Primaire: Montebourg et des proches de Hollande rappelés à l’ordre

Primaire: Montebourg et des proches de Hollande rappelés à l’ordre

Arnaud Montebourg, pour avoir invité des électeurs de droite à voter à la primaire de la gauche, et des proches de François...
Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Arnaud Montebourg, pour avoir invité des électeurs de droite à voter à la primaire de la gauche, et des proches de François Hollande, pour avoir appelé à "contourner" ce scrutin, ont été rappelés à l'ordre mardi par la Haute autorité des primaires.

Cette Haute autorité (HAPC), présidée par Thomas Clay, "estime (...) que tout appel à une violation des règles (...) — qu'il s’agisse d’inviter des électeurs à prendre des engagements contraires à leurs convictions en déclarant adhérer aux valeurs de la gauche, ou qu'il s'agisse d’appeler à contourner les Primaires Citoyennes, alors qu’elles sont prévues par les statuts du Parti socialiste et que le principe a été adopté à l’unanimité par le Conseil National du même Parti — contrevient à l'esprit des Primaires et pourra être sanctionné", indique-t-elle dans un avis rendu mardi.

La HAPC s'était auto-saisie après avoir été interpellée le 24 novembre par l'ancien ministre et maire PS de Dijon François Rebsamen, le chef de file des sénateurs socialistes Didier Guillaume et son homologue à l'Assemblée, Bruno Le Roux, nommé jeudi ministre de l'Intérieur, à la suite de propos d'Arnaud Montebourg tenus sur RTL.

L'ancien ministre de l'Economie, évoquant les électeurs de droite qui pourraient être tentés de faire barrage à une éventuelle candidature de François Hollande, les avait invités "à venir à la primaire". "Je leur propose de battre le président de la République avec ma candidature", avait-il insisté.

Dans son avis, la HAPC souligne que "la campagne doit être constructive, respectueuse et loyale, centrée sur les idées et les propositions". Un mot d'ordre auquel contrevient "l'appel émis à destination des électeurs du camp opposé".

Dans le même temps, la Haute autorité prend note que "l'émetteur de cet appel en a immédiatement corrigé de lui-même l'aspect le plus saillant, lors de la même émission".

Surtout, la HAPC cible les "déclarations publiques" de ces proches de François Hollande "pour appeler" à "contourner" la primaire, "ce qui peut sembler paradoxal et pourrait donner le sentiment d’une tentative d’instrumentalisation de la HAPC, sollicitée pour assurer l’équité d’une élection que, par ailleurs, on prétend pouvoir éviter".

M. Le Roux par exemple, avant le renoncement du chef de l'Etat à se présenter, avait mis en doute l'opportunité pour François Hollande de participer à la primaire de la gauche en estimant qu'elle "ne permet pas" le "rassemblement".

Dans la même thématique

Primaire: Montebourg et des proches de Hollande rappelés à l’ordre
6min

Politique

Financiarisation du football : « Dans d’autres secteurs, ça aurait fait scandale », estime l’ancien patron de l’OM

La commission d’enquête sénatoriale sur la financiarisation du football auditionnait ce mardi, l’ancien président de l’Olympique de Marseille, Christophe Bouchet auteur de « Main basse sur l’argent du foot français » est revenu sur l’accord très contesté, conclu entre la Ligue de football professionnel (LFP) et le fonds d’investissement CVC en 2022.

Le

illustration election Europeenne de Juin 2024
10min

Politique

Débat entre Gabriel Attal et Jordan Bardella : le « meilleur atout » de la liste Hayer… ou son « désaveu » ?

C’est le premier ministre, et non la tête de liste de la majorité présidentielle, Valérie Hayer, qui va affronter le candidat du RN, jeudi sur France 2. Un duel où chaque camp espère marquer des points. Mais du côté de la liste PS/Place Publique, on dénonce un « duo » et l’exclusion de Raphaël Glucksmann du débat, dont on demande même l’annulation.

Le

France New Caledonia Unrest
8min

Politique

Macron en Nouvelle-Calédonie : au Sénat, le report du Congrès fait « consensus »

Alors que la porte-parole du gouvernement a annoncé que le Président de la République se rendra en Nouvelle-Calédonie dans les prochaines heures, en compagnie de plusieurs ministres, de nombreuses voix au Sénat se font entendre pour temporiser sur la tenue du Congrès, qui devait se réunir à la suite du vote favorable des deux chambres sur le projet de loi constitutionnel prévoyant l’élargissement du code électoral.

Le