Quelles seront les conséquences de l’embargo européen sur le pétrole russe ?

Quelles seront les conséquences de l’embargo européen sur le pétrole russe ?

L’Union européenne a annoncé hier un quasi-embargo sur les importations de pétrole russes. La question reste maintenant de savoir comment remplacer le pétrole russe, et quel en sera le coût pour l’Europe, et les conséquences géopolitiques de l’embargo, surtout sur le conflit ukrainien.
Louis Mollier-Sabet

Temps de lecture :

8 min

Publié le

Mis à jour le

C’est un embargo qui n’en est pas vraiment un. On sait depuis plusieurs semaines maintenant que malgré les efforts allemands pour remplacer le pétrole importé de Russie, la Hongrie continuait de bloquer un embargo sur les importations de pétrole russe en Europe, qui nécessitait l’unanimité des Etats-membres pour être mis en place.

>> Pour en savoir plus sur les contraintes liées à un embargo sur le pétrole russe : Embargo européen : comment se passer du pétrole russe ?

Hier pourtant, les chefs d’Etat et de gouvernement réunis en Conseil européen ont acté un embargo sur les produits pétroliers russes. Pour convaincre Viktor Orban, les Européens ont proposé plusieurs aménagements à l’embargo. Celui-ci concernera – dans 6 mois – les livraisons de pétrole par bateaux, soit 2/3 des importations européennes d’hydrocarbures russes. Le tiers restant est acheminé en Europe par oléoduc à des pays plus enclavés, il ne sera donc pas concerné par l’embargo. Mais l’Allemagne et la Pologne ayant annoncé qu’elles se passeraient des livraisons russes dans 6 mois, que ce soit par bateau ou par oléoduc, c’est en tout 92 % du pétrole russe acheté par les Européens qui sera bien sous embargo, a précisé aujourd’hui Emmanuel Macron. Le Président de la République a d’ailleurs salué un paquet de sanctions « historique », que « personne ne pensait envisageable il y a deux mois », qui poursuit l’objectif de « stopper la guerre sans y participer. » Finalement, seule la branche sud de l’oléoduc russe Droujba devrait ainsi continuer à alimenter la Hongrie en hydrocarbures russes.

La question de la Hongrie et du raffinage

Derrière la distinction entre les livraisons par bateau et par oléoduc se cache une véritable dérogation pour la Hongrie, qui avait demandé 4 ans d’adaptation, et qui se retrouve avec un chèque en blanc. « C’est une dérogation qui peut être appelée à durer un certain temps, la Hongrie se retrouve plutôt dans une position favorable. Ils ont obtenu des mécanismes de sécurité d’approvisionnement au cas où le pétrole serait coupé par les Russes, et sur la mise à niveau des infrastructures de raffinage, pour être capable de traiter des pétroles bruts venant d’autres territoires », précise Nicolas Mazzucchi, chercheur à la Fondation pour la Recherche Stratégique (FRS) et expert en énergie et matières premières. C’est en effet le pétrole raffiné qui pose problème, puisque les produits pétroliers russes sont particulièrement adaptés aux normes et aux infrastructures européennes, en raison de l’interdépendance énergétique très forte qui existe entre l’Europe et la Russie.

« Sur le raffiné, on n’a que deux options », rappelle le chercheur : « On peut en prendre beaucoup plus aux Etats-Unis, ce qui pose la question de leurs capacités de production et du prix. Il y a aussi une question d’adaptation et de relance des systèmes de raffinage européens, ce qui va poser des problèmes d’acceptabilité en Europe occidentale. » L’Europe orientale, encore très dépendante au pétrole, avait effectivement conservé de fortes capacités de raffinage, et ne devra donc qu’adapter ses raffineries à de nouveaux produits pétroliers bruts. En revanche, en Europe occidentale, et particulièrement en France, « on n’a pas arrêté de réduire nos capacités de raffinage », explique Nicolas Mazzucchi, qui rappelle que les raffineries sont des installations « très polluantes, qui provoquent des nuisances sonores pour les riverains, parfois olfactives et qui sont à risque, classées Seveso. »

Remplacer le pétrole russe : « L’Iran est en train de faire monter les enchères »

Le raffinage est donc un premier problème que les Européens vont devoir régler dans les 6 prochains mois, mais ils vont aussi devoir trouver d’autres sources d’approvisionnement de pétrole brut. « Les pays qui arriveront à compenser les volumes pétroliers russes ne pourront pas être des pays de l’OPEP, qui l’a clairement dit à la Commission en avril », assure Nicolas Mazzucchi, qui cite les Etats-Unis, l’Amérique latine et l’Afrique subsaharienne. D’après lui, c’est une véritable nouvelle donne géopolitique qu’instaurent les sanctions européennes sur les hydrocarbures russes, et notamment vu le rôle que joue la Russie dans le format de négociation OPEP +, qui rassemble les pays membres à d’autres pays producteurs comme le Mexique, des pays d’Asie centrale, la Malaisie, le Soudan et… la Russie.

