Covid-19 : le rapporteur au Sénat envisage la réintégration des soignants non-vaccinés

Covid-19 : le rapporteur au Sénat envisage la réintégration des soignants non-vaccinés

Philippe Bas, à la manœuvre sur le projet de loi de lutte contre l’épidémie, pourrait proposer un article pour préparer la réintégration des soignants suspendus, en tenant compte de la situation sanitaire. Il dit également « réfléchir à une solution », après le retrait à l’Assemblée du passe sanitaire pour les voyages extra-hexagonaux.
Public Sénat

Par Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Plusieurs députés d’opposition, y compris chez les Républicains, défendent la réintégration des soignants non vaccinés. De retour d’un examen compliqué à l’Assemblée nationale, le projet de loi sanitaire va-t-il préparer le terrain sur ce sujet ? Interrogé sur Public Sénat, avant les questions au gouvernement, le rapporteur LR du projet de loi, Philippe Bas, ouvre la porte. « Je crois qu’il faut mettre un dispositif, et on peut le faire dans ce texte, pour garantir à ces personnels de pouvoir être réintégrés le plus vite possible, compte tenu de la situation sanitaire. » Leur retour pourrait intervenir sur la base d’avis médicaux, et « dès que les conditions sanitaires sont réunies ».

Une chose est sûre, la commission des lois va déjà devoir se pencher sur un article emblématique, qui a fait les frais de la lecture à l’Assemblée nationale. Le projet de loi a été amputé de la possibilité de mettre en place un passe sanitaire pour les voyages à l’international. Le sénateur de la Manche, qui promet que le Sénat « produira sa propre version du texte », rappelle que sur ce certificat de voyage, il faudra « faire de la dentelle » pour circonscrire le dispositif de passe vaccinal aux seuls voyages internationaux, et éviter tout malentendu. « Gardons la sérénité nécessaire au bon déroulement des travaux parlementaires. » Il n’a d’ailleurs pas échappé à Philippe Bas, lors de l’audition ce matin du ministre de la santé François Braun, que le gouvernement était prêt à une réécriture du projet de loi. « S’il évolue suffisamment, je crois qu’un chemin est possible », annonce Philippe Bas.

Le gouvernement, qui compte sur le passage au Sénat pour restaurer le texte dans sa version initiale, voit cependant d’un mauvais œil la perspective que la réintégration des soignants devienne un potentiel élément de négociation. À la mi-journée, le porte-parole du gouvernement Olivier Véran a prévenu que ce chapitre n’avait « aucun lien » avec les mesures de protection aux frontières. « Je ne crois pas que le parlementarisme passe par du chantage. Ce n’est pas tu me donnes ça et je te donne ça, surtout quand ça n’a rien à voir. »

Dans la même thématique

Medecin Generaliste nouvelle grille tarifaire
7min

Santé

L’UFC-Que Choisir dénonce des « chiffres alarmants » sur les dépassements d’honoraires pratiqués par les médecins spécialistes

En pleine renégociation de la convention tarifaire entre les médecins libéraux et l’Assurance maladie, l’association de défense des consommateurs UFC-Que Choisir a publié ce jeudi 22 février ses derniers chiffres « alarmants » sur les dépassements d’honoraires pratiqués par une majorité de médecins de 8 différentes spécialités libérales. Un travail « salué » par la sénatrice communiste de Seine-Maritime, Céline Brulin, qui avait déposé un amendement dans le dernier projet de loi de finances de la Sécurité Sociale afin de limiter les dépassements d’honoraires à 30% du tarif de base.

Le

IVG dans la Constitution : la droite veut amender le texte pour y faire figurer la clause de conscience des médecins
3min

Santé

IVG dans la Constitution : la droite veut amender le texte pour y faire figurer la clause de conscience des médecins

Le sénateur LR Alain Milon a déposé un amendement au projet de loi constitutionnelle sur la liberté de recourir à l'interruption volontaire de grossesse. Co-signé par le président de groupe Bruno Retailleau, il prévoit une garantie du respect de la clause de conscience que peuvent faire valoir les professionnels de santé, absente selon eux dans la Constitution.

Le

FRANCE – DRUGS – SHORTAGE
11min

Santé

Pénurie de médicaments : « Le plan du gouvernement n’est pas très précis, c’est beaucoup d’intention » selon la sénatrice Sonia de la Provôté

Depuis deux hivers, c’est la même galère : des pénuries de médicaments qui se multiplient. Pour y remédier, le gouvernement a présenté son plan, avec toujours des relocalisations, de l’information en temps réel des médecins, des tableaux d’équivalence. Si ces deux propositions étaient dans le rapport de la commission d’enquête du Sénat sur les pénuries, la question de fond « sera traitée quand on aura réindustrialisé la France », souligne la sénatrice centriste Sonia de la Provôté. « Globalement, on n’avance pas beaucoup. Il n’y a rien de nouveau », ajoute la sénatrice PS Laurence Harribey.

Le