Primaire PS: le camp Peillon prédit une “surprise” dimanche

Primaire PS: le camp Peillon prédit une “surprise” dimanche

"Il y aura une surprise Peillon dimanche, nous en sommes persuadés", a déclaré mercredi Patrick Bloche, son directeur de campagne...
Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

"Il y aura une surprise Peillon dimanche, nous en sommes persuadés", a déclaré mercredi Patrick Bloche, son directeur de campagne à la primaire organisée par le Parti socialiste.

"Nous constatons une dynamique dans une campagne éclair qui porte ses fruits dans la dernière ligne droite", a-t-il expliqué devant la presse, mentionnant notamment des évolutions significatives de l'intérêt sur internet et les réseaux sociaux, associées à la diffusion d'un million de tracts et à la récolte de nouveaux soutiens comme celui de Julien Dray, un proche de François Hollande.

"Début décembre, je faisais partie de ceux qui l'ont rejoint avec l'idée d'une évidence Vincent Peillon parce qu'il a la principale vertu de pouvoir rassembler toute la gauche et d'occuper l'espace politique laissé par François Hollande", a détaillé M. Bloche, ajoutant : "cette évidence Peillon, nous en sommes persuadés, va être pour vous dimanche une surprise Peillon".

Pour le député de Paris, les potentiels électeurs de la primaire du 22 et 29 janvier, sont "entrés dans cette primaire il y a six jours seulement", lors du premier débat télévisé. "Ils sont maintenant en train de décider pour qui ils vont voter", a-t-il anticipé, rappelant que "l'enjeu essentiel sera le niveau de mobilisation".

Ne modérant pas ses piques à l'égard de Manuel Valls, présenté, comme M. Peillon, comme un "candidat de la gauche de gouvernement" face à "deux candidats de la gauche frondeuse", Benoît Hamon et Arnaud Montebourg, M. Bloche a assuré ne pas avoir "l'impression qu'il ait une campagne aussi dynamique".

Quant à la candidature d'Emmanuel Macron, qui s'installe en tête des candidats de gauche dans les enquêtes sur les intentions de vote, il a évacué la question, en rappelant avoir vu dans sa carrière "des bulles politico-médiatiques qui ont pu se dégonfler en février-mars".

Dans l'hypothèse d'une victoire de Vincent Peillon à la primaire, il a donc fixé à "mi-mars" le moment de prendre éventuellement une décision de "responsabilité". M. Bloche a précisé ses propos par la suite en assurant que cette décision de "responsabilité" n'était pas synonyme de retrait face à M. Macron, si ce dernier fait toujours la course en tête. Il a lui-même prévenu ne "pas croire à la poursuite d'une progression linéaire" de la campagne de l'ancien ministre de l’Économie.

En attendant, M. Peillon tiendra vendredi soir à Paris un meeting de fin de campagne, au cours duquel la maire de la capitale Anne Hidalgo fera une intervention.

Dans la même thématique

Le President de la republique visite le salon international de l’agriculture
5min

Politique

Salon de l’agriculture : le grand débat, « un échec historique pour la communication de l’Élysée »

Face au tollé provoqué par l’invitation des Soulèvements de la Terre à un grand débat avec les acteurs du monde agricole, l’exécutif rétropédale et plaide une « erreur ». La FNSEA, rejointe par d’autres organisations conviées, refuse une telle rencontre. À la veille de l’ouverture du Salon de l’agriculture, le « coup politique » tenté par Emmanuel Macron semble avoir du plomb de l’aile.

Le

Paris: Macron visiting the 59th edition of the International Agriculture Fair
9min

Politique

Le Salon de l’agriculture, du « Casse-toi, pauv' con » à l’œuf jeté sur Macron, une terre fertile en prises de bec

Temps fort de la vie politique, le Salon international de l’agriculture est aussi un terrain favorable aux accrochages, avec des élus et responsables politiques à portée d’engueulade. Le tout sous l’objectif des caméras. Dans un contexte de remobilisation du monde agricole, la 60e édition du « SIA » s’annonce sous haute tension. Retour sur les incidents et autres bousculades qui ont marqué ses allés ces dernières années.

Le

Primaire PS: le camp Peillon prédit une “surprise” dimanche
4min

Politique

Salon de l’agriculture : « Il y a un niveau de tension supérieur à celui qu’il y avait au moment des blocages », prévient Arnaud Rousseau

Invité de l’émission Extra Local, le patron de la FNSEA confirme qu’il ne participera pas au grand débat souhaité par l’Élysée en ouverture du Salon de l’agriculture. Point de blocage : l’invitation des Soulèvements de la Terre à la table des discussions. Pour Arnaud Rousseau, « ce n’est pas la manière de sortir de cette crise de manière constructive ».

Le