Primaire: Le Foll ne rendra pas public son choix

Primaire: Le Foll ne rendra pas public son choix

Le porte-parole du gouvernement Stéphane Le Foll ne rendra pas public son choix pour la primaire organisée par le PS "jusqu'au...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Le porte-parole du gouvernement Stéphane Le Foll ne rendra pas public son choix pour la primaire organisée par le PS "jusqu'au premier tour", a-t-il indiqué mercredi, expliquant vouloir "pouvoir être utile au rassemblement".

"Je ne ferai pas de choix jusqu'au premier tour", a déclaré ce proche de François Hollande sur France Info, précisant qu'il irait néanmoins voter, sans rendre public son choix. "Je veux être en capacité aussi de pouvoir être utile au rassemblement".

Stéphane Le Foll a cependant rappelé qu'il avait exclu de voter pour Arnaud Montebourg et Benoît Hamon.

"L'enjeu après le début de cette campagne (...) ça va être de se rassembler et il devra y avoir des personnalités politiques qui seront là pour rappeler à tout le monde que l'essentiel c'est le rassemblement. Je compte bien être là au moment où ce sera nécessaire", a-t-il affirmé.

"Je serai de toute façon courageux, mais au bon moment", a-t-il ajouté.

Interrogée sur France 2 sur son choix pour la primaire, la ministre de l'Environnement Ségolène Royal a de son côté indiqué qu'elle "jugerait la cohérence entre le discours et les actes", rappelant au passage son différend avec l'ex-Premier ministre Manuel Valls sur les boues rouges.

"J'ai un grand respect du débat démocratique, je regarde, j'écoute, je ne demande qu'à être convaincue", a-t-elle déclaré. "Je jugerai la cohérence entre le discours et les actes, ce qu'il faut c'est de la créativité mais aussi de la crédibilité", a-t-elle souligné.

"Il faut faire preuve de courage, résister aux différents lobbys, ce n'est pas toujours ce qui a été fait - souvenons-nous de l'accord donné par Manuel Valls sur le rejet des boues rouges en Méditerranée face au chantage à l'emploi qui n'a pas de sens car détruire la nature, c'est détruire l'emploi", a ajouté Mme Royal.

Interrogé sur le projet porté par l'ex-ministre de l'Economie, Emmanuel Macron, candidat à l'Elysée hors primaire, Mme Royal a déclaré: "J'observe avec bienveillance ce qui est fait, ce qui est dit, c'est quelqu'un tourné vers le futur, qui essaye d'inventer le futur, qui connaît bien les enjeux de la mondialisation".

"Le moment venu, il faudra le rassemblement des forces progressistes, des forces de gauche, des forces de la créativité", a-t-elle souligné.

Dans la même thématique

Brussels Special European Council – Emmanuel Macron Press Conference
3min

Politique

Élections européennes : avant son discours de la Sorbonne, l’Élysée se défend de toute entrée en campagne d’Emmanuel Macron

Ce jeudi 25 avril, le président de la République prononcera un discours sur l’Europe à la Sorbonne, sept ans après une première prise de parole. Une façon de relancer la liste de Valérie Hayer, qui décroche dans les sondages ? L’Élysée dément, affirmant que ce discours n’aura « rien à voir avec un meeting politique ».

Le

Primaire: Le Foll ne rendra pas public son choix
8min

Politique

IA, simplification des formulaires, France Services : Gabriel Attal annonce sa feuille de route pour « débureaucratiser » les démarches administratives

En déplacement à Sceaux ce mardi dans une maison France Services, quelques minutes seulement après avoir présidé le 8e comité interministériel de la Transformation publique, le Premier ministre a annoncé le déploiement massif de l’intelligence artificielle dans les services publics, ainsi que la simplification des démarches. Objectif ? Que « l’Etat soit à la hauteur des attentes des Français ».

Le

Brussels Special European Council – Renew Europe
10min

Politique

Européennes 2024 : avec son discours de la Sorbonne 2, Emmanuel Macron « entre en campagne », à la rescousse de la liste Hayer

Emmanuel Macron tient jeudi à la Sorbonne un discours sur l’Europe. Si c’est le chef de l’Etat qui s’exprime officiellement pour « donner une vision », il s’agit aussi de pousser son camp, alors que la liste de la majorité patine dans les sondages. Mais il n’y a « pas un chevalier blanc qui va porter la campagne. Ce n’est pas Valérie Hayer toute seule et ce ne sera même pas Emmanuel Macron tout seul », prévient la porte-parole de la liste, Nathalie Loiseau, qui défend l’idée d’« un collectif ».

Le