Quelle(s) vie(s) après l’Élysée?

Quelle(s) vie(s) après l’Élysée?

Le moins qu’on puisse dire, c’est que les quinquennats se suivent et ne se ressemblent pas. La vie post-l’Elysée non plus. Entre retour annoncé en demi-teinte et diète médiatique temporaire, nous analysons cette semaine la vie de deux ex-président, François Hollande et Nicolas Sarkozy. Un déshabillage en tout bien tout honneur opéré par Patrice Biancone, Jean-Pierre Winter et Robert Zarader.
Public Sénat

Par Caroline Lebrun

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

 

La nouvelle vie de Hollande

« Il faut toujours vouloir la réussite de son pays. C’est ce que nous avons fait ensemble et c’est ce que vous ferez toujours. Et je vous accompagnerai partout où vous irez ». C’est par ces mots que François Hollande fait ses adieux de président aux militants rassemblés le 14 mai 2017 au siège du PS. Pour Robert Zarader, expert en communication et proche de François Hollande, il est clair que ce discours, rue de Solférino n’est pas une coïncidence : dans les pas de son prédécesseur François Mitterrand, cette intervention lui permet d’une part de défendre son bilan, mais aussi d’annoncer que même s’il n’est plus président, sa vie politique n’est pas terminée.

La période estivale illustre bien ce discours : des interventions régulières, une présence accrue sur les réseaux sociaux ; l’ex-président se laisse même prendre au jeu des «selfies » avec quelques passants. Le changement de cap s’opère le 22 août à Angoulême : François Hollande s’exprime alors sur les réformes de son successeur en lui assénant ce petit commentaire à propos de la réforme du droit du travail : « il ne faudrait pas demander aux français des sacrifices inutiles ». 

Robert Zarader souligne que  «le naturel revient toujours au galop. La politique, c’est sa vie, sa maison de cœur, le Parti Socialiste : il ne peut pas ne pas commenter ».

François Hollande départ
Twitter @fhollande

 

Deux ex chef d'Etat, deux styles distincts

Pas de diète médiatique donc pour l'ancien chef d’État, contrairement à ce que nous avons connu en 2012 avec Nicolas Sarkozy, qui avait gardé le silence pendant de longs mois. Si ce dernier ne s'est jamais caché d'un potentiel retour en politique, il aura néanmoins attendu près d’un an avant d’amorcer son retour sur la scène publique.

Dernièrement, c’est avec surprise que les deux anciens locataires de l’Élysée ont été aperçus au match de football PSG-Bayern au Parc des Princes, ou encore le 14 juillet à Nice pour l’anniversaire de l’attentat meurtrier.  Pour le psychanalyste Jean-Pierre Winter, les deux hommes « ont le souci de la continuité de l’État, et ils assument ce qu’ils étaient pendant leurs quinquennats. Ils ne veulent pas créer de rupture ». Patrice Biancone, ancien conseiller de François Hollande, indique que les deux hommes se connaissent et se respectent malgré leurs divergences politiques.

F.Hollande et N.Sarkozy au Parc des Princes
AFP Christophe Simon

 

Un engagement citoyen, au service de la France

Toujours selon ce dernier, si François Hollande ne compte pas s’éloigner de la vie politique, c’est parce qu’il a été forcé de renoncer à sa propre succession en tant que Président. Un choix qui n’en est pas vraiment un. Si l’ancien conseiller reste prudent, il n’exclut pas un futur rôle au niveau européen, par exemple.

Pour l’heure, l’engagement désormais « citoyen » de François Hollande s’incarne dans la fondation « La France s’engage », dont il est devenu président le 5 septembre dernier. Une fondation qu’il revendique lui-même d’utilité publique, et qui n’est pas destinée à avoir une portée politique. Affaire à suivre.

 

Dans la même thématique

Paris: Jordan Bardella  debate with France’s Prime Minister Gabriel Attal
9min

Politique

Ecologie : un séminaire du gouvernement pour « montrer que l’engagement n’a pas diminué »… à dix jours des européennes

Le premier ministre Gabriel Attal a rassemblé ses ministres pour « faire le bilan » de l’action de l’exécutif en matière d’environnement, avant des annonces attendues en juin sur le plan d’adaptation au réchauffement. De quoi faire une piqûre de rappel aux électeurs macronistes déçus, juste avant les européennes. Matignon plaide le « hasard de calendrier ».

Le

Quelle(s) vie(s) après l’Élysée?
3min

Politique

Européennes : « Aujourd’hui, l’Europe est surtout guidée par des critères financiers », tance Pierre Larrouturou

38 listes pour 38 différentes visions de l’Europe. Alors que pour la majorité des listes, la campagne se fait en catimini, Public Sénat a décidé de vous permettre d’y voir plus clair, en vous présentant le programme de ces « petites » listes. Aujourd’hui, p arole à Pierre Larrouturou, tête de liste de « Changer l’Europe », qui défend « une Europe qui s’intéresse au bien-être, qui fait baisser les loyers, et qui améliore la vie quotidienne des gens ».

Le