Projet de loi Climat : « Cette loi, elle est vide », regrette Julien Bayou

Projet de loi Climat : « Cette loi, elle est vide », regrette Julien Bayou

Invité d’Audition publique, le secrétaire national d’Europe Écologie Les Verts s’est montré très critique sur le contenu du projet de loi climat et résilience, dont l’examen vient de débuter à l’Assemblée nationale. Julien Bayou estime que des « reculs » ont eu lieu.
Public Sénat

Par Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

De longs débats attendent le Parlement sur le projet de loi Climat et Résilience, forts de 69 articles. Traduction législative d’une partie des propositions de la Convention citoyenne pour le climat, le texte du gouvernement a donné matière à 5 000 amendements à l’Assemblée nationale, où l’examen débute ce 8 mars. Pour Julien Bayou, le secrétaire national d’Europe Écologie Les Verts (EELV), le texte est loin des promesses initiales et le compte n’y est pas. « Cette loi, elle est vide. Ou plus exactement, elle a été vidée de sa substance », a-t-il déclaré dans Audition publique, émission politique hebdomadaire de Public Sénat et LCP-Assemblée nationale, en partenariat avec Le Figaro Live. Sur les 146 propositions sorties de la Convention citoyenne il y a deux ans, 46 ont été inscrites dans le projet de loi, selon le suivi officiel.

Julien Bayou s’est notamment appuyé sur le Haut conseil pour le climat, instance indépendante qui avait dénoncé en février la « portée réduite » des mesures inscrites dans le texte. Elle avait placé ses espoirs dans le Parlement, qui devra, selon elle, « rectifier le tir ». « Je trouve que quand un président de la République s’engage, sa parole doit être honorée. Sinon, il abîme la parole politique […] Le président de la République a complètement dénaturé ce projet - le Haut conseil pour le climat le dit, les grandes associations le disent, les conventionnels le disent. Ce projet est très très en deçà des ambitions affichées. Sur cet aspect, il y a eu mensonge », a déploré Julien Bayou.

« Les reculs ont déjà eu lieu puisque le président de la République avait promis une transmission sans filtre »

Le patron des écologistes, tête de liste aux régionales en Ile-de-France, n’attend pas grand-chose de la promesse de son ancienne camarade, Barbara Pompili. La ministre de la Transition écologique a déclaré qu’elle s’opposerait à tout recul à l’Assemblée. « Malheureusement, les reculs ont déjà eu lieu puisque le président de la République avait promis une transmission sans filtre avec trois jokers. Et dès le lendemain Bruno Le Maire enterrait la réduction de la TVA sur le train, la taxation sur le kérosène, la limitation de la publicité, c’est ce gouvernement qui a réintroduit les pesticides néonicotinoïdes », a dénoncé Julien Bayou. « Le problème, c’est que ce gouvernement n’est pas écologiste […] On a un gouvernement qui se pare de vert […] et quand il s’agit d’agir ne bouge pas le petit doigt. »

Le secrétaire national d’EELV estime toutefois que le débat sur l’inscription de la préservation de l’environnement à l’article 1 de la Constitution constitue « sur le principe, une victoire écolo ». Mais il demande à voir la « formulation » avant d’apporter son soutien au référendum. Et d’ajouter : « N’attendons pas la révision constitutionnelle pour agir […] J’ai la fâcheuse impression que ce gouvernement cherche à gagner du temps. »

Dans la même thématique

Operation Wuambushu a Mayotte : Demolition en cours d’un vaste bidonville – Operation Wuambushu in Mayotte: Ongoing demolition of a vast slum
8min

Politique

« Mayotte place nette » : « La première opération était de la communication et la deuxième sera de la communication », dénonce le sénateur Saïd Omar Oili

Le gouvernement a annoncé ce mardi 16 avril le lancement du dispositif « Mayotte place nette », un an après le maigre bilan de l’opération baptisée « Wuambushu ». Saïd Omar Oili, sénateur de Mayotte, regrette le manque de communication du gouvernement avec les élus du département et met en doute l’efficacité de ce « Wuambushu 2 ».

Le

Paris : Question time to the Prime Minister Gabriel Attal
6min

Politique

100 jours à Matignon : « La stratégie Attal n’a pas tenu toutes ses promesses », analyse Benjamin Morel

Le Premier ministre marquera jeudi le passage de ces cent premiers jours au poste de chef du gouvernement. Si Gabriel Attal devait donner un nouveau souffle au deuxième quinquennat d’Emmanuel Macron, sa stratégie n’est néanmoins pas payante car il « veut en faire trop sans s’investir fortement sur un sujet », selon Benjamin Morel, maître de conférences en droit public.

Le

ILLUSTRATION : Carte Electorale
4min

Politique

Elections européennes 2024 : comment se déroule le scrutin ?

Tous les citoyens des pays de l’Union Européenne ne votent pas au même moment. Du 6 au 9 juin, ils se rendront aux urnes pour élire 720 députés au Parlement européen. Public Sénat vous explique tout sur ce scrutin, essentiel pour l’avenir de l’Europe.

Le