Projet de loi alimentation : « On est loin du compte », déplore Guillaume Garot

Projet de loi alimentation : « On est loin du compte », déplore Guillaume Garot

Le projet de loi porté par le ministre de l’Agriculture « est très en deçà » des premières annonces d’Emmanuel Macron, déplore l’ancien ministre de l’Agroalimentaire. En cette semaine dédiée au monde agricole, le député socialiste prévient : « il ne faut pas leurrer les agriculteurs ».
Public Sénat

Par Héléna Berkaoui

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

« Sur la partie alimentation (…) on est loin du compte, il y avait énormément de propositions (…) dans les états généraux de l’alimentation mais on ne retrouve pas grand-chose dans ce projet de loi », dénonce Guillaume Garot. Invité de Territoires d’Infos ce mardi, l’ancien ministre de l’Agroalimentaire affiche sa déception face au texte de loi sur l’alimentation présentée par Stéphane Travert, fin janvier.

« On est très en deçà, hélas, de ce qui avait été le discours de Rungis du président de la République »

« On a eu les états généraux de l’alimentation, c’était une bonne démarche, moi je l’ai soutenue et j’ai même participé de façon active à ces semaines de discussions », témoigne-t-il allant jusqu’à confier qu’il a « fait crédit au président de la République d’avoir, durant ces états généraux, dit les choses de façon assez claire sur l’avenir de l’agriculture ». Une idylle de courte durée. « On est très en deçà, hélas, de ce qui avait été le discours de Rungis du président de la République », regrette Guillaume Garot.

Lire aussi. Alimentation : que contient le texte de loi ?

 « Sur la partie économique, il ne faut pas leurrer les agriculteurs », avertit l’ancien ministre de l’Agroalimentaire qui concède toutefois la présence de « dispositions tout à fait intéressantes qui viennent d’ailleurs dans le prolongement de ce que nous avions fait, nous, avec la loi Sapin II ».  

« Il faut une action extrêmement vigoureuse notamment au plan européen pour qu’on puisse réguler les marchés et c’est vrai en particulier sur le lait »

En ce qui concerne l’établissement d’un prix juste entre producteurs et distributeurs, Guillaume Garot critique le fait que le gouvernement ne fasse qu’une « moitié de chemin ». Il rappelle que la question centrale est celle « du rapport de force » entre les différents acteurs de la chaîne. Une question qui ne pourra se poser sans appréhender au préalable le contexte : « nous sommes dans un marché qui est d’abord européen et qui est ensuite mondial », prévient-il. Selon Guillaume Garot, « il faut une action extrêmement vigoureuse notamment au plan européen pour qu’on puisse réguler les marchés et c’est vrai en particulier sur le lait ». La crise du lait de 2015 était survenue après la levée des quotas laitiers dans la zone européenne. Une crise qui a profondément marqué les producteurs de lait (lire notre article).    

Dans la même thématique

Projet de loi alimentation : « On est loin du compte », déplore Guillaume Garot
5min

Politique

Conflit LR/Ciotti : la direction provisoire du parti s’apprête à saisir la justice

Si Éric Ciotti s’affiche désormais aux côtés de Jordan Bardella et Marine Le Pen, son exclusion des Républicains, votée par deux fois en Bureau politique, a été suspendue par la justice. Les cadres du parti souhaitent convoquer un troisième Bureau politique, mais le député sortant s’y oppose. La direction provisoire du mouvement va donc saisir la justice, afin que soit désigné un administrateur provisoire.

Le

Julian Assange extradition decision at Royal Courts Of Justice in London, UK – 20 May 2024
5min

Politique

Libération de Julian Assange : « La mobilisation de l’opinion publique a payé »

L’épilogue d’une saga judiciaire longue de 14 ans. Ce mardi, Julian Assange a été relâché de sa prison du Royaume-Uni, à la suite d’un accord de plaider-coupable conclu avec la justice américaine. Poursuivi pour avoir révélé des centaines de milliers de documents confidentiels, il encourait jusqu’à 175 ans de prison. Très mobilisé pour la libération du fondateur de Wikileaks, le groupe communiste du Sénat se réjouit de cette libération.

Le

Projet de loi alimentation : « On est loin du compte », déplore Guillaume Garot
4min

Politique

Dissolution : « Le quinquennat d’Emmanuel Macron s’est terminé le 9 juin », affirme Patrick Kanner

Invité de la matinale de Public Sénat, Patrick Kanner, président du groupe socialiste au Sénat s’est exprimé sur les enjeux de la campagne pour les législatives. L’élu du Nord n’a pas épargné le président de la République, considérant que « sa parole n’existe plus ». Le socialiste s’inquiète également des conséquences de la dissolution.

Le