Questure de l’Assemblée: Solère a remis sa démission

Questure de l’Assemblée: Solère a remis sa démission

Le député des Hauts-de-Seine Thierry Solère, désormais LREM, a envoyé sa démission de ses fonctions de questeur de l'Assemblée...
Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Le député des Hauts-de-Seine Thierry Solère, désormais LREM, a envoyé sa démission de ses fonctions de questeur de l'Assemblée nationale, et sera remplacé à ce poste le 16 janvier, a-t-on appris mardi auprès de la présidence de l'Assemblée.

Pressé de toutes parts depuis son adhésion au mouvement présidentiel de La République en marche, l'ancien "Constructif" -et ex-LR- avait finalement annoncé le 28 novembre qu'il quitterait ses fonctions de questeur "dès la fin de cette année".

La lettre a été reçue, et sa démission sera "effective au 16 janvier", selon la présidence.

"Le 16 janvier, on aura normalement bien l'élection du questeur. Je m'étais inquiété qu'hier soir, la démission de M. Solère n'était pas encore arrivée (…) J'ai cru comprendre que dans la nuit, elle serait arrivée", a déclaré devant la presse le chef de file des députés LR, Christian Jacob.

Le candidat de LR pour la questure est Eric Ciotti. Si d'autres députés se présentent, une élection aura lieu le 16 janvier, comme ce fut le cas en juin dernier, sinon le nom du nouveau questeur sera directement proclamé dans l'hémicycle, a-t-il été précisé mardi matin en conférence des présidents de l'Assemblée, selon une source parlementaire.

Thierry Solère avait annoncé fin novembre qu'il quitterait ses fonctions de questeur "dès la fin de cette année, pour permettre dès le début de l'année 2018, sans attendre le mois d'octobre, que l'opposition puisse être représentée au sein de la questure".

Un des trois postes de questeur, chargé d'administrer et de gérer les finances de l'Assemblée, était traditionnellement dévolu au principal groupe d'opposition. L'adhésion de M. Solère à LREM, en compagnie des ministres Gérald Darmanin et Sébastien Lecornu, laissait la questure aux mains du parti présidentiel auquel appartiennent les deux autres questeurs, Florian Bachelier et Laurianne Rossi.

Depuis, Thierry Solère s'est retrouvé au centre d'une affaire pour laquelle l'ancien garde des Sceaux socialiste Jean-Jacques Urvoas, soupçonné d'avoir transmis au député ex-LR des informations sur une enquête pour fraude fiscale le concernant, va voir son cas examiné par la Cour de justice de la République (CJR).

Christian Jacob, qui l'a évoquée mardi, a raillé les "déclarations invraisemblables sur la fameuse note de Jean-Jacques Urvoas que, bizarrement, M. Solère (...) aurait reçu par le plus grand des hasards".

Dans la même thématique

Centrale Nucleaire de Nogent sur Seine, France
7min

Politique

Législatives anticipées : que proposent les trois blocs sur l'écologie ? 

Derrière le pouvoir d’achat, la sécurité, l’immigration ou encore l’international, l’écologie se retrouve reléguée parmi les sujets les moins mis en avant par les différents candidats aux législatives, ce qui n’empêche pas des divergences très profondes entre les trois principales coalitions en campagne 

Le

Paris : Gabriel Attal conference de presse
4min

Politique

« Pas de hausse d’impôts quoi qu’il arrive », promet Attal : « Démagogie pure » répond la commission des finances du Sénat

Lors d’une conférence de presse, Gabriel Attal a fustigé a renvoyé dos à dos les programmes économiques du RN et du Nouveau Front Populaire, comme étant irréalistes tout en prenant l’engagement « d’inscrire dans la loi une règle d’or budgétaire, pas d’augmentation des impôts quoi qu’il arrive ». « Une impasse » pour les sénateurs de la commission des finances.

Le