PS: Les proches de Montebourg appellent à “inventer la gauche nouvelle”

PS: Les proches de Montebourg appellent à “inventer la gauche nouvelle”

Les proches d'Arnaud Montebourg publient vendredi un appel à "inventer la gauche nouvelle", dans une volonté de faire peser les...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Les proches d'Arnaud Montebourg publient vendredi un appel à "inventer la gauche nouvelle", dans une volonté de faire peser les idées du candidat défait à la primaire de la gauche dans la reconstruction du PS.

"Il y a urgence à inventer la gauche nouvelle, en tournant résolument le dos à ce qui l'a conduite dans l'ornière : la dérive libérale, la démagogie, l'outrance, les guerres picrocholines entre égos ou bien son incapacité à proposer une nouvelle vision du monde", écrivent-ils sur le site internet "inventonslagauchenouvelle.fr", également lancé vendredi.

La publication de cet appel, signé par près de 700 personnes, dont le sénateur Jérôme Durain, l'ex-député Yann Galut et l'ancien porte-parole de M. Montebourg pendant sa campagne, François Kalfon, intervient à la veille du Conseil national du Parti socialiste, où sera débattue la question du vote de la confiance au gouvernement.

C'est un appel à une "clarification à gauche" dont le "premier acte" doit être de "s'opposer à ce gouvernement qui est clairement à droite", a indiqué M. Galut.

Il s'agit de "faire vivre" les idées portées par l'ancien ministre de l’Économie Arnaud Montebourg pendant la campagne pour la primaire, a pour sa part expliqué François Kalfon.

En marge de cet appel, les proches d'Arnaud Montebourg veulent relancer le "Projet France", le micro-parti que l'ancien ministre avait crée en 2016. "On le relance, on le réanime, avec la bienveillance d'Arnaud Montebourg qui lui a pris du champ" et "n'a pas été à l'initiative de cet appel", même si "bien sûr, on ne l'aurait jamais fait sans son accord", a précisé M. Galut.

"Il a envie que ses idées vivent mais il est vraiment passé à autre chose", a-t-il assuré.

Les idées portées par le candidat à la primaire, "on les met au pot commun" du PS, a ajouté l'ancien député. "On est très humble, la reconstruction ne se fera pas les uns contre les autres", a-t-il indiqué.

Nombre d'élus locaux figurent parmi les signataires, avec la volonté de "mettre en avant une nouvelle génération" qui doit avoir sa place dans la direction provisoire du parti, a aussi affirmé M. Galut. "Il ne faut pas qu'il n'y ait que des anciens ministres, sinon ça n'a pas de sens", a-t-il ajouté.

La direction collégiale intérimaire du parti doit être désignée le 8 juillet.

Dans la même thématique

Paris: Lucie Castets
7min

Politique

« Exigeante », « politique », « âpre négociatrice » : le profil de Lucie Castets par les sénateurs qui l’ont côtoyée

Cette haute fonctionnaire de 37 ans, issue de la société civile et très marquée à gauche, a été choisie par le Nouveau Front populaire comme candidate au poste de Première ministre. Au Sénat, plusieurs élus ont été amenés à travailler avec elle à la mairie de Paris. Ils saluent ses aptitudes, et l’appellent désormais à engager une « bataille de l’opinion » pour pousser Emmanuel Macron à la nommer à Matignon.

Le

Paris Olympics
6min

Politique

Candidature du NFP à Matignon : Emmanuel Macron « botte en touche en disant qu’on va d’abord s’occuper des JO »

Mardi 23 juillet, Emmanuel Macron a donné sa première longue interview télévisée depuis la dissolution et les législatives. L’occasion pour le président de la République de livrer son analyse du scrutin, de temporiser et de refuser net la candidate du Nouveau Front populaire pour Matignon. Analyse de cette prestation avec l’expert en communication Philippe Moreau-Chevrolet.

Le

Emmanuel Macron interview sur France TV
4min

Politique

Emmanuel Macron est-il contraint de nommer Lucie Castets Première ministre ?

Hier, le Nouveau Front populaire s’est accordé sur le nom de Lucie Castets comme candidate au poste de Première ministre. Emmanuel Macron a balayé cette candidature considérant que cela n’était « pas le sujet ». Ce matin, Lucie Castets a demandé au Président de la République « de prendre ses responsabilités et de la nommer Première ministre ». Si constitutionnellement rien ne le contraint à nommer un Premier ministre, la décision du chef de l’Etat réside dans le choix « qui lui semble le plus à même de résister à une motion de censure », selon Bastien François, professeur de sciences politiques à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Le