Mayotte place nette » : « La première opération était de la communication et la deuxième sera de la communication », dénonce le sénateur Saïd Omar Oili

Le gouvernement a annoncé ce mardi 16 avril le lancement du dispositif « Mayotte place nette », un an après le maigre bilan de l’opération baptisée « Wuambushu ». Saïd Omar Oili, sénateur de Mayotte, regrette le manque de communication du gouvernement avec les élus du département et met en doute l’efficacité de ce « Wuambushu 2 ».

Le

Paris : Question time to the Prime Minister Gabriel Attal
6min

Politique

100 jours à Matignon : « La stratégie Attal n’a pas tenu toutes ses promesses », analyse Benjamin Morel

Le Premier ministre marquera jeudi le passage de ces cent premiers jours au poste de chef du gouvernement. Si Gabriel Attal devait donner un nouveau souffle au deuxième quinquennat d’Emmanuel Macron, sa stratégie n’est néanmoins pas payante car il « veut en faire trop sans s’investir fortement sur un sujet », selon Benjamin Morel, maître de conférences en droit public.

Le