Rachat de STX: le gouvernement “vigilant” pour le site de Saint-Nazaire

Rachat de STX: le gouvernement “vigilant” pour le site de Saint-Nazaire

Le gouvernement sera "vigilant" concernant la "pérennisation" du site de Saint-Nazaire (Loire-Atlantique) dans le cadre du projet...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Le gouvernement sera "vigilant" concernant la "pérennisation" du site de Saint-Nazaire (Loire-Atlantique) dans le cadre du projet de reprise des chantiers navals STX par le groupe italien Fincantieri, a annoncé le porte-parole du gouvernement Stéphane Le Foll.

"(Le secrétaire d'Etat à l'industrie) Christophe Sirugue se rendra cet après-midi à Saint-Nazaire pour discuter avec l'ensemble des organisations syndicales et pour réaffirmer la position du gouvernement", a déclaré M. Le Foll lors du compte-rendu du Conseil des ministres à la presse.

"Le gouvernement, avec les moyens qui sont les siens, avec le capital qui est le sien dans cette société, sera vigilant pour faire en sorte qu'on ait la pérennisation à la fois du site, des grands enjeux, et du savoir-faire sur ce site de Saint-Nazaire", a-t-il souligné.

L'Etat détient un tiers du capital de l'entreprise et dispose d'une minorité de blocage.

Une reprise de STX France par l'italien Fincantieri répondrait aux critères de l'Etat français qui souhaite un repreneur européen, a souligné mercredi matin Christophe Sirugue.

"L'intérêt de Fincantieri, c'est de réussir son opération avec le rachat de STX France, l'intérêt de l'Etat français, c'est de préserver notre fleuron, je pense que c'est sur cette base-là que se fait la discussion", a déclaré M. Sirugue sur RMC.

Les syndicats chez STX s'inquiètent d'un transfert du savoir-faire français vers la Chine, Fincantieri ayant signé un accord de transfert de technologie avec un groupe chinois, et, à plus long terme, une délocalisation de la production.

La justice sud-coréenne a retenu mardi le constructeur naval italien Fincantieri comme candidat préféré à la reprise du chantier naval STX France de Saint-Nazaire.

Mais avant qu'un accord soit signé pour acquérir 66,6% de STX France, Fincantieri doit encore se mettre d'accord sur un prix d'achat avec le groupe sud-coréen et entrer en discussions avec l'Etat français.

Dans la même thématique

Paris : Conference de presse FNSEA x Jeunes Agriculteurs
6min

Politique

« Cynisme » , « mise en scène politique » : le président de la FNSEA annonce qu’il ne participera pas au grand débat avec Emmanuel Macron au Salon de l’agriculture

Invité ce vendredi 23 février sur RMC-BFMTV, le président de la FNSEA, Arnaud Rousseau, a annoncé qu’il ne souhaitait pas se rendre au grand débat devant se dérouler demain au Salon de l’Agriculture », malgré le rétropédalage de l’Elysée hier soir. La raison principale ? Une « incompréhension » suscitée par l’invitation du mouvement écologiste, les Soulèvements de la Terre, que le gouvernement avait annoncé dissoudre avant que le Conseil d’Etat ne juge cette décision illégale.

Le

Paris: Macron visiting the 59th edition of the International Agriculture Fair
4min

Politique

Souveraineté alimentaire, enjeux climatiques, métiers : Public Sénat vous fait vivre le salon de l’agriculture 2024 

Samedi 24 février et jusqu’au 3 mars s’ouvre le 60ème salon de l’agriculture. Un salon sous haute tension, marqué par la colère des agriculteurs. Pour ce rendez-vous annuel incontournable du monde agricole, les équipes de Public Sénat sont pleinement mobilisées pour vous faire vivre les grands moments de cette rencontre entre les Français et les agriculteurs.

Le

Paris: Macron visiting the 59th edition of the  Agriculture Fair Porte de Versailles
2min

Politique

Emmanuel Macron veut rejouer le grand débat au Salon de l’agriculture

Visant « un échange direct et franc », l’Elysée explique que le chef de l’Etat va débattre samedi avec « l’ensemble des acteurs » qui « pourront donner leurs points de vue, faire des propositions, confronter des idées ». Les Soulèvements de la terre ont été invités, comme Michel Edouard Leclerc.

Le