PS : « il y a de la place pour tout le monde » assure Julien Dray

PS : « il y a de la place pour tout le monde » assure Julien Dray

Invité de l’émission L’épreuve de Vérité sur Public Sénat, en partenariat avec l’AFP, Les Échos et Radio Classique, Julien Dray fait durer le suspense sur ses intentions d’être candidat ou non au poste de premier secrétaire du PS. Il répond également au mot « mafia » utilisé par Delphine Batho. « pas besoin d’employer des mots aussi forts ».
Public Sénat

Par Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Julien Dray est-il le sixième candidat déclaré au poste de premier secrétaire du PS ? « Maybe »  se contente pour le moment de répondre le conseiller régional de Paris. « Je ne me précipite pas. Je construis, je discute, je fais des propositions, je regarde, j’évalue. Et surtout, j’essaye de créer un mouvement collectif » a-t-il éludé avant d’ajouter : « il y a de la place pour tout le monde. Ce n’est pas important de savoir qui sera le numéro 1 ou le numéro 2 ». D’autant que dans le projet de Julien Dray, l’exécutif socialiste ne sera pas incarné par une personne mais par un « couple ».

Proche de l’ancien Président, Julien Dray a par ailleurs indiqué, qu’il « n’utilisera pas l’autorité de François Hollande »  dans le congrès du 29 mars qui désignera le prochain premier secrétaire du PS.

Ce lundi, l'ancienne ministre de l'Écologie Delphine Batho, elle-même à la conquête du PS, a qualifié le parti de « mafia  avec ses parrains, ses lieutenants, ses exécutants ». Un qualificatif que n’a pas souhaité commenter Julien Dray. « J’ai pris un principe dans cette période : je ne dis pas du mal des autres, je m’occupe de ce qui est le plus important, l’avenir du parti socialiste et ses propositions » a-t-il sobrement répondu.

Delphine Batho fustige  un « traficotage des statuts » destiné à reconduire la « même aristocratie politique ». Les nouvelles modalités prévoient en effet un relèvement du nombre de « parrains » nécessaires pour déposer une motion: 5% du Conseil national soit 16 membres, au lieu d'un seul auparavant. « Cette histoire n’est pas nouvelle. Ça fait deux mois qu’on en parle. Il y a deux mois, elle aurait pu être au conseil national et dire : je ne suis pas d’accord. On aurait pu en discuter. Moi-même, j‘avais des doutes là-dessus. Je l’ai dit en bureau national. L’idée c’était de ne pas avoir une explosion de candidatures (…) On en discutera calmement. Il n’y a pas besoin d’employer des mots aussi forts » a-t-il rappelé.

"mafia"au PS? Julien Dray répond à Delphine Batho
01:25

Dans la même thématique

Paris: Lucie Castets
7min

Politique

« Exigeante », « politique », « âpre négociatrice » : le profil de Lucie Castets par les sénateurs qui l’ont côtoyée

Cette haute fonctionnaire de 37 ans, issue de la société civile et très marquée à gauche, a été choisie par le Nouveau Front populaire comme candidate au poste de Première ministre. Au Sénat, plusieurs élus ont été amenés à travailler avec elle à la mairie de Paris. Ils saluent ses aptitudes, et l’appellent désormais à engager une « bataille de l’opinion » pour pousser Emmanuel Macron à la nommer à Matignon.

Le

Paris Olympics
6min

Politique

Candidature du NFP à Matignon : Emmanuel Macron « botte en touche en disant qu’on va d’abord s’occuper des JO »

Mardi 23 juillet, Emmanuel Macron a donné sa première longue interview télévisée depuis la dissolution et les législatives. L’occasion pour le président de la République de livrer son analyse du scrutin, de temporiser et de refuser net la candidate du Nouveau Front populaire pour Matignon. Analyse de cette prestation avec l’expert en communication Philippe Moreau-Chevrolet.

Le

Emmanuel Macron interview sur France TV
4min

Politique

Emmanuel Macron est-il contraint de nommer Lucie Castets Première ministre ?

Hier, le Nouveau Front populaire s’est accordé sur le nom de Lucie Castets comme candidate au poste de Première ministre. Emmanuel Macron a balayé cette candidature considérant que cela n’était « pas le sujet ». Ce matin, Lucie Castets a demandé au Président de la République « de prendre ses responsabilités et de la nommer Première ministre ». Si constitutionnellement rien ne le contraint à nommer un Premier ministre, la décision du chef de l’Etat réside dans le choix « qui lui semble le plus à même de résister à une motion de censure », selon Bastien François, professeur de sciences politiques à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Le