Primaire PS: participation en demi-teinte et vrai suspense

Primaire PS: participation en demi-teinte et vrai suspense

La participation au premier tour de la primaire organisée par le PS a été plutôt en demi-teinte dimanche, le suspense demeurant total, à la...
Public Sénat

Par Jérémy MAROT, Véronique MARTINACHE

Temps de lecture :

4 min

Publié le

Mis à jour le

La participation au premier tour de la primaire organisée par le PS a été plutôt en demi-teinte dimanche, le suspense demeurant total, à la clôture des bureaux de vote, sur les deux candidats qui resteront en lice.

Entre 1,7 et 1,9 million de personnes auraient participé à ce scrutin, moyennant un euro, selon une estimation de l'institut Elabe. En 2011, dans environ 10.000 lieux de vote, la participation au premier tour s'était élevée à 2,7 millions de votants.

Nombre de votants au 1er tour de la primaire élargie du PS
Nombre de votants au 1er tour de la primaire élargie du PS
AFP

Les 7.530 bureaux ont fermé à 19H00 comme prévu. Les organisateurs misaient sur une première estimation des résultats entre 20H30 et 20H45, si les scores ne sont pas trop serrés.

Des militants commençaient dimanche vers 19H00 à rejoindre les QG parisiens de leur candidat.

Parmi les sept candidats en lice, Manuel Valls, Arnaud Montebourg et Benoît Hamon semblent les mieux placés, selon les derniers sondages, mais seuls deux finalistes seront au deuxième tour dans une semaine, à trois mois d'une présidentielle qui s'annonce difficile pour le vainqueur final, quel qu'il soit.

Benoît Hamon, candidat à la primaire organisée par le PS,vote à Trappes le 22 janvier 2017
Benoît Hamon, candidat à la primaire organisée par le PS,vote à Trappes le 22 janvier 2017
AFP

Les candidatures de Vincent Peillon, des écologistes François de Rugy et Jean-Luc Bennahmias et de la présidente du Parti radical de gauche semblaient en revanche moins prometteuses.

"On a l'air de dire que ce sera dans un mouchoir de poche entre deux candidats", confiait Didier Guillaume, directeur de campagne de Manuel Valls.

Au siège du Parti socialiste, on appelait cependant à la prudence quant aux éventuelles estimations ou rumeurs venant des candidats.

L'ancien Premier ministre Manuel Valls vote à la primaire à Evry, dans l'Essonne, le 22 janvier 2017
L'ancien Premier ministre Manuel Valls vote à la primaire à Evry, dans l'Essonne, le 22 janvier 2017
AFP

Les seules indications officielles à ce stade concernaient la participation. Selon le président du Comité national d'organisation de la primaire Christophe Borgel, la participation "à 17H00, sur 70% de bureaux de vote remontés" passait "le million de votants". "Nous sommes dans la trajectoire espérée, à savoir terminer entre 1,5 et 2 millions de votants" au total, a-t-il ajouté.

Arnaud Montebourg, candidat à la primaire du PS vote à Montret, en France, le 22 janvier 2017
Arnaud Montebourg, candidat à la primaire du PS vote à Montret, en France, le 22 janvier 2017
AFP

Lors de la première édition de cette consultation avant la présidentielle de 2012, le PS avait fait état de plus de 1,5 million de votants dans les trois quarts des bureaux à ce stade, alors que les bureaux de vote étaient plus nombreux. Et surtout, la droite a mobilisé largement plus de 4 millions d'électeurs aux deux tours de sa primaire en novembre.

"Il n'y a pas une dynamique extraordinaire, mais quelque chose d'honorable vu le contexte, qui permet de dire qu'on n'est pas au meilleur de notre forme, mais toujours debout", a commenté Xavier Garcia, premier secrétaire PS des Alpes-Maritimes.

- Crispation -

Certains électeurs semblaient découragés d'avance en allant voter. "Sept candidats, c'est trop. Le paysage politique m'inquiète et le programme de la droite me fait craindre le pire", confiait ainsi Richard, 80 ans, interrogé à Lomme, près de Lille.

Mais à Alfortville (Val-de-Marne), fief socialiste dirigé par un lieutenant de Manuel Valls, Luc Carvounas, le patron local du PS, Julien Boudin, se félicitait du flux continu d'électeurs dans les isoloirs. "Le succès de la primaire de droite a fait sortir les gens de gauche", estimait-il.

Micheline, 76 ans, est venue là "pour faire son devoir", comme en 2011. "J'ai regardé les débats, ça m'a confortée: ce sera Valls, pour la rigueur, l'autorité", explique la septuagénaire, qui envisage en revanche de voter pour Emmanuel Macron si l'ex-Premier ministre est éliminé.

Les organisateurs espèrent que la mobilisation des électeurs donnera au candidat choisi l'élan indispensable pour se hisser dans le duel présidentiel final du 7 mai, actuellement plutôt promis à François Fillon et Marine Le Pen.

Les sondages placent pour l'instant le candidat vainqueur de la primaire souvent en 5e position, derrière l'ancien ministre Emmanuel Macron et le représentant de la France insoumise, Jean-Luc Mélenchon.

Parmi les favoris, Manuel Valls s'est dit "serein et confiant" après avoir voté à Evry, mais son visage révélait une certaine crispation.

Arnaud Montebourg se disait satisfait de voir que "le peuple de gauche n'est pas englouti", tandis que Benoît Hamon était tout sourires.

François Hollande, en déplacement au Chili, ne participe pas au vote, mais il a assuré qu'il s'"intéresse à la vie politique française". Pour sa part le Premier ministre Bernard Cazeneuve a déposé son bulletin au siège du parti socialiste rue de Solférino, en début de matinée.

Dans la même thématique

Reception de la presse internationale à l’Elysee, a l’occasion des Jeux de Paris 2024
9min

Politique

Interview d’Emmanuel Macron sur les JO : « Il va s’en servir comme d’une métaphore sur le climat politique » 

Ce mardi 23 juillet au soir, Emmanuel Macron va s’exprimer pour la première fois depuis les élections législatives, lors d’une interview pour France Télévisions et Radio France. L’occasion pour lui d’expliciter « la trêve olympique et politique » qu’il a appelée hier de ses vœux. Alors quels sont les enjeux de cette intervention ?  

Le

Primaire PS: participation en demi-teinte et vrai suspense
4min

Politique

Lutte anti-drone pour les JO : « Une priorité » pour Attal, sur laquelle les sénateurs ont alerté

A trois jours de l’ouverture de Jeux Olympiques, le premier ministre démissionnaire s’est rendu à la base militaire de Villacoublay pour se faire présenter le dispositif anti-drone. Et a révélé qu’il y a déjà « 6 drones interceptés en moyenne chaque jour » aux abords des sites olympiques. Un sujet sur lequel les sénateurs ont alerté depuis longtemps l’exécutif.

Le