French Senat Paris : weekly questions to the government

Que contient le projet de loi Justice adopté par le Sénat ?

Les sénateurs ont fini d’examiner le projet de loi Justice. Le texte entérine d’une part un effort budgétaire et des embauches importantes, et autorise d’autre part le gouvernement à prendre des mesures réglementaires pour réformer le code de procédure pénale. Dans le cadre du terrorisme ou du crime organisé, les enquêteurs pourront activer les téléphones portables à distance pour réaliser des écoutes. Le vote solennel du texte se tiendra mardi 13 juin à 14h30.
Simon Barbarit

Temps de lecture :

9 min

Publié le

Mis à jour le

  • Budget de la Justice en hausse : 10 000 recrutements et 15 000 places de prison

Éric Dupond-Moretti a défendu un texte qui devrait « tourner la page du délabrement et de la clochardisation de la justice française », en augmentant le budget annuel du ministère de la Justice de 9,6 milliards d’euros à 11 milliards d’ici 2027. Un effort budgétaire qui devrait permettre 10 000 recrutements et la construction de 15 000 places de prison supplémentaires. « Il y a 60 000 places et 73 000 détenus. Je ne vais pas libérer 13 000 détenus. Je veux assumer une réponse pénale ferme », a assumé le ministre de la Justice en séance.

Le Sénat a tenu à flécher plus précisément ces recrutements. Le projet de loi prévoyait en effet simplement la création d’au moins 1500 postes de magistrats et 1500 postes de greffiers sur le quinquennat. Les sénateurs ont modifié l’article premier pour mettre l’accent sur les greffiers, avec 1800 postes, ainsi que l’embauche de 600 conseillers pénitentiaires d’insertion et de probation (CPIP).

Face à la pénurie de personnels pénitentiaires, le projet de loi prévoit aussi le recrutement de surveillants en qualité de contractuels pour une période de trois ans, renouvelable une fois. Les candidats devront être âgés entre 18 et 30 ans.

  • Réforme du code de procédure pénale

 

Le texte adopté par le Sénat habilite aussi le gouvernement à réformer le code de procédure pénale par ordonnances. Une mesure votée presque à contre-cœur par les sénateurs. « Nous n’aimons pas transmettre notre compétence à légiférer au gouvernement. Néanmoins les travaux de codifications sont toujours fastidieux », a ainsi rappelé la co-rapporteure du texte, Agnès Canayer (app-LR).

Le garde des Sceaux a tenu à apporter des garanties avec un travail de codification effectué par un comité scientifique et suivi par un comité parlementaire représentatif des groupes politiques de l’Assemblée et du Sénat. Éric Dupond-Moretti s’est aussi engagé à ce que le nouveau code de procédure pénale ne rentre en vigueur avant la ratification de l’ordonnance par le Parlement, et donc un nouveau vote une fois les détails connus.

 

  • Création de pôles spécialisés sur les violences intrafamiliales dans les juridictions

 

Sur ce point, Éric Dupond-Moretti s’est aussi engagé à reprendre le rapport de Dominique Vérien sur les violences intrafamiliales, qui préconise la création de « chambres spécialisées » sur la question dans les juridictions. Une mesure d’ordre réglementaire, insuffisante pour Laurence Rossignol, sénatrice socialiste qui a plaidé pour la création de véritables juridictions spécialisées sur le modèle espagnol. En séance, la sénatrice écologiste Mélanie Vogel a tout de même réussi à faire passer un amendement qui précise l’entrée en vigueur des pôles spécialisés en matière de violences intrafamiliales au plus tard au 1er janvier 2024.

 

  • Activation à distance des téléphones portables pour certaines enquêtes

 

Les sénateurs ont d’abord voté l’extension des perquisitions de nuit actuellement réservées dans les affaires de terrorisme et de criminalité organisée. Le texte les étend aux crimes de flagrance contre les personnes, sur la requête du procureur de la République, lorsqu’elles sont nécessaires « pour prévenir un risque imminent d’atteinte à la vie ou à l’intégrité physique, lorsqu’il existe un risque immédiat de disparition des preuves et indices du crime qui vient d’être commis, ou pour permettre l’interpellation de son auteur. »

Mais la mesure la plus débattue du texte reste l’activation à distance des téléphones portables par les enquêteurs, soit pour géolocaliser une personne, soit pour réaliser des captations de sons et d’images – des écoutes. La géolocalisation est autorisée sur requête du procureur de la République, ou du juge d’instruction, pour des affaires relatives à un crime ou à un délit puni d’au moins dix ans d’emprisonnement, tandis que les écoutes pourront être autorisées par un juge dans des enquêtes relevant du terrorisme ou du crime organisé.

Malgré les protestations de la gauche contre un risque d’écoute généralisé – « toute conversation dans l’espace public est alors sous écoute » s’est par exemple inquiété Guy Benarroche (EELV) – la majorité sénatoriale a simplement souhaité encadrer le dispositif. La proposition de la sénatrice écologiste Mélanie Vogel d’interdire explicitement ces écoutes pour les journalistes, les médecins, notaires et huissiers n’a pas été retenue. La rapporteure LR Agnès Canayer a préféré se baser sur la rédaction initiale qui protégeait les lieux comme les cabinets médicaux, les entreprises de presse ou les études de notaires et des huissiers, et l’étendre aux personnes travaillant dans ces lieux protégés ainsi qu’à leur domicile.

Le garde des Sceaux, Éric Dupond-Moretti a tenté de répondre à ce qu’il a qualifié « de cris d’orfraie » en rappelant que ces techniques étaient déjà autorisées : la géolocalisation des suspects par la pose de balises, les écoutes et les images par la pose de caméras et de micros. « L’idée est de faire prendre le moins de risques possibles aux officiers de police judiciaire, de les protéger », a-t-il argumenté. « On semble découvrir la lune » a-t-il ajouté. Le ministre a également rappelé que ces techniques étaient subordonnées à l’autorisation d’un juge.

