Procès Mélenchon : « Tout ça est fait pour nous affaiblir », accuse Éric Coquerel

Procès Mélenchon : « Tout ça est fait pour nous affaiblir », accuse Éric Coquerel

Après la première journée d’audience de Jean-Luc Mélenchon et cinq de ses proches, le député La France insoumise de Seine-Saint-Denis a une nouvelle fois considéré que la justice était instrumentalisée dans cette affaire, parlant d’un traitement « partial ».
Public Sénat

Par Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

« Tout ça est complètement lunaire par rapport à ce qui était le fond de l’affaire », résumé Éric Coquerel, sur le plateau de Public Sénat. Le député La France insoumise (LFI) le maintient : le procès de Jean-Luc Mélenchon, mais aussi de cinq autres personnes, dont les députés LFI Alexis Corbière et Bastien Lachaud et l'eurodéputé Manuel Bompard, est un « procès politique ». « Nous avons été traités depuis le début de cette affaire de manière totalement partiale », accuse le parlementaire de Seine-Saint-Denis, dans la matinale de Public Sénat.

Éric Coquerel dénonce notamment le dispositif policier disproportionné – « comme si on était du grand banditisme » – présent lors de la perquisition mouvementée d’octobre 2018 au siège de LFI, mais aussi le fait que les responsables du parti aient été tenus à l’écart, alors que des fichiers sensibles, sur les adhérents du mouvement, étaient stockés sur les lieux. « On voit des personnes qui veulent rentrer dans un siège pour assister à une perquisition [...] On nous empêche. Tout vient de là. Il n'y a pas de violence, il n'y a pas d'intimidation », raconte le député. La perquisition avait été menée dans le cadre deux enquêtes conduites par le parquet de Paris : sur les comptes de la campagne présidentielle de 2017 et sur les conditions d'emploi d'assistants de députés européens.

« La colère de Jean-Luc, on a l’impression que c’était la seule question »

Le parlementaire compte pour la défense de ses collègues sur la diffusion in extenso des images tournées ce jour-là par Quotidien, diffusées jusqu’ici de manière « condensée ». « La colère de Jean-Luc [Mélenchon], on a l’impression que c’était la seule question », s’est-il exclamé. « Qu’on ne nous dise pas que c’est parce que nous aurions exprimé de la colère que nous n’aurions pas pu rentrer. On n’a pas voulu que nous rentrions, parce que tout ça fait partie un petit peu de la manière dont ça a été mis en spectacle par le pouvoir. »

Procès Mélenchon : « Nous nous retrouvons face à une injustice », explique Coquerel
03:32

« Nous nous retrouvons face à une injustice », explique Coquerel

Le leader de la France insoumise Jean-Luc Mélenchon est poursuivi pour « actes d'intimidation envers un magistrat et un dépositaire de l'autorité publique, rébellion et provocation ». « Jean-Luc Mélenchon exprime à un moment donné des colères. Je crois que les colères sont saines quand on est en face d'une injustice », a fait valoir Éric Coquerel.

Faisant un parallèle avec la situation politique et judiciaire au Brésil, le député a accusé les « régimes néolibéraux » de se servir de la justice comme d’une arme. « Je crois qu'il y a une utilisation à un moment donné de l'appareil d'État, et d'une partie de la justice via les procureurs, pour affaiblir les opposants », a-t-il expliqué.

L’audience du procès reprend ce vendredi, avec les plaidoiries des avocats des parties civiles (magistrats et policiers), et les réquisitoires du ministère public, puis de la défense. « J’espère que le juge – il y a quelques éléments qui me donnent espoir – ne suivra pas le réquisitoire politique des procureurs qui sont en lien direct avec Mme Belloubet », a conclu Éric Coquerel.

Dans la même thématique

Paris: Francois-Xavier Bellamy during a press conference
12min

Politique

Européennes : un rapprochement entre LR et le groupe d’extrême droite ECR est-il envisageable au Parlement européen ?

Alors que le compromis est la règle en Europe, la tête de liste LR aux européennes assume de voter « très souvent » au Parlement européen avec des « collègues du groupe ECR », l’un des deux groupes d’extrême droite, où siège le parti de Giorgia Meloni. La première ministre italienne pourrait se retrouver au centre des discussions au lendemain du scrutin. Au sein des LR, la prudence reste de mise, mais certains, comme Julien Aubert, vice-président du parti, plaident pour « s’allier avec ECR ».

Le

FRA – EMMANUEL MACRON – MARINE LEPEN – RN – ELYSEE
7min

Politique

Débat Macron-Le Pen sur les européennes : « S’il avait lieu, ça commencerait à poser un sérieux problème démocratique », analyse Bruno Cautrès 

A deux semaines du scrutin des européennes, Emmanuel Macron a déclaré être « prêt à débattre maintenant » avec Marine Le Pen. Alors que la liste de la majorité présidentielle, menée par Valérie Hayer, se fait largement distancer par celle de Jordan Bardella, le principe de la confrontation arrange-t-il les deux camps ? Quels sont les enjeux d’un tel débat ? Décryptage.

Le

Paris: EELV lancement campagne elections europeennes
7min

Politique

Européennes 2024 : que contient le programme des Écologistes ?

A moins de deux semaines du scrutin, les sondages sont de moins en moins favorables au parti écologiste qui pourrait ne pas atteindre le seuil des 5 %. Au long d’un programme détaillé, Marie Toussaint dévoile une vision globale du futur de l’Union européenne en mettant l’accent sur la « bifurcation sociale et écologique ».

Le