Primaire PS: après Larrouturou, Faudot va déposer un recours

Primaire PS: après Larrouturou, Faudot va déposer un recours

Le candidat du Mouvement républicain et citoyen, Bastien Faudot, va déposer lundi un "recours" devant la Haute autorité des...
Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

Le candidat du Mouvement républicain et citoyen, Bastien Faudot, va déposer lundi un "recours" devant la Haute autorité des primaires citoyennes pour pouvoir participer à cette sélection fin janvier, malgré le refus du Parti socialiste.

"Nous allons déposer ma candidature à 16H30 lundi, auprès de la Haute autorité puisque c'est elle qui enregistre les candidatures et qui doit les valider ou non à la fin de la semaine prochaine", a annoncé M. Faudot dimanche à l'AFP.

Il prend ainsi la suite d'un autre recalé, Pierre Larrouturou, candidat de Nouvelle Donne. Ce dernier a déposé un recours dès vendredi et le lendemain, la Haute autorité a recommandé au comité d'organisation des primaires (Cnop) de "recevoir" le candidat "lors de sa prochaine réunion, prévue pour se tenir le 13 décembre, pour qu'il puisse exposer les raisons qui justifieraient, selon lui, que le parti Nouvelle Donne participe aux Primaires Citoyennes".

M. Faudot a détaillé deux arguments plaidant en sa faveur. D'une part "l'appel très large de Jean-Christophe Cambadélis à l'ensemble des partis de gauche pour qu'ils participent, prolongé par une résolution du Conseil national le 2 octobre, prévoyant que des formations n'appartenant pas à la Belle alliance populaire puissent participer", a expliqué M. Faudot.

D'autre part, que le MRC, créé par Jean-Pierre Chevènement - qui l'a quitté depuis - "appartient depuis 2012 à la majorité présidentielle, puisque ses députés siègent au sein du groupe +socialiste, écologistes et républicain+ de l'Assemblée nationale", a-t-il ajouté.

Jeudi, M. Cambadélis, le patron des socialistes avait annoncé que MM. Larrouturou et Faudot, ainsi que Sébastien Nadot, du Mouvement des progressistes, créé par Robert Hue, ne pourraient pas participer à la primaire des 22 et 29 janvier.

"Tout le monde veut en être. Mais la primaire de la gauche ça n'est pas open bar. Il faut mettre un peu d'ordre si nous voulons que MM. (Emmanuel) Macron et (Jean-Luc) Mélenchon puissent participer à cette primaire", avait expliqué M. Cambadélis.

Contacté par l'AFP, M. Nadot a précisé dimanche ne pas avoir de son côté déposé de recours "car je n'ai pas reçu de notification indiquant que j'étais exclu de cette primaire". Selon lui, "cela ne peut se produire avant la date de clôture des dépôts de candidatures le 15 décembre", jeudi prochain, qui correspondra au "véritable verdict par le comité national d'organisation" de la primaire.

Il a dit "attendre sereinement une décision qui va dans le sens du rassemblement".

Dans la même thématique

PARIS: MEDEF, Audition des principales tetes de liste aux prochaines elections europeennes
10min

Politique

Européennes 2024 : les « planètes » sont-elles alignées pour permettre à Raphaël Glucksmann de « doubler » Valérie Hayer ?

Alors que les sondages montrent de plus en plus la liste PS/Place Publique de Raphaël Glucksmann au coude-à-coude avec celle de la majorité présidentielle de Valérie Hayer, la question d’un croisement des courbes n’a jamais semblé aussi brûlante. Si l’optimisme reste de mise dans le camp Macron, « on peut se réveiller le 9 juin avec une énorme surprise », alertent certains. Du côté du PS, « on fait tout pour » reléguer les macronistes à la troisième place.

Le

New Caledonia: Emmanuel Macron visit
6min

Politique

Nouvelle-Calédonie : « Parler aujourd’hui de l’organisation d’un nouveau référendum est totalement prématuré », selon Georges Naturel, sénateur de Nouvelle-Calédonie

Alors que le Président de la République a atterri, il y a seulement quelques heures sur le sol calédonien, Public Sénat a pu contacter Georges Naturel, sénateur LR de Nouvelle Calédonie, se trouvant sur place. S’il regrette que cette visite intervienne « si tard », il salue la « bonne » intention pour restaurer un climat d’apaisement sur le « caillou ». Entretien.

Le