Primaire: Le Roux espère un 2e tour “avec moins d’interrogations”

Primaire: Le Roux espère un 2e tour “avec moins d’interrogations”

Le ministre de l'Intérieur Bruno Le Roux a dit mardi espérer que le deuxième tour de la primaire socialiste élargie soulève ...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Le ministre de l'Intérieur Bruno Le Roux a dit mardi espérer que le deuxième tour de la primaire socialiste élargie soulève "moins d'interrogations" après la polémique sur la participation au premier tour.

"Je n'ai pas eu le temps de rentrer totalement dans le débat de la primaire, j'espère simplement que le deuxième tour va permettre de susciter moins d'interrogations que le premier", a-t-il déclaré à l'occasion d'un point presse pendant le Forum international de la cybersécurité (Fic) organisé à Lille.

Le premier tour du scrutin, qui a placé Benoît Hamon en tête, avec une nette avance sur Manuel Valls, a été entaché de soupçons de manipulation des chiffres de participation, en raison notamment de la publication de résultats erronés lundi matin par les organisateurs - due à une "erreur humaine" d'un "permanent" selon les organisateurs.

Concernant l'élection présidentielle, M. Le Roux a pris "l'engagement (...) que le ou la candidat-e élu ne souffrira d'aucune suspicion sur la question du comptage du nombre de voix". "Pour ce qui est du ministère de l'Intérieur, la seule chose qui importe est la sincérité d'un scrutin et elle doit être à l'unité près", a-t-il dit.

Selon le locataire de la place Beauvau, d'une manière générale "il faut avoir dans les périodes que nous vivons une attention toute particulière à tous les process de remontée d'informations et de collectes d'informations. Et il faut se protéger bien plus que nous ne le faisions auparavant".

Dans la même thématique

Le President de la republique visite le salon international de l’agriculture
5min

Politique

Salon de l’agriculture : le grand débat, « un échec historique pour la communication de l’Élysée »

Face au tollé provoqué par l’invitation des Soulèvements de la Terre à un grand débat avec les acteurs du monde agricole, l’exécutif rétropédale et plaide une « erreur ». La FNSEA, rejointe par d’autres organisations conviées, refuse une telle rencontre. À la veille de l’ouverture du Salon de l’agriculture, le « coup politique » tenté par Emmanuel Macron semble avoir du plomb de l’aile.

Le

Paris: Macron visiting the 59th edition of the International Agriculture Fair
9min

Politique

Le Salon de l’agriculture, du « Casse-toi, pauv' con » à l’œuf jeté sur Macron, une terre fertile en prises de bec

Temps fort de la vie politique, le Salon international de l’agriculture est aussi un terrain favorable aux accrochages, avec des élus et responsables politiques à portée d’engueulade. Le tout sous l’objectif des caméras. Dans un contexte de remobilisation du monde agricole, la 60e édition du « SIA » s’annonce sous haute tension. Retour sur les incidents et autres bousculades qui ont marqué ses allés ces dernières années.

Le

Primaire: Le Roux espère un 2e tour “avec moins d’interrogations”
4min

Politique

Salon de l’agriculture : « Il y a un niveau de tension supérieur à celui qu’il y avait au moment des blocages », prévient Arnaud Rousseau

Invité de l’émission Extra Local, le patron de la FNSEA confirme qu’il ne participera pas au grand débat souhaité par l’Élysée en ouverture du Salon de l’agriculture. Point de blocage : l’invitation des Soulèvements de la Terre à la table des discussions. Pour Arnaud Rousseau, « ce n’est pas la manière de sortir de cette crise de manière constructive ».

Le