Primaire : Luc Carvounas appelle les ministres à choisir leur candidat

Primaire : Luc Carvounas appelle les ministres à choisir leur candidat

« Quand c’est flou, c’est qu’il y a un loup » explique le sénateur, citant ironiquement Martine Aubry.
Public Sénat

Temps de lecture :

1 min

Publié le

Mis à jour le

La campagne de Manuel Valls pour la primaire de la gauche a du mal à décoller. L’ancien Premier ministre n’a rassemblé que quelques 300 personnes lors d’un meeting à Clermont-Ferrand mardi, quand Emmanuel Macron en réunissait 2000 dans la même ville trois jours avant. Il a notamment dû reporter celui prévu à Rennes lundi, officiellement en raison de l’absence de Jean-Yves Le Drian. Invité de Territoires d’Infos sur Public Sénat et Sud Radio, le sénateur PS Luc Carvounas, soutien de l’ancien premier ministre, refuse pourtant de parler d’une campagne en demi-teinte.

« La seule façon qu’on aura de juger si la campagne est bonne ou mauvaise, c’est le résultat » a-t-il affirmé. « Au vu de ce qui est en train de se dessiner, il est l’outsider, pas le favori. Mais si les meetings devaient être l’alpha et l’oméga d’un résultat, alors Bruno Le Maire n’aurait pas fait 2,4% et Nicolas Sarkozy n’aurait pas été éliminé dès le premier tour de la primaire (de la droite et du centre) ».

Luc Carvounas sur la primaire : " Manuel Valls est l'outsider, pas le favori "
00:41

Mais dans le même temps, il demande aux ministres qui ne l’ont pas encore fait de se prononcer sur la primaire de la gauche et de sortir de l’ambiguïté. Un message adressé aux Hollandais Stéphane Le Foll et Ségolène Royal, qui ne se sont pas encore prononcés. « J’imagine que quand on fait partie de la trentaine de personnes qui dirigent la cinquième puissance du monde, on est quand même en droit d’attendre d’elles qu’elles nous disent quelle est leur ligne politique ». Plusieurs autres ministres, dont Bruno Le Roux, Myriam El-Khomri et Michel Sapin ont apporté leur soutien à Manuel Valls.

« C’est Martine Aubry qui disait « quand c’est flou, c’est qu’il y a un loup ». Pour une fois on est d’accord, elle et moi » ajoute-t-il, alors que la maire de Lille n’a jamais caché ses profonds désaccords avec Manuel Valls.

Interrogé sur l’interview de Christiane Taubira accordée à l’hebdomadaire Le 1, dans laquelle l’ancienne Garde des Sceaux explique que « la gauche bute sur ses propres renoncements », Luc Carvounas y voit « une certaine amertume ». « Elle a quitté le gouvernement sur la déchéance de nationalité qui n’a même pas eu lieu. Elle veut peut-être régler quelques comptes ».

Luc Carvounas parle d'une " certaine amertume " de la part de Christiane Taubira
00:42

Dans la même thématique

Paris : Conference de presse FNSEA x Jeunes Agriculteurs
6min

Politique

« Cynisme » , « mise en scène politique » : le président de la FNSEA annonce qu’il ne participera pas au grand débat avec Emmanuel Macron au Salon de l’agriculture

Invité ce vendredi 23 février sur RMC-BFMTV, le président de la FNSEA, Arnaud Rousseau, a annoncé qu’il ne souhaitait pas se rendre au grand débat devant se dérouler demain au Salon de l’Agriculture », malgré le rétropédalage de l’Elysée hier soir. La raison principale ? Une « incompréhension » suscitée par l’invitation du mouvement écologiste, les Soulèvements de la Terre, que le gouvernement avait annoncé dissoudre avant que le Conseil d’Etat ne juge cette décision illégale.

Le

Paris: Macron visiting the 59th edition of the International Agriculture Fair
4min

Politique

Souveraineté alimentaire, enjeux climatiques, métiers : Public Sénat vous fait vivre le salon de l’agriculture 2024 

Samedi 24 février et jusqu’au 3 mars s’ouvre le 60ème salon de l’agriculture. Un salon sous haute tension, marqué par la colère des agriculteurs. Pour ce rendez-vous annuel incontournable du monde agricole, les équipes de Public Sénat sont pleinement mobilisées pour vous faire vivre les grands moments de cette rencontre entre les Français et les agriculteurs.

Le

Paris: Macron visiting the 59th edition of the  Agriculture Fair Porte de Versailles
2min

Politique

Emmanuel Macron veut rejouer le grand débat au Salon de l’agriculture

Visant « un échange direct et franc », l’Elysée explique que le chef de l’Etat va débattre samedi avec « l’ensemble des acteurs » qui « pourront donner leurs points de vue, faire des propositions, confronter des idées ». Les Soulèvements de la terre ont été invités, comme Michel Edouard Leclerc.

Le