Propos sur la colonisation : un « en même temps » au sommet de l’État ?

Propos sur la colonisation : un « en même temps » au sommet de l’État ?

Pas d’autoflagellation ni de regrets de la France sur son passé colonial, c’est l’injonction de Jean Castex dimanche soir sur TF1. Des propos qui tranchent avec ceux d’Emmanuel Macron qui, trois ans plus tôt parlait de « crime contre l’humanité ». Hasard du calendrier, cette semaine, le Sénat examine un projet de loi autorisant la restitution de biens culturels au Bénin et au Sénégal.
Public Sénat

Temps de lecture :

6 min

Publié le

Mis à jour le

« Je veux ici dénoncer toutes les compromissions qu'il y a eu pendant trop d'années, les justifications à cet islamisme radical : nous devrions nous autoflageller, regretter la colonisation,  et je ne sais quoi encore ». Ces propos de Jean Castex, dimanche soir au JT de TF1 n’ont pas manqué de faire réagir notamment sur les réseaux sociaux. Selon le Premier ministre, la repentance trop souvent exprimée au sujet du passé colonial français, serait l’une des premières justifications utilisées par « l’ennemi » dans son combat contre la République. « C'est fini, plus aucune complaisance d'intellectuels, de partis politiques, il faut que nous soyons tous unis sur la base de nos valeurs, sur la base de notre histoire » a-t-il martelé.

« Barbarie » « excuses », « crime contre l’humanité »

De quoi faire le parallèle avec la polémique suscitée par Emmanuel Macron en février 2017 lors de la campagne présidentielle. Lors d’un voyage en Algérie, le candidat En Marche avait qualifié la colonisation de « crime contre l'humanité ». « C'est une vraie barbarie et ça fait partie de ce passé que nous devons regarder en face en présentant aussi nos excuses à l'égard de celles et ceux vers lesquels nous avons commis ces gestes. » avait-il jugé. Des déclarations qui avaient provoqué un tollé à droite. « Honte à Emmanuel Macron qui insulte la France à l'étranger (…) Crachats inacceptables d'Emmanuel Macron sur la tombe des Français tirailleurs, supplétifs, harkis morts pour une France qu'ils aimaient » avait tweeté Gérald Darmanin, loin d’être un soutien à l’époque du candidat à la présidentielle.

Trois ans plus tard, quelle injonction est à prendre en compte entre les deux têtes de l’exécutif ? « Je n’écoute que le Président » répond le patron des sénateurs LREM, François Patriat. « Je suis de ceux qui pensent qu’il faut être lucide sur le passé colonisateur de la France. Je pense que ce qu’a voulu dire Jean Castex, c’est qu’il fallait arrêter de ressasser le passé » défend-il.

« Un cadeau fait aux islamistes » pour David Assouline

Pour le sénateur PS David Assouline, c’est un message à Emmanuel Macron qu’a fait passer Jean Castex, hier soir. Si David Assouline conçoit que la bataille contre l’islam radical est avant tout « idéologique », les propos de Jean Castex sont pour lui « un cadeau fait aux islamistes ». « La colonisation c'est la part d'ombre de notre histoire. Encore heureux que nous devons regretter. Si la France avait été colonisée, de tels propos sonneraient comme une insulte, comme un déni. Si on veut gagner cette bagarre idéologique, au contraire, il faut se camper sur nos valeurs universalistes » a-t-il estimé sur Public Sénat.

« À force de culpabiliser la France en permanence on donne des éléments pour la détester »

À droite, sans surprise, les mots de Jean Castex sont plébiscités. « Il a entièrement raison. On a un problème de fond. Nous n’arrivons pas à nous approprier notre histoire avec nos forces et nos faiblesses. Les propos d’Emmanuel Macron en 2017 étaient scandaleux. Et aujourd’hui le gouvernement s’aperçoit qu’à force de culpabiliser la France en permanence, on donne des éléments pour la détester » estime Jacqueline Eustache-Brinio, sénatrice LR, rapporteure d’une commission d’enquête sur la radicalisation islamiste.