« Le jeu de la Russie dans les réunions du format OPEP + va être déterminant pour l’avenir économique de toute la planète. Si la Russie arrive à entraîner l’OPEP + pour ne pas augmenter les volumes et donc maintenir des prix extrêmement forts, les prix européens vont exploser », détaille Nicolas Mazzucchi, qui voit potentiellement un acteur un peu inattendu dans l’équation tirer son épingle du jeu : l’Iran. Selon lui, « l’Iran est en train de faire monter les enchères. Avec les négociations sur le nucléaire qui se déroulent à Vienne, les Iraniens ont bien compris que si les volumes iraniens arrivaient sur le marché – ce qui ne sera pas immédiat – cela fera un gros ouf de soulagement pour les Européens. Les négociations sont au point mort à Vienne aussi pour cela. »

« Pour qu’on ait une traduction économique, il va falloir attendre plusieurs semaines voire plusieurs mois »

En tout cas, le poids de la Russie à l’OPEP + pourrait bien lui permettre de mettre en place une sorte de « contre-sanctions » sur le pétrole, en faisant exploser les prix pour les Européens qui n’arriveraient pas à trouver de volumes supplémentaires sur le marché mondial. De même, les Russes pourraient, en réponse à l’embargo, couper les oléoducs qui approvisionnent l’Europe orientale, et notamment la Hongrie, comme ils avaient coupé le gaz à la Pologne et à la Bulgarie. Pour Nicolas Mazzucchi, « la possibilité mécanique existe, mais ce ne sera pas si automatique, c’est un jeu de poker entre la Russie et l’Europe pour voir qui craquera en premier. » L’embargo pétrolier aura en effet un coût pour les Européens, comme l’a avoué à demi-mot Emmanuel Macron ce mardi à Bruxelles : « C’est une mesure très structurante qui va pénaliser l’économie russe à court terme, mais qui surtout va très profondément changer la manière dont les Européens s’approvisionnent. C’est une restructuration de nos économies. » Nicolas Mazzucchi abonde : « Les produits pétroliers russes étaient à des coûts contenus. Si on les sort de l’équation et que l’on doit encore investir dans des infrastructures de raffinage et des produits pétroliers plus chers, il va falloir s’attendre à un renchérissement des prix. »

>> Lire aussi : La (co) dépendance énergétique de l’Europe et de la Russie en chiffres

Pour le chercheur, c’est même l’Europe qui sentira la première les contrechocs économiques des sanctions : « Pour l’acteur sanctionné, c’est un effet différé, alors que c’est immédiat pour celui qui sanctionne. Pour qu’on ait une traduction économique, il va falloir attendre plusieurs semaines voire plusieurs mois. Avec l’économie de guerre mise en place en Russie, le régime de Poutine a certes besoin de rentrées d’argent régulières. Mais la Russie a profité des cours très hauts du pétrole pour remplir énormément les caisses, et a la capacité à tenir un petit peu. » D’autant plus que de l’autre côté, les dirigeants européens vont devoir faire face à la pression de leurs opinions publiques en termes de coût de l’énergie. En même temps, l’Union européenne vient aussi de valider des sanctions sur 80 oligarques russes supplémentaires, et l’exclusion de Sberbank, la principale banque russe du système de messagerie bancaire Swift. Emmanuel Macron a bien précisé à Bruxelles mardi que cette exclusion de « 35 % du marché » bancaire russe faisait partie d’un « 6ème paquet de sanctions extrêmement important. » Dans la « partie de poker » que jouent l’Europe et la Russie sur leur interdépendance énergétique, le croupier vient de dévoiler le flop, et la seule certitude, c’est que le pot est rempli.

Dans la même thématique

Operation Wuambushu a Mayotte : Demolition en cours d’un vaste bidonville – Operation Wuambushu in Mayotte: Ongoing demolition of a vast slum
8min

Politique

« Mayotte place nette » : « La première opération était de la communication et la deuxième sera de la communication », dénonce le sénateur Saïd Omar Oili

Le gouvernement a annoncé ce mardi 16 avril le lancement du dispositif « Mayotte place nette », un an après le maigre bilan de l’opération baptisée « Wuambushu ». Saïd Omar Oili, sénateur de Mayotte, regrette le manque de communication du gouvernement avec les élus du département et met en doute l’efficacité de ce « Wuambushu 2 ».

Le

Paris : Question time to the Prime Minister Gabriel Attal
6min

Politique

100 jours à Matignon : « La stratégie Attal n’a pas tenu toutes ses promesses », analyse Benjamin Morel

Le Premier ministre marquera jeudi le passage de ces cent premiers jours au poste de chef du gouvernement. Si Gabriel Attal devait donner un nouveau souffle au deuxième quinquennat d’Emmanuel Macron, sa stratégie n’est néanmoins pas payante car il « veut en faire trop sans s’investir fortement sur un sujet », selon Benjamin Morel, maître de conférences en droit public.

Le

ILLUSTRATION : Carte Electorale
4min

Politique

Elections européennes 2024 : comment se déroule le scrutin ?

Tous les citoyens des pays de l’Union Européenne ne votent pas au même moment. Du 6 au 9 juin, ils se rendront aux urnes pour élire 720 députés au Parlement européen. Public Sénat vous explique tout sur ce scrutin, essentiel pour l’avenir de l’Europe.

Le