PS: participation en demi-teinte pour la primaire

PS: participation en demi-teinte pour la primaire

Le premier tour de la primaire organisée par le PS a moyennement mobilisé les électeurs dimanche à la mi-journée, les organisateurs annonçant...
Public Sénat

Par Charlotte RAAB

Temps de lecture :

4 min

Publié le

Mis à jour le

Le premier tour de la primaire organisée par le PS a moyennement mobilisé les électeurs dimanche à la mi-journée, les organisateurs annonçant une participation en net retrait par rapport à celle de 2011, pour cette consultation à l’issue très indécise.

"Nous sommes à 400.000 votants" sur 63% des bureaux de vote, "ce qui nous donnerait, si on faisait une extrapolation sur la totalité aux alentours de 600.000 votants", a déclaré le président de la commission d'organisation de la primaire Christophe Borgel, au siège du parti socialiste.

L'ancien ministre Arnaud Montebourg met son bulletin dans l'urne à Montret, dans l'est de la France, le 22 janvier 2017
L'ancien ministre Arnaud Montebourg met son bulletin dans l'urne à Montret, dans l'est de la France, le 22 janvier 2017
AFP

Le PS avait fait état de 744.000 votants à ce stade lors de la première édition de cette consultation avant la présidentielle de 2012, alors que les bureaux de vote étaient plus nombreux (9.425 contre 7.530 dimanche).

"On ne pensait pas avoir dès le début de la matinée, compte tenu de la météo (du froid, ndlr), une masse de gens dans les bureaux de vote", a précisé un peu plus tard M. Borgel sur BFMTV. "Je pense que la participation va monter dans la journée".

Benoît Hamon vote au premier tour de la primaire organisée par le PS, le 22 janvier 2017
Benoît Hamon vote au premier tour de la primaire organisée par le PS, le 22 janvier 2017
AFP

Arnaud Montebourg, un des favoris du scrutin, a assuré qu'il s'agissait d'"un bon chiffre", "je m'en réjouis", a-t-il dit sur BFMTV.

Parmi les sept candidats en lice, Manuel Valls, Arnaud Montebourg et Benoît Hamon semblent les mieux placés, selon les derniers sondages, mais seuls deux finalistes seront au deuxième tour dans une semaine, à trois mois d'une présidentielle qui s'annonce difficile pour le vainqueur final, quel qu'il soit.

Les électeurs ont jusqu'à 19H00 pour voter, moyennant une participation d'un euro.

Mode d'emploi du vote à la primaire élargie du PS
Mode d'emploi du vote à la primaire élargie du PS
AFP

Certains électeurs semblaient découragés d'avance en allant voter. "Sept candidats, c'est trop. Le paysage politique m'inquiète et la programme de la droite me fait craindre le pire", confiait ainsi Richard, 80 ans, interrogé à Lomme, près de Lille. Un autre retraité, Francis, pensait déjà que le PS n'aurait "aucun candidat au second tour".

Les organisateurs espèrent pourtant qu'une forte mobilisation, qu'ils souhaitent entre 1,5 et 2 millions de votants, donnera au candidat choisi l'élan indispensable pour se hisser dans le duel présidentiel final du 7 mai, actuellement plutôt promis à François Fillon et Marine Le Pen.

Les sondages placent pour l'instant le candidat vainqueur de la primaire souvent en 5e position, derrière l'ancien ministre Emmanuel Macron et le représentant de la France insoumise, Jean-Luc Mélenchon.

- "Donner de la force à la gauche" -

"Il faut que les Français, les électeurs, aillent voter, là, maintenant", a déclaré l'ancien Premier ministre Manuel Valls, qui s'est dit "serein et confiant", après avoir voté à Evry.

Primaire socialiste élargie : ce qui les différencie
Primaire socialiste élargie : ce qui les différencie
AFP

Pour Arnaud Montebourg, la participation "montre que le peuple de gauche n'est pas englouti", a-t-il dit dans son fief de Montret (Saône-et-Loire).

"Une participation forte donnerait beaucoup de légitimité à celui qui sera choisi", a renchéri Benoît Hamon à Trappes (Yvelines), tandis que Vincent Peillon, dans le 5e arrondissement de Paris, a souhaité "qu'il y ait plus d'un million et demi" de votants, pour "donner de la force à la gauche".

Sylvia Pinel vote à la primaire organisée par le PS à Castelsarrasin le 22 janvier 2017
Sylvia Pinel vote à la primaire organisée par le PS à Castelsarrasin le 22 janvier 2017
AFP

Les objectifs fixés restent loin des 4,3, puis 4,4 millions d'électeurs des deux tours de la primaire de la droite en novembre, et des 2,7 puis 2,9 millions de votants de la primaire PS de 2011.

De nouveaux chiffres de participation sont attendus après 17H00.

Des bulletins de vote pour la primaire organisée par le PS, le 16 janvier 2017 à Paris
Des bulletins de vote pour la primaire organisée par le PS, le 16 janvier 2017 à Paris
AFP/Archives

Le président François Hollande, en déplacement au Chili, ne participe pas au vote, mais il a assuré qu'il s'"intéresse à la vie politique française". Pour sa part le Premier ministre Bernard Cazeneuve a déposé son bulletin au siège du parti socialiste rue de Solférino, en début de matinée.

Le candidat écologiste Jean-Luc Bennahmias a voté, très souriant, à Marseille, François de Rugy à Nantes, et la présidente du Parti radical de gauche Sylvia Pinel à Castelsarrasin (Tarn-et-Garonne). Tous trois sont largement distancés dans les intentions de vote.

Ailleurs à gauche, Jean-Luc Mélenchon restait sceptique, estimant qu'un désistement in fine du candidat désigné lors de cette primaire "fait partie des probabilités", soit en sa faveur, soit au bénéfice d'Emmanuel Macron. "A quoi bon un candidat socialiste ?", s'est-il interrogé dans le Journal du Dimanche.

Dans la même thématique

Operation Wuambushu a Mayotte : Demolition en cours d’un vaste bidonville – Operation Wuambushu in Mayotte: Ongoing demolition of a vast slum
8min

Politique

« Mayotte place nette » : « La première opération était de la communication et la deuxième sera de la communication », dénonce le sénateur Saïd Omar Oili

Le gouvernement a annoncé ce mardi 16 avril le lancement du dispositif « Mayotte place nette », un an après le maigre bilan de l’opération baptisée « Wuambushu ». Saïd Omar Oili, sénateur de Mayotte, regrette le manque de communication du gouvernement avec les élus du département et met en doute l’efficacité de ce « Wuambushu 2 ».

Le

Paris : Question time to the Prime Minister Gabriel Attal
6min

Politique

100 jours à Matignon : « La stratégie Attal n’a pas tenu toutes ses promesses », analyse Benjamin Morel

Le Premier ministre marquera jeudi le passage de ces cent premiers jours au poste de chef du gouvernement. Si Gabriel Attal devait donner un nouveau souffle au deuxième quinquennat d’Emmanuel Macron, sa stratégie n’est néanmoins pas payante car il « veut en faire trop sans s’investir fortement sur un sujet », selon Benjamin Morel, maître de conférences en droit public.

Le

ILLUSTRATION : Carte Electorale
4min

Politique

Elections européennes 2024 : comment se déroule le scrutin ?

Tous les citoyens des pays de l’Union Européenne ne votent pas au même moment. Du 6 au 9 juin, ils se rendront aux urnes pour élire 720 députés au Parlement européen. Public Sénat vous explique tout sur ce scrutin, essentiel pour l’avenir de l’Europe.

Le