Les propos du candidat Emmanuel Macron sur la colonisation ne sont pas restés isolés. Quelques mois plus tard en déplacement à Ouagadougou au Burkina Faso, le chef de l’État affirmait : « Je suis d'une génération de Français pour qui les crimes de la colonisation européenne sont incontestables et font partie de notre histoire. »

« Ce qu’a dit Jean Castex, c’est le contrepied du discours de Ouagadougou »

Un discours sur les relations entre la France et l'Afrique, qui a donné lieu au projet de loi relatif à la restitution de biens culturels au Bénin et au Sénégal adopté par les députés et examiné par les sénateurs, ce mercredi 4 novembre. « Ce qu’a dit Jean Castex, c’est le contrepied du discours de Ouagadougou. Je suis très inquiet de la tournure que prennent les choses. On assiste à un basculement autoritaire contre un ennemi de l’intérieur dont la définition est, semble-t-il, extensible » s’insurge le vice-président communiste de la commission de la culture du Sénat, Pierre Ouzoulias qui n’a toujours pas digéré les propos de Jean-Michel Blanquer sur le monde universitaire.

« Il faut qu’on nous dise qui il faut écouter au sein de l’exécutif parce que si la colonisation n’est pas un crime, alors à quoi ça sert d’examiner ce texte » conclut-il.

Le texte a pour objet, notamment, de restituer, sans tarder, 26 œuvres réclamées par les autorités du Bénin, prises de guerre du général Dodds dans le palais de Béhanzin, « après les sanglants combats de 1892 » peut-on lire sur le site de l’Élysée.

Mercredi soir, ce débat autour de la mémoire coloniale pourrait bien se déplacer dans l’hémicycle. Un amendement du sénateur LR, Max Brisson propose de remplacer le terme « restitution » « par transfert ». « Une restitution signifie rendre quelque chose que l’on possède indûment (…) mot qui véhicule une dimension morale et l’idée d’une faute à réparer » fait valoir le sénateur.

 « Au sens juridique, le terme restitution n’est pas le bon car ces œuvres appartiennent à la France (principe d’inaliénabilité des collections françaises NDLR). Le bon terme serait retour. Restitution est à prendre dans son sens de compréhension globale » explique la rapporteure centriste du texte, Catherine Morin-Desailly, par ailleurs auteure d’une loi en 2009 à l’origine de la restitution à la Nouvelle-Zélande de têtes maories momifiées. « La colonisation revêt ses parts d’ombre et de lumière. Les lois de restitution participent à la construction d’un vrai dialogue avec d’anciens pays colonisés et la réappropriation de notre histoire commune. Ce n’est pas de la repentance » ajoute-t-elle.

Début octobre, devant les députés, la ministre de la Culture, Roselyne Bachelot avait fait la même analyse du projet de loi : « Ce n’est pas un acte de repentance ou de réparation, ni une condamnation du modèle culturel français », mais l’amorce d’un « nouveau chapitre du lien culturel entre la France et l’Afrique ».

 

 

Dans la même thématique

Paris: Candidates for the upcoming European elections taking part in a debate hosted by BFMTV
5min

Politique

Immigration, économie, institutions : que propose le Rassemblement national dans son programme pour les élections européennes ?

Largement en tête des sondages, le parti de Jordan Bardella ne prône plus officiellement une sortie de l’Union européenne, pierre angulaire du programme présidentiel de Marine Le Pen jusqu’en 2017. Mais, avec un slogan plus consensuel, la feuille de route du Rassemblement national s’oppose toujours à bon nombre des compétences de Bruxelles, au nom de la souveraineté nationale.

Le

Propos sur la colonisation : un « en même temps » au sommet de l’État ?
3min

Politique

Européennes : L’Europe est « une foire d’empoigne entre brigands, créée par et pour les intérêts des capitalistes », dénonce Nathalie Arthaud

Tête de liste Lutte Ouvrière (LO), deux ans après avoir récolté 0.56% à la dernière élection présidentielle, l’enseignante en sciences économiques et sociales a dénoncé, au micro de Public Sénat, la « rapacité patronale », et sa volonté de « combattre cette société capitaliste, qui nous mène de crise en crise et de guerre en guerre ».

Le

Paris: Jordan Bardella  debate with France’s Prime Minister Gabriel Attal
5min

Politique

Sondage : après son débat avec Attal, Bardella au plus haut à 34% d’intentions de vote, Hayer recule encore

L’avance considérable prise par la tête de liste RN sur ses autres concurrents pour les élections européennes du 9 juin prochain se confirme dans le dernier relevé du baromètre d’Odoxa, réalisé par Mascaret* pour Public Sénat et la presse quotidienne régionale. Cette enquête d’opinion a été réalisée après le débat qui a opposé Jordan Bardella au Premier ministre Gabriel Attal le 23 mai. Dans le même temps, la majorité présidentielle continue de perdre du terrain dans les intentions de vote.

Le