Primaire: Le Foll réfléchit encore, mais ne soutiendra ni Montebourg ni Hamon

Primaire: Le Foll réfléchit encore, mais ne soutiendra ni Montebourg ni Hamon

Stéphane Le Foll, fidèle de François Hollande, dira en "début d'année" qui il soutiendra pour la primaire organisée par le PS...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Stéphane Le Foll, fidèle de François Hollande, dira en "début d'année" qui il soutiendra pour la primaire organisée par le PS mais sait déjà qu'il ne "votera pas" pour ceux qui sont dans la "critique systématique" comme Arnaud Montebourg et Benoît Hamon.

"Je ne veux pas, je n'accepte pas, et je ne voterai pas pour ceux qui vont faire profession dans cette primaire, et je l'avais dit, de critiquer et de dénoncer le bilan (...) Il y en a quelques-uns, vous n'avez qu'à regarder, et qui ont été ministres d'ailleurs. Arnaud Montebourg, Benoît Hamon, Filoche et d'autres... qui ont uniquement comme ambition d'être dans cette critique systématique", a affirmé jeudi le porte-parole du gouvernement sur BFMTV et RMC, ajoutant qu'ils faisaient une "erreur grave".

M. Le Foll a aussi indiqué qu'il ferait part de son choix "en début d'année prochaine, lorsque la primaire (des 22 et 29 janvier, ndlr) sera engagée, que les projets seront posés sur la table".

Alors qu'on lui demandait s'il hésitait entre Manuel Valls et Vincent Peillon, M. Le Foll a répondu : "Je n'hésite pas, je sais exactement là où je veux aller, mais j'irai avec la méthode qui est la mienne et avec le temps que j'aurai choisi pour le faire".

"Je suis là pour rappeler ce qui a été fait" par François Hollande pendant son quinquennat, a-t-il ajouté.

Il a par ailleurs annoncé qu'il "sortir(ait) la semaine prochaine" une analyse sur "quelque chose d'important", la question de l'inégalité de patrimoine entre les Français, "qui se creuse", sans donner plus de précision.

"J'ai une liberté. Le président de la République a annoncé qu'il ne se représentera pas et maintenant, je considère (que) dans ce débat ce n'est pas simplement qui je soutiens, c'est qu'est-ce que je souhaite, qu'est-ce que je veux", a-t-il ajouté.

Dans la même thématique

Paris : Conference de presse FNSEA x Jeunes Agriculteurs
6min

Politique

« Cynisme » , « mise en scène politique » : le président de la FNSEA annonce qu’il ne participera pas au grand débat avec Emmanuel Macron au Salon de l’agriculture

Invité ce vendredi 23 février sur RMC-BFMTV, le président de la FNSEA, Arnaud Rousseau, a annoncé qu’il ne souhaitait pas se rendre au grand débat devant se dérouler demain au Salon de l’Agriculture », malgré le rétropédalage de l’Elysée hier soir. La raison principale ? Une « incompréhension » suscitée par l’invitation du mouvement écologiste, les Soulèvements de la Terre, que le gouvernement avait annoncé dissoudre avant que le Conseil d’Etat ne juge cette décision illégale.

Le

Paris: Macron visiting the 59th edition of the International Agriculture Fair
4min

Politique

Souveraineté alimentaire, enjeux climatiques, métiers : Public Sénat vous fait vivre le salon de l’agriculture 2024 

Samedi 24 février et jusqu’au 3 mars s’ouvre le 60ème salon de l’agriculture. Un salon sous haute tension, marqué par la colère des agriculteurs. Pour ce rendez-vous annuel incontournable du monde agricole, les équipes de Public Sénat sont pleinement mobilisées pour vous faire vivre les grands moments de cette rencontre entre les Français et les agriculteurs.

Le

Paris: Macron visiting the 59th edition of the  Agriculture Fair Porte de Versailles
2min

Politique

Emmanuel Macron veut rejouer le grand débat au Salon de l’agriculture

Visant « un échange direct et franc », l’Elysée explique que le chef de l’Etat va débattre samedi avec « l’ensemble des acteurs » qui « pourront donner leurs points de vue, faire des propositions, confronter des idées ». Les Soulèvements de la terre ont été invités, comme Michel Edouard Leclerc.

Le