  • Expérimentation des tribunaux économiques

La mise en place à titre expérimental de tribunaux des affaires économiques est issue d’un rapport et d’une proposition de loi des sénateurs François Bonhomme (LR) et Thani Mohamed Soilihi (Renaissance). L’idée a été reprise dans les Etats généraux de la justice et constitue l’article 6 du projet de loi d’orientation et de programmation de la Justice 2023-2027.

Le Sénat a adopté l’expérimentation de cette nouvelle juridiction qui remplacera les tribunaux de commerce. Ces derniers ont compétence pour traiter des litiges commerciaux, et ne sont pas composés de juges professionnels mais de juges consulaires. Dans sa version initiale, le projet de loi prévoyait d’intégrer des magistrats professionnels en tant qu’assesseurs dans les nouveaux tribunaux des affaires économiques.

En commission des lois, le Sénat les a supprimés « car les tribunaux de commerce ne le souhaitaient pas. Et les juges professionnels ne souhaitaient pas siéger en tant qu’assesseurs », a rappelé la co-rapporteure du texte, Dominique Vérien (centriste). Le texte prévoit par ailleurs d’élargir les compétences de ces tribunaux aux agriculteurs. En commission, les sénateurs les ont également élargis aux professions réglementées du droit.

 

Lors des débats, plusieurs amendements déposés par les sénateurs de gauche ont tenté, sans succès, de faire sortir les agriculteurs du champ de compétence de ces nouveaux tribunaux des affaires économiques, dont les contentieux relèvent actuellement des tribunaux judiciaires. « Les activités agricoles obéissent à des impératifs dont les contours se définissent selon des critères très spécifiques, différents des activités des commerçants et des artisans […] Dans une conjoncture défavorable aux agriculteurs, le moment ne nous paraît pas opportun de bouleverser cette situation », a fait valoir le sénateur communiste Gérard Lahellec.

La rapporteure a émis un avis défavorable. Elle rappelle que la commission des lois a introduit des juges consulaires issus du monde agricole. « On va me dire que des agriculteurs vont s’intéresser aux terres de leurs voisins. Mais par rapport aux entreprises, on pourrait avoir le même risque. Il existe pour les agriculteurs comme pour les autres juges consulaires, une règle de déport », a-t-elle soutenu.

Le garde des Sceaux, Éric Dupond-Moretti, a lui défendu un amendement visant à exclure de la compétence du tribunal des activités économiques les procédures amiables et collectives des professions réglementées du droit. « Les professions du droit n’exercent pas au sens strict de professions à caractère économique », a justifié le ministre.

« Les avocats n’ont pas spécialement envie de dire qu’ils font faillite. Mais ça leur arrive. C’est une position constante du Sénat d’inclure l’ensemble des professions, y compris libérales. Il n’y a pas de raison que les professions réglementées du droit en soient exclues », a répondu Dominique Vérien qui a émis un avis défavorable avant que l’amendement ne soit rejeté.

  • Déjudiciarisation des saisies sur salaires

En ce qui concerne le civil, les sénateurs ont adopté l’article 17 qui transfère aux commissaires de justice (huissiers de justice) l’exécution des saisies de rémunération, jusqu’à présent réservées au juge judiciaire. Les écologistes et les socialistes avaient déposé des amendements de suppression. La sénatrice PS, Marie-Pierre de la Gontrie, a souligné que cette déjudiciarisation entraînerait des frais de justice plus importants pour les débiteurs sans que le gain de temps ne soit établi pour les justiciables.

La commission des lois a toutefois cadré un peu plus le dispositif en insérant une phase de négociation amiable avant d’en arriver à la saisie sur rémunération.

Le vote solennel du projet de loi d’orientation et de programmation de la Justice et les explications de vote auront lieu mardi 13 juin à 14H30.

 

Pour aller plus loin

Dans la même thématique

France New Parliament
7min

Politique

Cafouillages à l’Assemblée nationale pour l’attribution des postes clés

Les députés procèdent ce vendredi à la nomination des membres du « Bureau » de l’Assemblée nationale, la plus haute autorité au Palais Bourbon. Un premier tour du scrutin visant à faire élire six vice-présidents a été annulé à cause du trop grand nombre de bulletins de vote recueillis au moment du dépouillement.

Le

Ursula Von Der Leyen Elected President of the European Commission for the Second Time, Strasbourg, Gallia – 18 Jul 2024
7min

Politique

Qu’est-ce que le « commissaire à la Méditerranée » qu’Ursula von der Leyen propose ?

Ursula von der Leyen vient d’être confortée par les députés européens pour un second mandat à la tête de la Commission. Dans son programme pour les 5 ans à venir, elle s'est engagée à créer un portefeuille de commissaire, séparé, dédié à la Méditerranée. Un premier pas timide pour renforcer les liens fragiles et distendus entre l’Union européenne et les pays de cette région

Le

Paris: Yael Braun-Pivet reelected National Assembly presiden
6min

Politique

Yaël Braun-Pivet réélue au perchoir : « Il faut que tout change pour que rien ne change », observent les sénateurs

Malgré un revers électoral aux dernières législatives, la candidate de la majorité sortante, Yaël Braun-Pivet a été réélue à la présidence de l’Assemblée nationale. Au Sénat, la gauche évoque « un hold-up démocratique ». Chez les LR et les centristes, c’est le soulagement de ne pas voir un membre du Nouveau Front Populaire qui domine.

Le