Primaire PS: 400.000 votants à la mi-journée sur 63% des bureaux

Primaire PS: 400.000 votants à la mi-journée sur 63% des bureaux

La participation à la primaire organisée par le Parti socialiste atteignait dimanche à la mi-journée le chiffre de 400.000 votants sur 63% des 7...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

La participation à la primaire organisée par le Parti socialiste atteignait dimanche à la mi-journée le chiffre de 400.000 votants sur 63% des 7.530 bureaux de vote, a annoncé Christophe Borgel, président du Comité national d'organisation de la primaire, au siège du Parti socialiste.

"Nous sommes à 400.000 votants, ce qui nous donnerait si on faisait une extrapolation sur la totalité aux alentours de 600.000 votants", a déclaré M. Borgel devant la presse.

Primaire élargie du PS
Bulletins de vote pour la primaire élargie organisée par le PS, à Nantes, le 22 janvier 2017
AFP

Selon lui, "la participation est variée et variable selon les endroits".

"Il y a quand même du monde dans les bureaux de vote de la primaire, au cours d'une matinée où la température était plus que polaire, et nous pouvons constater selon les échos que nous avons venant des présidents de bureaux de vote que dans toute une série d'endroits il y a actuellement une montée en puissance du vote avec des files d'attente", a-t-il ajouté.

Au premier tour de la primaire de la gauche en 2011, la participation était de 800.000 votants à la mi-journée, sur deux tiers des 9.425 bureaux de vote ouverts à l'époque. Pour la récente primaire de la droite, les organisateurs avaient annoncé 1,1 million de votants à la mi-journée, pour plus de 10.000 bureaux.

"On ne pensait pas avoir dès le début de la matinée, compte tenu de la météo, une masse de gens dans les bureaux de vote", a précisé un peu plus tard M. Borgel sur BFMTV. "Je pense que la participation va monter dans la journée".

Les organisateurs de la primaire espèrent entre 1,5 et 2 millions de votants, pour donner au candidat choisi l'élan indispensable pour se hisser dans le duel présidentiel final du 7 mai, actuellement plutôt promis à François Fillon et Marine Le Pen.

"Il faut qu'il y ait ce soir le maximum de votants", a ajouté M. Borgel.

Les sondages placent généralement le candidat vainqueur de la primaire, quel qu'il soit, en 5e position, derrière l'ancien ministre Emmanuel Macron et le représentant de la France insoumise Jean-Luc Mélenchon.

Dans la même thématique

Turin – Marifiori Automotive Park 2003, Italy – 10 Apr 2024
6min

Politique

Au Sénat, la rémunération de 36,5 millions d’euros de Carlos Tavares fait grincer des dents. La gauche veut légiférer.

Les actionnaires de Stellantis ont validé mardi 16 avril une rémunération annuelle à hauteur de 36,5 millions d’euros pour le directeur général de l’entreprise Carlos Tavares. Si les sénateurs de tous bords s’émeuvent d’un montant démesuré, la gauche souhaite légiférer pour limiter les écarts de salaires dans l’entreprise.

Le

Operation Wuambushu a Mayotte : Demolition en cours d’un vaste bidonville – Operation Wuambushu in Mayotte: Ongoing demolition of a vast slum
8min

Politique

« Mayotte place nette » : « La première opération était de la communication et la deuxième sera de la communication », dénonce le sénateur Saïd Omar Oili

Le gouvernement a annoncé ce mardi 16 avril le lancement du dispositif « Mayotte place nette », un an après le maigre bilan de l’opération baptisée « Wuambushu ». Saïd Omar Oili, sénateur de Mayotte, regrette le manque de communication du gouvernement avec les élus du département et met en doute l’efficacité de ce « Wuambushu 2 ».

Le

Paris : Question time to the Prime Minister Gabriel Attal
6min

Politique

100 jours à Matignon : « La stratégie Attal n’a pas tenu toutes ses promesses », analyse Benjamin Morel

Le Premier ministre marquera jeudi le passage de ces cent premiers jours au poste de chef du gouvernement. Si Gabriel Attal devait donner un nouveau souffle au deuxième quinquennat d’Emmanuel Macron, sa stratégie n’est néanmoins pas payante car il « veut en faire trop sans s’investir fortement sur un sujet », selon Benjamin Morel, maître de conférences en droit public.

Le